WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

L'insécurité alimentaire dans la région du Nord au Cameroun: représentations sociales, stratégies de lutte et enjeux

( Télécharger le fichier original )
par Alain Christian ESSIMI BILOA
Université de Yaoundé I - Master en sociologie 2010
  

précédent sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

I-1-3 Les pachydermes

Le Cameroun est un pays qui regorge de nombreuses potentialités sur le plan touristique, dû à un milieu naturel qui contribue aussi au maintien de son équilibre écologique. Parmi ces potentialités, il y a les parcs nationaux (Waza, Bénoué, Bouba Njida, Kalamaloué et MozogoGokoro) et les réserves forestières (Kalfou, Faro, Pangar et Djérem, Kimbi, Dja, Douala-Edéa,

45 Augustin Herman WAMBO-YAMDJEU, Michel HARVARD, Aboubakar NJOYA, Développer l'agriculture irriguée pour consolider la sécurité alimentaire au Nord-Cameroun ? Actes du colloque sur : (( Savanes africaines : des espaces en mutations, des acteurs face à de nouveaux défis », Garoua, 2002.

46 Bulletin sur le criquet pélerin, N° 378, Mars 2010.

Campo et Lac Ossa). Les parcs entretiennent une faune riche et variée qui assure au pays un attrait touristique certain et lui permet de maintenir les espèces fauniques rares ou en voie de disparition. Mais les activités économiques et l'installation des hommes dans les zones avoisinantes sont régulièrement perturbées par les incursions sporadiques des animaux qui y vivent, entretenant ainsi des risques permanents de catastrophes. C'est le cas avec les éléphants.

L'éléphant est un grand mamifère herbivore pourvu d'une trompe et de défenses en ivoire. On distingue l'éléphant d'Asie, celui d'Afrique de savane et celui d'Afrique de forêt encore appelé « éléphant nain ». L'espèce de savane, la plus grande, peut mesurer jusqu'à 4 m au garrot. Malgré leur poids énorme47, les éléphants sont capables de se déplacer silencieusement. Ils avancent à grandes enjambées régulières et rythmées. L'épais coussin de tissu élastique qui couvre le talon permet d'amortir les chocs à leurs pas. Les éléphants marchent à la vitesse de 6 km/h, mais peuvent charger à quelques 40 km/h. Lorsqu'on sait comment sont fragiles et précaires les habitations dans les zones rurales des régions de la savane, (cf photo cidessous) on peut dès lors se faire une idée sur les conséquences possibles de leur déplacement spectaculaire, suite logique de la massivité et de l'énormité de cette espèce animale.

Des cases au village HOUMBAL
Photo Alain Christian ESSIMI BILOA

47 1,5 tonne chez l'éléphant de forêt, 5 tonnes chez l'éléphant d'Asie et 7 tonnes chez l'éléphant de savane

Plus intéressant encore, les éléphants sont grégaires et très sensibles aux appels et aux mouvements de leurs congénères. Ils forment généralement des groupes familiaux de 15 à 30 animaux ou plus, composés de femelles et de jeunes menés par une femelle dominante plus ou moins âgée. Seuls les mâles, notamment chez les éléphants d'Afrique, ayant atteint leur maturité sexuelle, vivent en solitaires ou constituent des groupes temporaires. Les éléphants circulent généralement sur des couloirs, sorte d'itinéraires qui semblent être préalablement établis.

Ils ne peuvent pas galoper ou sauter des fossés, mais ils nagent aisément dans les fleuves ou les lacs. C'est ce qui explique la possibilité pour les éléphants de se mouvoir sur un territoire vaste, voire d'un pays à un autre, même en franchissant les obstacles naturels tels les cours d'eau.

Les éléphants ont un régime exclusivement herbivore : ils se nourrissent d'herbes, mais aussi de bulbes, de bourgeons, de bambous, de fruits, etc. Ils peuvent consommer, pour les gros, jusqu'à 225 kg de végétaux et boire jusqu'à 190 litres par jour ! C'est dire combien peut être dévastateur leur passage dans un champ. Les plus petits ingèrent tout de même quotidiennement quelques 100 kg de produits végétaux. En raison de leurs besoins importants, les éléphants consacrent environ 20 h par jour à la recherche de nourriture. Leur trompe est en outre une véritable machine qui joue plusieurs rôles. Elle leur permet, en effet, entre autres, de « foudroyer » des arbres et de porter des objets lourds.

Impact de leur passage

Le passage des éléphants sème la désolation et la famine le long de leur parcours, car ils détruisent non seulement les cultures, mais aussi les greniers et quelquefois les habitations. En 2009, aus mois d'octobre et de novembre, ce sont les villages de l'arrondissement de BOGO (Ardjani, Do Yoldé, Hir A Guewo, Liringo, Wouro, Mango, Dassingaré, Botchao ...) et du district de Dargala (Tchabeyel, Maguirawo, Ouro-Souley ...) ainsi que d'autres villages le long du couloir qui mène à Kaélé qui ont le plus subi le contre-coup de la sortie des éléphants du parc ayant entrepris de migrer vers le sud. On sait par ailleurs que les populations de la zone de la savane du nord vivent de la céréaliculture qui constitue la principale activité des paysans. Au mois d'octobre, les graines de maïs, de mil ou de sorgho sont à leur phase de mûrissement. On comprend dès lors l'impact du passage des pachydermes dans les zones mises en valeur ou le déficit alimentaire auquel les populations victimes auront à faire face. Selon les autorités de Dargala, les dégâts causés se chiffrent à 17,5 hectares de champs dévastés.

précédent sommaire suivant






La Quadrature du Net