WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

L'insécurité alimentaire dans la région du Nord au Cameroun: représentations sociales, stratégies de lutte et enjeux

( Télécharger le fichier original )
par Alain Christian ESSIMI BILOA
Université de Yaoundé I - Master en sociologie 2010
  

précédent sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

II- LE PROGRAMME ALIMENTAIRE MONDIAL (PAM)

Comme sa consoeur la FAO, le PAM est l'un des organes du système des Nations Unies en charge des questions alimentaires. En effet, créé en 1963, il lui a été assigné comme objectif de : « fournir de l'aide alimentaire en priorité aux pays dont les ressources alimentaires sont insuffisantes et à apporter son assistance à la mise en place des projets de développement économique et social »93.

A court terme, il se propose de distribuer des denrées alimentaires aux populations sinistrées pour que ces dernières ne soient pas exposées à la sous-alimentation. A plus long terme, la vision du PAM est de : « sauver des vies, alléger les conséquences de la famine et permettre aux

populations victimes de la pauvreté et de l'insécurité alimentaire de faire des investissements quileur viendront en aide »94.

C'est le 03 avril 1968 que le Cameroun l'accord de base avec cet organisme. Le bureau de pays se trouve derrière l'hôtel de ville de Yaoundé. Il a une antenne à Bertoua et un sous-bureau à Garoua au quartier Marouaré vers le Motel pour desservir les zones à déficit alimentaire que sont l'Adamaoua, le Nord et l'Extrême-Nord.

92 Source : FAO

93 PAM, Directives d'évaluation conjointe HCR/PAM, juin 2004, 1ère édition, p.329.

94 PAM, Ibid, p.331.

Siège du PAM à Yaoundé
Photo Alain Christian ESSIMI BILOA

Le PAM fonctionne par programmes quinquenaux. Le programme de pays en cours s'étale entre 2008 et 2012. Ce programme prend en compte l'analyse pays 2006 et et les axes définis comme prioritaires ; en particulier les analyses fondées sur les axes 2 et 6 du Document de Stratégie de Réduction de la Pauvreté révisé en juin 2005 à savoir : « le renforcement de la croissance par la diversification de l'économie et le renforcement des ressources humaines, du secteur social et l'insertion des groupes défavorisés dans le circuit économique »95.

Le programme de pays Cameroun 2008-2012 (dont le code est 10530.0) comporte deux composantes et qui répondent aux objectifs du document du plan cadre des Nations Unies pour l'Assistance au Développement (UNDAF). Il s'agit de l'appui à l'éducation de base et de l'appui à la sécurité alimentaire et au développement rural. Le coût total du programme de pays s'élève à 14.523.995 US dollars soit 7.261.997.500 F.CFA dont une contribution de 9.759.770. US dollars (4.879.885.000 F.CFA) du PAM et 4.764.225 US Dollars (2.382.112.500 F.CFA) de la part du gouvernement camerounais ; ce qui équivaut à environ 33%.

95 DSRP, 2003.

Le PAM opérationnalise son programme par la construction de greniers communautaires, les cantines scolaires et bien d'autres porgrammes.

II-1 La construction des greniers communautaires

Le PAM a baptisé ce programme « le grenier vilageois ». Le grenier communautaire est une réserve de céréales construite dans un village dans l'optique de stocker des céréales au moment des récoltes pour les utiliser pendant les périodes de disette. Sa capacité oscille entre 15 et 30 tonnes de céréales.

Un grenier communautaire dans le village LANGUI MAHOL
Source : PAM

A cet effet, le PAM répertorie et sélectionne des groupes d'hommes, mais surtout de femmes (GIC) sur la base de critères de vulnérabilité (à l'insécurité alimentaire) et surtout d'organisation (autour de GIC bien structurés). Ces groupes adressent des demandes et si le

PAM les retient, il lance la construction du grenier par l'entremise d'un sous-traitant. Lorsque la construction du grenier est achevée, le PAM l'approvisionne à hauteur de 10 à 20 tonnes.

Un comité de gestion, établi par la communauté ou le GIC, s'occupe du stockage, de la conservation, de la commercialisation (unijquement pendant les disettes) et du réapprovisionnement des céréales. Cependant, lors de la vente, ce sont les couches les plus défavorisées, identifiées par les populations, qui sont privilégiées. Les prix pratiqués sont raisonnables non seulement pour que la concurrence soit stimulée par rapport aux commerçants qui ont tendance à contrôler à monopoliser le marché local.

A la fin des opérations, les quantités reçues sont remboursées avec 1 ou 2 kg en plus, mais les bénéfices générés profitent aux populations impliquées.

C'est depuis 2000 que le PAM finance la construction des greniers communautaires dans le Grand-Nord en général. Le constat montre que le nombre de greniers va crescendo au fil des années. En 2006 par exemple, 21 greniers ont été construits dans la région. En 2008, c'set 55 greniers qui ont vu le jour et en 2009, le chiffre a atteint 17596.

Tout le monde peut bénéficier des greniers communautaires. Par exemple en 2008, on a recensé pour les 55 greniers construits 1620 bénéficiaires directs. Mais un accent particulier est mis sur les femmes, comme l'attestent les tableaux ci-dessous :

Nombre de
greniers

Nombres de
bénéficiaires directs

Nombre
d'hommes

Nombre de
femmes

% de
femmes

55

1.620

413

1.207

74%

Tableau 6 : Bénéficiaires directs des greniers communautaires en 2008. Source PAM.

Nombre de
greniers

Nombres de
bénéficiaires
indirects

Nombre
d'hommes

Nombre de
femmes

% de
femmes

55

165.000

79.200

85.800

52%

Tableau 7 : Bénéficiaires indirects des greniers communautaires en 2008. Source PAM.

96 Par comparaison, dans la même période dans l'Extrême-Nord, 126 greniers ont été construits en 2006, 159 en 2007 et 130 en 2008 tandis que dans l'Adamaoua, aucun grenier n'a été construit en 2006 et 2007 et seulement 20 en 2008. Données fournies par la représentation du PAM à Garoua qui supervise les opérations dans tout le Grand-Nord.

Le PAM ayant constaté des cas de détournement des dons, qui sont revendus en zone urbaine et non au profit des bénéficiaires cibles, a instauré un suivi après deux ou trois semaines. Mais surtout une formation est assurée aux comités de gestion en charge du management des greniers. Ainsi,

« A rapid assessment is carried out to identify eligible communities to the establishment and running of a granary. Thereafter consultation will take place with stokeholders to further brief them on modalities and requirements of a granary management as well as the community commitments. Further to each consultation process the beneficiaries should put in place a steering committee composed of mainly women to whom they will delegate the management authority. In addition to the food assistance, WFP also is porviding technical assistance of local NGOs to assist in building the institutional (organizational and managerial) capacity of the management committee.»97

Chaque projet a une durée de cinq ans. Après cela, les villageois se prennent en charge eux-mêmes. En résumé, ce sont les populations qui elles-mêmes qui gèrent leurs greniers. L'aide du PAM n'est pas ainsi accordée à des individus isolés, mais à des groupes ou à des communautés. Mais le PAM a d'autres stratégies dans le cadre de la lutte contre l'insécurité alimentaire.

précédent sommaire suivant






La Quadrature du Net