WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Le traitement médiatique du crash du vol Rio Paris par TF1 et Globo


par Fernanda Morozini Batista
Université Paris 2 Panthéon-Assas - Institut Français de Presse 2010
  

précédent sommaire suivant

b) Similitudes et différences de fond

L'analyse des dissemblances du contenu de l'information qui a été diffusé sur le crash sera ici présentée sous sa forme quantitative. Cette analyse concerne l'évolution du temps dédié au crash par le Jornal Nacional et par le 20 Heures et la répartition de ce temps par type d'information19.

Il est nécessaire de mentionner que, contrairement aux émissions du 20 Heures, disponibles en entier pour visionnage a l'INA, les émissions du Jornal Nacional ne sont pas disponibles en entier sur le site internet de la chaine GLOBO, la totalité des émissions étant accessible a partir d'un menu de reportages. Cette différence essentielle d'accès aux émissions peut avoir réduit la précision des données ici présentées.

19 Voir données statistiques en annexe : Annexe 1, p. 53

I. L'évolution du temps dédié au crash

Comme dit ci-dessus, le temps dédié au crash par les deux journaux télévisés à été réduit de 80% à 20% en moyenne du premier au dixième jour qui a suivi l'accident. Les similitudes et différences rencontrées dans l'évolution du temps total dédié au sujet laissent passer peu d'informations.

Le graphique nous montre que pendant la première semaine qui a suivi l'accident (le 1er juin étant un lundi), le pourcentage du temps dédié au crash par les deux journaux télévisés n'a été équivalent qu'au 4 et 5 juin, jeudi et vendredi respectivement. Le temps dédié par le 20 Heures a été supérieur à celui du Jornal Nacional pendant les deux premiers jours, puis au troisième jour cette logique s'est inversée. Pendant la deuxième semaine qui a suivi l'accident, le temps dédié au crash par le Jornal Nacional a baissé constamment et plus vite que celui du 20 Heures.

Il est important de préciser ici que pendant le weekend la structure des émissions des deux journaux télévisés change ; l'émission du samedi du Jornal Nacional est un résumé des informations de la semaine, alors que, le dimanche, il n'y a pas de diffusion. Pour le 20 Heures, le samedi et le dimanche correspondent à émissions réduites comportant des commentaires sur les offres culturelles de l'actualité. Cette différence de structure peut expliquer la différence du temps dédié au crash par les deux chaînes le samedi. Dans le dimanche en question, TF1 a diffusée une édition spéciale Elections Européennes, qui a pris toute la durée du dépouillement des votes. Pour cette raison, j'ai choisi de ne pas considérer l'émission du dimanche du 20 Heures dans l'analyse.

II. La répartition du temps consacré au crash par type d'information

Plus pertinente que l'évolution du temps total dédié au crash, l'analyse de la répartition de ce temps par catégorie d'information nous apporte quelques éléments de comparaison intéressants.

Les graphiques montrent que les informations concernant les recherches et les hypothèses ont été les plus nombreuses dans la période analysée pour les deux journaux télévisés. Dans le sens contraire, l'exposition de la souffrance des proches, ainsi que les informations sur les victimes, ont été plus nombreuses au Brésil, alors que la prise en charge des proches par les autorités a été plus traitée en France. Cette dernière observation confirme l'hypothèse de départ que la souffrance des

proches des victimes serait plus abordée au Brésil, tout en présentant la nouvelle donné que la prise en charge des familles par les autorités est plus abordée en France.

Ces résultats nous permettent enfin de retrouver quelques points d'analyse intéressants entre les deux journaux télévisés. La similitude rencontrée par rapport à la priorité de temps de diffusion accordée aux informations concernant les hypothèses et les recherches, peut illustrer une approche de l'accident avec le but d'attirer l'attention et d'obtenir la fidélité du téléspectateur : l'avancement de l'enquête sur la cause de l'accident produit du suspense, ce qui attire le spectateur, pendant que l'addition des informations sur les recherches (numéro de corps et débris retrouvés) raconte une histoire, comme un roman feuilleton, ce qui produit un effet de fidélisation de l'audience.

Le résultat de l'analyse des émissions du 20 Heures de TF1 et du Jornal Nacional de GLOBO ont ainsi présenté plus de similitudes que de différences. Les émissions sont construites de la même façon, utilisant les mêmes techniques, et l'organisation du contenu diffusé sur l'accident a donné la priorité aux mêmes informations : enquête et recherches.

Ce constat d'une similitude prépondérante entre les deux journaux télévisés soulève une nouvelle hypothèse : la spécificité du sujet ; un fait dont on ne connaît pas la réalité (donc sur lequel on a très peu a dire) ou dont on ne peut pas parler (les médias n'ont en aucun moment dit la vérité brutale sur la disparition des corps des victimes : détruits et mangés par des requins et poissons) a contribué a ce que les journalistes se fixent davantage sur les techniques usuelles de mise en récit de l'information.

En partant de cette nouvelle hypothèse, nous discuterons de comment TF1 et GLOBO ont contribué à gérer l'opinion publique sur l'accident.

précédent sommaire suivant