WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Le Samusocial Mali et la prise en charge médico-psycho-sociale des enfants de la rue en situation d'urgence sociale. Quelles problématiques pour quelles prises en charge?

( Télécharger le fichier original )
par Jean Douba KONE
Institut national de formation des travailleurs sociaux - Diplôme supérieur en travail social 2010
  

sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

Le Samusocial Mali et la prise en charge médico-psycho-sociale

des enfants de la rue en situation d'urgence sociale

Quelles problématiques pour quelles prises en charge ?

Présenté par : Jean D. KONE

PROMOTION

ANNEE 2009-2010

Nom du directeur de mémoire : Oumar TRAORE

« Nous sommes fiers de notre mère qui est la rue, jamais elle n'a enfanté mais toujours elle a les bras ouverts pour accueillir des milliers d'enfants »

Groupe de rap composé d'enfants de la rue

GUEREBOU KOUNKAN

(Groupe de mendiants)

INTRODUCTION :

Le Mali est l' un des pays du tiers monde ; il connaît un indice de développement humain de 0,326 qui le positionne au 174ème rang sur 177 dans le classement du PNUD (Programme des Nations Unies pour le Développement).1(*)

La capitale Bamako, à l'instar des grandes cités des pays du tiers monde connaît un développement anarchique et accéléré, la paupérisation de larges couches de la population citadine, la désintégration familiale, la rupture des solidarités communautaires traditionnelles en milieu urbain et l'exode rural lié à l'attraction économique des villes.

Elle concentre à elle seule plus de 80% des infrastructures industrielles et commerciales, 50% des salariés du pays et 20% des effectifs de l'enseignement primaire. Cette situation en fait un pole d'attraction par excellence.1

Avec 1,3 millions d'habitants en 20032(*), Bamako est une ville où les enfants et les jeunes représentent 55% de la population de moins de 20 ans. On estime actuellement à environ 2,5% le taux d'accroissement naturel de la population et 4,5% son taux moyen de migration.3(*)

Le phénomène des enfants de la rue constitue de plus en plus une source de préoccupations dans le monde et au Mali. Il intéresse tant les pouvoirs publics, les associations religieuses, les organisations non gouvernementales que les organismes internationaux.

Selon l'UNESCO (United Nations Educational, Scientific and Cultural Organization/ Organisation des Nations Unies pour l'Education, la Science, et la Culture), le nombre des enfants de la rue stricto sensu, existe-t-il des enfants sans famille, ni protection institutionnelle, s'élève à quelques centaines voire quelques dizaines de milliers par villes. En y ajoutant tous les enfants en situation difficile qui tirent difficilement leur maigre subsistance dans la rue tout en entretenant quelques relations familiales ou institutionnelles, on estime qu'ils sont plus de 100 millions dans le monde. Plus de 140 millions d'enfants survivent dans le dénuement et la détresse.4(*)

Ces filles et garçons qui vivent des situations difficiles dans la rue représentent un groupe extrêmement vulnérable et défavorisé puisqu'ils sont exclus de la société dans la mesure où ils sont en rupture avec leur famille en tant que cellule initiale de l'ordre social.

L'étude menée en 2008 par le CNDIFE (Centre de Documentation et d'Information sur la Femme et l'Enfant) a pour but d'assurer une meilleure protection des enfants.

Face aux enjeux de la problématique de la protection des enfants, le CNDIFE s'est engagé en 2005 à faire l'état des lieux des enfants en situation difficile y compris ceux en conflit avec la loi. Les résultats de cette étude ont relevé un nombre important d'enfants en conflit avec la loi (plus 1400 enfants).5(*)

L'étude a été réalisée en 2008 sur toute l'étendue de la République du Mali excepté Kidal. Toutefois, les données collectées ont porté sur 2006 et 2007.

En 2006, il y a eu au total 923 enfants interpellés, dont 631 garçons et 292 filles. Ce chiffre a baissé en 2007 passant à 765 soit 582 garçons et 183 filles.

En 2006, il y a eu 322 enfants déférés (230 garçons et 92 filles). Parmi ce nombre 217 enfants ont été mis en détention provisoire dans les maisons d'arrêt et autres centres de détention. L'écart, soit 105 ont bénéficié d'unemédiation pénale et autres mesures alternatives.

En 2006, 39 enfants, dont 36 garçons et 3 filles ont été détenus avec des adultes. En 2007, ce sont 70 enfants dont 57 garçons et 13 filles qui ont été détenus avec les adultes.

Pour les filles, le vol constitue 55% des motifs d'emprisonnement et les autres motifs, notamment l'infanticide, les coups et blessures volontaires, le meurtre, etc. constituent 45%.

