WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Le developpement local face a la politique de decentralisation

( Télécharger le fichier original )
par Yelba Patrice ILBOUDO
Ecole doctorale en dynamique des espaces et sociétés / Université de Ouagadougou - Master II R 2009
  

précédent sommaire suivant

Chapitre I- la problématique et les hypothèses de

recherche

Dans ce chapitre, il est question dans un premier temps de faire ressortir le problème posé dans son contexte général ; dans un second temps, de montrer comment les différents Etats africains sont arrivés à passer d'une approche de développement intégré à cette approche de développement local. Dans un troisième et dernier temps, nous allons faire un bref historique de la décentralisation et en passant faire l'état des lieux de celle-ci au Burkina Faso (BF).

I.1- le contexte général

La question du développement humain est si préoccupante aujourd'hui qu'elle mobilise les acteurs à tous les niveaux : institutionnel, administratif, associatif, etc. Pendant plusieurs décennies, les pays africains ont été soumis à un système de gestion dirigiste n'ayant forcément pas pris en compte les besoins essentiels des populations à la base. Mais malgré les immenses richesses naturelles (60% du total de la planète) dont disposent les pays en voie de développement, les peuples sont d'éternelles victimes des maladies endémiques, de la sécheresse, de l'analphabétisme, de la dégradation de l'environnement et du cadre de vie, et d'une paupérisation de plus en plus grandissante. (PNUD, 1996).

En effet, pendant les deux décennies qui ont suivi les indépendances (période dite du « Tout Etat «), l'effort de développement dans les pays du sahel par la mise en oeuvre de certains programmes d'aménagement du territoire ne s'est pas réduit à la seule intervention de la puissance publique ; même si elle a été forte dans tous les secteurs de l'économie. A ces programmes ont succédé des années plus tard l'ère des projets qui s'est affirmée au cours des années 70. Ces projets étaient d'inspiration technocratique et faisaient peu de place à la participation des producteurs peu ou pas associés à la définition des objectifs et des contenus du projet. (Ministère de l'Agriculture et des Ressources Animales, 1992). Pendant cette

ère des projets, deux stratégies valorisant le niveau local ont commencé à s'affirmer :
Il s'agit de l'action des ONG et de la politique de décentralisation menée par certains

pays africains. La période des années 85 à nos jours est dominée dans tous les pays du sahel par le désengagement des Etats qui se traduit par un ensemble de mesures. Cette période qui pourrait être analysée comme une ère de responsabilisation des organisations populaires, est également marquée par la dualité des stratégies insuffisamment concertées entre l'Etat et les populations. (Idem).

Dans le contexte par exemple du Burkina, l'Etat a défini des priorités de développement à travers le cadre stratégique de lutte contre la pauvreté (CSLP) basées sur quatre points focaux que sont :

- le renforcement d'une croissance équitable ;

- la garantie de l'accès des plus pauvres aux services sociaux de base ;

- la multiplication des opportunités d'emploi et de production de revenu auprès des plus pauvres ;

- et la promotion de la bonne gouvernance. (MEDEV, 2004).

D'où sa lettre de politique de développement rural décentralisé (LPDRD) qui s'appuie sur un certain nombre de principes. A l'analyse, ces principes apparaissent aujourd'hui comme un ensemble d'étapes vers un appui au développement local susceptible d'apporter un éclairage nouveau sur une gestion raisonnée et durable des ressources naturelles. (MEF, 2009).

Le concept de développement local paraît encore insuffisamment maîtrisé et d'importants débats ont été mené ou se mènent toujours. Sous cet angle, il paraît nécessaire de cerner les origines de celui-ci ainsi que les contenus que les autres lui donnent afin de mieux comprendre son opportunité dans le contexte et les réalités de ces pays à dominance rurale.

Ainsi, le développement local pourrait se définir comme un processus dynamique dans lequel les acteurs organisés et mobilisés initient et mettent en oeuvre des actions sur un espace donné en vue de l'amélioration de leurs conditions de vie. (Benoit Lisch, 1995). Il doit par ailleurs s'appuyer sur certains éléments de base tels que : la gouvernance locale, une vision commune du développement de la collectivité, une réappropriation de l'espace collectif, une auto analyse des besoins,

la participation des populations, la prise en compte des besoins individuels et collectifs et la mise en place d'une plateforme de travail négociée entre partenaires (idem).

Mais comment en est-on arrivé à passer d'une approche descendante à cette approche de développement local ?

précédent sommaire suivant







9Impact, le film from Onalukusu Luambo on Vimeo.



Appel aux couturier(e)s volontaires

Hack the pandemiuc !

Moins de 5 interactions sociales par jour



BOSKELYWOOD from Ona Luambo on Vimeo.