WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

La représentation de l'Afrique et des Africains dans les écrits d'un missionnaire poitevin. Le père Joseph Auzanneau à  Kibouendé (Congo français) 1926-1941

( Télécharger le fichier original )
par Josué Muscadin
Université de Poiters - Master 1 2011
  

précédent sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

C- ~ Le missionnaire qu'il devient

Un an après avoir laissé les tranchées, Joseph Auzanneau se rend au Grand Séminaire de Poitiers en octobre 1919 en vue de se former pour le sacerdoce. Au moment de son sousdiaconat, il fait part à son évêque de sa vocation missionnaire et sa préférence pour un apostolat en Afrique. Dans un poème qu'il écrit au cours de cette période, on retrouve ces strophes :

« Je n'emmènerai point une femme à mon bras Par les sentiers où les coeurs parlent bas.

Tu seras mon épouse, Afrique aux noires tresses.

Nul berceau gazouillant n'attendra mes baisers,

Mais vous serez mes fils, païens catéchisés ;

Sur vos seuls fronts mes mains poseront mes caresses102. »

Le 17 juin 1923, Joseph Auzanneau est ordonné prêtre. Mais il devait passer un an au noviciat de la Congrégation du Saint-Esprit, à Orly, où il fait profession le 23 novembre 1925. Après sa Consécration à l'apostolat qui eut lieu le 12 juillet de cette même année, il voit son rêve d'être l'époux de l'Afrique se réaliser : il connait son affectation au vicariat apostolique de Brazzaville, capitale du Congo Français. C'est ainsi que le 5 mars 1926, après avoir laissé Bordeaux le 26 janvier 1926, le missionnaire débarque à M'bamou qu'il laisse en juillet 1927 pour résider à Kibouendé.

Pendant les quinze années passées dans les brousses congolaises, le prédicateur de la bonne nouvelle, confronté à la fatigue d'un quotidien fait de difficultés de toutes sortes, loin de se laisser décourager, manifeste un sentiment de sacrifice qui l'anime depuis avant son départ pour l'Afrique lorsqu'il écrivait dans ce même poème :

« Ceux qui n'ont pas reçu mission pour les cimes

102 ERNOULT, Jean, Mazano... Op. cit., p. 15

Récolteront les petits bonheurs légitimes.

Mais moi, j'engrangerai les joies du sacrifice103. »

Ce sentiment d'abnégation exprimé dans ces vers influe sur le mode de vie du spiritain à qui on reproche de n'avoir pas accordé assez d'importance à sa santé. En témoigne cette déclaration d'un de ces collègues, le Père Soul, visiteur envoyé par la maison mère dans les missions de l'A. E. F. :

« Ce jeune Père sorti du noviciat en plein ardeur est exposé à négliger sa santé. Il fait de longues courses à pied en plein soleil sans que cela paraisse lui fatiguer. Il est négligeant pour faire préparer sa nourriture et quand il lui arrive d'être seul à la mission, il donne, parait-il, congé au cuisinier. Il se défend de tout cela, disant que la négligence qu'on lui reproche ne vient pas du tout de l'esprit de mortification, mais de que lui, il se trouve très bien et n'éprouve pas le besoin de compliquer l'existence104. »

Ce témoignage parmi tant d'autres semble confirmer son ascétisme que défendent certains de ces homologues dont le Père Ernoult qui, lui aussi, fut missionnaire au Congo après le départ du Père Auzanneau. Cette vie d'ascète semble d'autant plus probable que le missionnaire lui-même se dit ne pas être l'esclave du confort105. Il établit un lien entre son appel à l'apostolat à sa protection pour laquelle il semble ne pas s'inquiéter :

« Mais, je sais, mon Dieu qu'il n'est pas De sécurité pour nous hors de la place Que vous nous avez préparé106. »

Tandis que les autres missionnaires ménagent leurs jambes en se servant d'un tripoy107 lors de leurs tournées, le Père Auzanneau, estimant que c'était trop confortable, se contente

103 Ibidem

104 ERNOULT, Jean, Mazano... Op. cit., p. 5

105 Idem, p. 169

106 ERNOULT, Jean, Op. cit., 1994, p. 7

107 Sorte de chaise à porteur. Le missionnaire s'y installe et ses compagnons indigènes le transportent pendant le trajet.

de son baton de voyage et l'aide de quelques catéchumènes qui apportent sa valise-hotel et sa chaise longue faisant office de lit.

Ces sacrifices sont consentis dans le but de servir Dieu, mais aussi les Noirs à l'endroit desquels le missionnaire adopte une attitude paternaliste lorsqu'il les prend pour ses fils. Mais, il semble que ce paternalisme est bien perçu et accepté par le peuple de Kibouendé. En effet, après s'être absenté pendant treize ans, de 1941 à 1954, pour se faire soigner à Brazzaville puis à Bordeaux, il est à peine de retour à Brazzaville qu'une lettre portant la signature de la population de Kibouendé est adressée au président de l'Association des Originaires de Kinkala à Brazzaville pour lui demander de « bien vouloir se prosterner devant Son Excellence Monsieur Bernard » afin d'obtenir le retour de ce « brave prétre plein d'estime et de charme à la mission » .

Ces propos ne pourraient que surprendre certains missionnaires du XIXe siècle qui ont eu à faire face à l'hostilité des peuples qu'ils évangélisaient, tel Mgr Augouard qui, au début de son ministère au Congo, fut l'objet des attaques armées de la part des populations locales108. Ce fait que nous venons de citer témoigne donc qu'entre l'évangélisateur et les évangélisés, s'est tissé un rapport plutôt cordial. Par ailleurs, un élément important de ce rapport est le comportement qu'adopte le missionnaire vis-à-vis de ses fidèles qui rappelle celui d'un père à l'égard de ses enfants. Le paternalisme du Père Auzanneau est révélateur d'une mentalité dont le missionnaire européen est porteur, thème qui fera l'objet du nouveau chapitre de ce travail.

Dans un contexte de renouveau de l'oeuvre missionnaire généré par des facteurs multiples, le père Auzanneau, poitevin, spiritain, d'une certaine formation intellectuelle, consacre son apostolat au service des Africains. Sa rencontre avec le monde noir lui permettra de discourir sur l'espace et les habitants. La deuxième partie de cette étude s'efforcera d'analyser ce discours en tenant compte de l'environnement structurel dans lequel il était conçu.

108 LAMOUR BECHET, Antoine, Op. cit., f° 23

précédent sommaire suivant






La Quadrature du Net