Le vol semble avoir été l'infraction la plus perpétrée par les enfants en conflit avec la loi dans la mesure où il constitue plus de la moitié de leurs motifs d'interpellation et d'emprisonnement.

De 2006 à 2007, ce phénomène a augmenté de 39 à 70 enfants concernés. Il faut rappeler que cette pratique va à l'encontre des dispositions de l'article 34 de la loi n°01-081 du 24 août 2001 portant sur la minorité pénale et l'institution de juridictions pour mineurs. Malheureusement elle perdure par le fait que la majorité des prisons maliennes n'ont pas été conçues avec un plan de séparation adultes /enfants.6(*) Il existe cependant un centre de détention et de réadaptation spécifique pour les garçons mineurs à Bamako.

Cette étude du CNDIFE met en lumière toutes les difficultés que la rue offre aux enfants ; qu'ils soient passés par la rue ou pas, la majorité de ses enfants se retrouvent entre la rue et la prison après avoir traversés les situations citées plus haut. Vu que les articles 25 et 29 de la Charte Africaine des Droits et du Bien être de l'enfant sont piétinés.7(*) J'ai trouvé utile de prendre ce thème sur le phénomène des enfants de la rue pour pouvoir comprendre les contours de la problématique et présenter l'expérience du Samusocial Mali en la matière.

Plusieurs ONG interviennent dans le domaine de l'enfance en situation difficile. Malgré leurs nombreuses interventions sur le terrain que ce soient les activités en rue en vue de les orienter dans des centres en perspective de leur insertion sociale, économique et professionnelle, les retours en famille et les suivis, le phénomène des enfants de la rue ne cesse d'augmenter à Bamako à une allure inquiétante et préoccupante.

Malgré ces efforts, il reste beaucoup à faire dans la prise en charge de ces enfants. Pour mener à bien cette recherche nous nous sommes posé un certain nombre de questions autour desquelles l'étude va s'articuler :

- Quelle est l'efficacité de la stratégie utilisée par le Samusocial Mali pour assurer la prise en charge médico-psycho-sociale des enfants de la rue ?

- Quel est l'impact de l'action du Samusocial Mali sur la vie des enfants de la rue ?

Pour répondre à ces différentes questions nous nous sommes fixés des objectifs et formulé des hypothèses dont l'atteinte et la vérification nous permettront d'approfondir nos connaissances sur la prise en charge des enfants de la rue.

Les hypothèses formulées dans la présente recherche sont les suivantes :

1- les facteurs déterminants du phénomène des enfants de la rue résultent des conditions de vie économique, sociale, éducative et culturelle des parents et d'un déficit de communication sociale.

2- Les stratégies et actions menées par le Samusocial Mali constituent une étape nécessaire à la réinsertion des enfants de la rue au sein de leur famille et de la société.

3- La prise en charge personnalisée pratiquée par Samusocial Mali s'avère une stratégie d'intervention efficiente de résolution des cas.

Quand aux objectifs, il s'agit de façon générale de contribuer à la compréhension du phénomène des enfants de la rue au Mali et de leur prise en charge.

De façon spécifique il s'agit de :

- Analyser les missions et stratégies d'intervention du Samusocial Mali.

- Analyser les facteurs déterminants qui engendrent le phénomène des enfants de la rue dans le district de Bamako.

- Apporter des propositions d'amélioration des stratégies d'intervention du Samusocial Mali dans la prise en charge médico-psycho-sociale des enfants de la rue.

- Apporter des propositions d'amélioration de la stratégie liée à la difficulté de mobilité des enfants par une démarche plus présente et régulière des équipes dans la rue.

Le mémoire est structuré en deux parties :

_ Une partie théorique comprenant de la recherche documentaire, des instruments de collecte des informations, l'échantillonnage, la classification des concepts et la revue (critique) de la littérature.

_ Une partie pratique dans laquelle nous décrivons le milieu d'étude, lnous présentons et analysons les résultats de l'enquête sur le terrain, la synthèse des résultats, et faisons quelques suggestions et propositions.

* 1 PNUD, Rapport sur le développement Humain 2004 page 48

* 2 VILLE DE BAMAKO, Mali (ISTED) page 10, Rapport intermédiaire,

* 3 DNSI, Rapport annuel 2005 page 27

* 4 UNESCO, Dans la rue avec les enfants programmes pour la réinsertion des enfants de la rue Editions UNESCO/BICE 1995.

* 5 Rapport final_ Etat des lieux de la situation des enfants en situation difficile et ? en conflit avec la loi au Mali page4

* 6 Rapport final CNDIFE 2008, Etat des lieux de la situation des enfants en conflit avec la loi au Mali, Page 4 à 5

* 7 Charte Africaine des Droits et du bien être de l'Enfant pages 9 et 10

sommaire suivant