WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Le traitement médiatique du crash du vol Rio Paris par TF1 et Globo

( Télécharger le fichier original )
par Fernanda Morozini Batista
Université Paris 2 Panthéon-Assas - Institut Français de Presse 2010
  

précédent sommaire suivant

2. Résultats

L'analyse des émissions du 20 Heures de TF1 et du Jornal Nacional de GLOBO, pendant les dix jours qui ont suivi l'accident (du 1er au 10 Juin 2009), ont permis de distinguer des différences et similitudes de forme et fond entre les deux journaux télévisés. Les dissemblances de forme relèvent de la construction de l'émission, et les dissemblances de fond relèvent du contenu de l'information qui a été diffusé.

a) Similitudes et différences de forme

Les deux journaux télévisés regardés présentent très peu de différences de forme ; leur durée, organisation et techniques de mise en récit de l'information étant presque identiques. Les légères différences rencontrées concernent le formalisme de leur l'ambiance.

I. Techniques de construction de l'émission

Comme dit auparavant, la durée des émissions du Jornal Nacional et du 20 Heures est semblable, variant de 30 à 40 minutes en moyenne. L'organisation des émissions est également semblable ; les images des présentateurs en studio sont intercalées avec reportages éditées préalablement et interventions de reporters sur le terrain.

Entre les techniques de mise en récit de l'information, de nombreuses similitudes sont également retrouvées. Les deux émissions utilisent des reportages composés par séquences de quinze à vingt secondes intercalant images commentées par une voix off avec interventions de témoins, qui apportent différents arguments au sujet présenté. Selon M. Fréderic Lambert, professeur a l'IFP17, cet usage relève d'une technique qui vise a mimer le débat démocratique, engendrant ainsi un effet de réalité sur l'information diffusée ; le fait en question est présenté a travers d'images, ce qui donne au spectateur le sentiment de simultanéité avec la réalité, donc l'illusion de participer au fait réel luimême, puis ce fait est commenté par différents individus (témoins) qui présentent points de vue

17 Cours de Sémiotique des images d'information et communication du Master1 Information et Communication

distincts sur le sujet, ce qui donne au spectateur le sentiment de connaitre le fait réel dans son intégralité.

Dans le cas spécifique de l'accident du vol AF447, oi il y a l'impossibilité de relater le fait réel par des images, les deux émissions ont fait semblablement l'usage de schémas 3D (reproduction par ordinateur de ce qui est censé être le fait réel). Cet usage donne au spectateur, en plus du sentiment de maitrise de la réalité, l'idée de maitrise de la connaissance technique sur le sujet (compréhension du mode de fonctionnement des avions Airbus A330, des procédés de pilotage, du fonctionnement des boites noires, entre autres).

Schéma 3D par TF1 Schéma 3D par GLOBO

Une autre technique utilisée également par les deux émissions dans la présentation de l'accident du vol AF447 est le direct, oi un reporter parle en temps réel d'après un lieu spécifique. Cet usage renforce le sentiment de maitrise du fait réel par le spectateur car il le présente en simultanéité.

Reporter de TF1 en direct du Brésil Reporter de GLOBO en direct de Paris

L'utilisation des mêmes techniques de construction de l'émission par le Jornal Nacional et par le 20 heures laisse donc voir une certaine homogénéité des journaux télévisés. Ces techniques peuvent par ailleurs être retrouvées dans les manuels de journalisme.

II. Ambiance

En dépit du fait que les deux émissions se prévalent des mêmes techniques de construction de l'émission, une différence de forme apparaît dans la formalité de l'ambiance.

Le Jornal Nacional exhibe un couple de présentateurs (qui sont d'ailleurs un vrai couple, marié avec trois enfants), assis derrière une table, sur une mezzanine qui donne sur la rédaction du journal. Ce cadrage principal nous montre un ensemble où les deux présentateurs, complices, apparaissent en premier plan, leurs mains visibles, laissant voir d'autres journalistes responsables pour la conception de l'émission en deuxième plan.

Cette ambiance est plus informelle que l'ambiance du 20 Heures, qui montre une seule journaliste18 cadrée de manière plus serré (sans que le spectateur puisse voir ses mains) devant plusieurs petits écrans qui passent des images variées.

Cadrage principal du Jornal Nacional Cadrage principal du 20 Heures

Le moindre formalisme du Jornal Nacional par rapport au 20 Heures est encore plus accentué par le fait que les deux présentateurs discutent entre eux et avec les reporters qui interviennent en direct (les présentateurs et le reporter intervenant se saluent à chaque intervention, avec des expressions telles que « bonjour, raconte-nous ce qui se passe à Paris »). Le mouvement visible des mains rend également l'ambiance d'autant plus familière. Cette situation place le spectateur brésilien dans une situation confortable, lui donnant le sentiment de participer a l'émission.

Plus de similitudes que de différences de forme ont ainsi été retrouvées entre les deux journaux télévisés. Si l'ambiance est plus formelle en France, les techniques de construction de l'émission sont similaires.

18 Laurence Ferrari du lundi au jeudi et Claire Chazal du vendredi et dimanche

précédent sommaire suivant

Ledger Nano S - The secure hardware wallet