WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

L'insécurité alimentaire dans la région du Nord au Cameroun: représentations sociales, stratégies de lutte et enjeux

( Télécharger le fichier original )
par Alain Christian ESSIMI BILOA
Université de Yaoundé I - Master en sociologie 2010
  

précédent sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

CHApiTRE 2 :
LA CoNsTRuCTioN DE LA CoNNAissANCE
soCiALE suR LEs CAusEs ET LEs
CoNsEQuENCEs DE L'iNsECuRiTE

Comme il a été mentionné précédemment, à la responsabilité de l'Etat qui n'est plus à démontrer, s'adjoignent d'autres facteurs ou causes immédiates à ce phénomène d'insécurité alimentaire dans la région du Nord. Ces facteurs tirent leur essence du comportement des populations qui sont immergées dans une interaction permanente avec leur habitacle naturel. Ceci n'est pas sans implications non seulement sur les populations concernées, mais encore sur cet environnement. Mais avant de nous étaler sur ses multiples causes, nous allons, nous apesantir sur ce que pensent les populations de l'insécurité alimentaire c'est-à-dire comment elles définissent ce phénomène.

JODELET soutient encore à propos des représentations sociales qu'elles constituent :

« une forme de connaissance, socialement elaboree et partagee, ayant une visee pratique et concourant à la construction d'une realite commune à un ensemble social. Egalement designee comme savoir de sens commun ou encore savoir naïf, naturel, cette forme de connaissance est distinguee, entre autres, de la connaissance scientifique ».

Plus loin, elle continue en affirmant que les représentations sociales concernent

« la façon dont nous, sujets sociaux, apprehendons les evènements de la vie courante (..) Bref, la connaissance spontanee, naïve, qui interesse tant aujourd'hui les sciences sociales, celle que l'on a coutume d'appeler la connaissance de sens commun ou encore pensee naturelle, par opposition à la pensee scientifique.

Cette connaissance se constitue à partir de nos experiences, mais aussi des informations, savoirs, modèles de pensee que nous recevons et transmettons par la tradition, l~education, la communication sociale. Aussi est-elle, par bien des côtes une connaissance socialement elaboree et partagee. »34

Les représentations sociales sont donc une sorte d'interface entre l'extérieur et l~intérieur, entre la réalité psychique et la réalité physique. Elles sont non pas une simple image de la réalité

34 Denise JODELET, op.cit.

mais une organisation qui a une signification précise. Elles font référence aux processus individuels, inter-individuels, intergroupes, idéologiques. Générées collectivement et donc partagées par les individus d'un même groupe, elles marquent la spécificité de ce groupe et contribuent à le différencier des autres. Sur le plan symbolique, le groupe véhicule ainsi de l'interdit, des normes, des codes et comportements. Il se forge des contrats explicites et implicites qui l'entraînent à toujours produire de l'imaginaire.

Les individus ou les groupes d'individus vont percevoir la réalité à partir des représentations qu'ils ont construites elles-mêmes à partir des interactions entres ces groupes. Cette réalité ainsi constituée pourra alors être adaptée aux normes et aux valeurs admises par ce groupe.

Au vu de ce qui précède, nous avons exploré les connaissances communes des populations de la région du Nord pour qu'elles partagent avec nous leur conception de l'insécurité alimentaire. Nous pouvons résumer les multiples définitions que nous avons collectées par celle que nous a donnée le lawane HAMITI TIZI d'Houmbal, village situé à 15 km de l'axe routier Garoua-Maroua et à 55 km de Figuil. Pour lui en effet, on parle de (( djoumtéké », l'insécurité alimentaire en fufuldé, lorsque :

(( la nourriture qu'on a pour manger est finie et qu'il n'y a plus rien d'autre c'est-à-dire que tout ce qu'on a gardé dans les greniers pendant les récoltes est déjà fini. Parfois, c'est quand ce qu'on a produit ne suffit pas pour nourrir tout le monde pendant la soudure. Et c'est à ces moments qu'on a le plus besoin d'aide. »

Bref les populations parlent d'insécurité alimentaire lorsque leurs ressources alimentaires ne parviennent plus à satisfaire leurs besoins ; quand elles n'ont plus grand-chose pour leur alimentation et qu'elles sont obligées de recourir à l'aide alimentaire ou à d'autres stratagèmes. Nous analysons plus bas les multiples origines de l'insécurité alimentaire.

LA REGION DU NORD

I- ATTRIBUTIONS CAUSALES DE L'INSÉCURITÉ

précédent sommaire suivant






La Quadrature du Net