WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

L'insécurité alimentaire dans la région du Nord au Cameroun: représentations sociales, stratégies de lutte et enjeux

( Télécharger le fichier original )
par Alain Christian ESSIMI BILOA
Université de Yaoundé I - Master en sociologie 2010
  

précédent sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

II-2 Les autres stratégies du PAM : les cantines scolaires, le programme « Vivres contre
travail »98 et l'assistance alimentaire

Le premier projet d'assistance aux écoles mené par le PAM date d'octobre 1973 à juin 1980 dans le cadre du « Projet CMR 773 ». Il était destiné aux élèves des écoles primaires dotées d'un internat et ceux des Ecoles Techniques d'Agriculture. Ce projet a alors permis d'octroyer 20.788 tonnes de diverses denrées en faveur de 50.000 bénéficiaires. Le programme d'alimentation scolaire au sein du Programme de pays 10214.0 (2003-2007) qui s'est achevé a

97 WFP and Cameroon : a community-based system to better cope at local level with seasonal food storages and/or high food prices in Northern Cameroon, February 2009, p.2.

98 PAM, Note d'information sur le programme d'alimentation scolaire au Cameroun, Yaoundé, Février 2009, pp.2- 4.

assisté pendant la dernière année de sa mise en ceuvre 367 écoles avec plus de 82.500 bénéficiaires. Les principales recommandations sectorielles de l'appréciation sur l'activité « alimentation scolaire » du programme de pays a recommandé :

- de poursuivre l'appui à l'éducation à travers l'alimentation scolaire ;

- d'améliorer le suivi de l'exécution et de mesurer son impact éducatif notamment grâce à un renforcement des capacités des agents du MINEDUB participant à la gestion de l'activité ;

- de mener un plaidoyer auprès du Gouvernement pour qu'il s'engage de manière plus affirmée, y compris dans ses choix budgétaires, dans la prise en charge porgressive de la gestion et de l'approvisionnement des cantines scolaires, permettant leur pérénnisation à terme et un désengagement progressif du PAM.

Le Programme de Pays en cours se fixe pour objectifs :

- faciliter l'accès des jeunes à l'éducation et réduire l'inégalité entre les sexes ; - accroître le taux d'inscription et de fréquentation scolaires ;

- réduire le taux d'abandon scolaire ;

- accroître le taux de scolarisation des filles ;

- maintenir les filles à l'école au cours des 3 dernières classes du cycle primaire ; - réduire l'inégalité géographique au niveau de l'éducation de base.

Le PAM a fourni, au cours de l'année scolaire 2008/2009, 3.000 tonnes de denrées (riz, haricot, niébé, huile, sel et maïs) à plus de 51.000 enfants assistés. Le nombre de bénéficiaires du programme actuel est estimé à 55.000 élèves dont 7.750 filles pour les rations à emorter pendant la première année du projet. Le Gouvernement devrait se charger de l'alimentation scolaire des autres enfants nécessiteux qui ne sont pas pris en compte par le présent programme de pays. Les enfants reçoivent un repas à l'école 165 jours par an. Le PAM fournit des rations à emporter aux filles scolarisées des trois dernières années du primaire sur la base d'une assiduité d'au moins 80%. Ces rations devraient inciter les familles à inscrire et maintenir les filles à l'école. Sur une durée de 5 ans (la durée du programme 2008-2012 en cours), le PAM fournira 14.765 tonnes de produits alimentaires, dont 12.804 tonnes de céréales, 1.367 tonnes de légumes secs, 45 tonnes d'huile végétale et 137 tonnes de sel iodé. La contribution régulière des parents à l'alimentation scolaire de leurs enfants sous forme de légumes, viande, poisson, arachide et condiments constitue un supplément nutritionnel substanciel et de bois de chauffe pour la préparation des repas.

Le tableau ci-dessous indique combien pourra coûter ce programme au PAM. En se basant sur les coûts indiqués sur les IFP du CP1530.0, le coût moyen par élève bénéficiaire s'élève à environ 44 et 143 US dollars respectivement pour la ration humide et la ration à emporter pour les jeunes filles.

Rubrique

Tonnage

Coût à la
tonne
(XAF)

Coût total

Nombre
d'élèves
bénéficiaires

Coût moyen par
élève bénéficiaire
(XAF)

Cantines
scolaires

1.751

698.824

1.211.383.824

55.000

22.025

Ration
sèche

1.163

476.297

553.933.411

7.750

71.475

Tableau 8 : Estimation du coût du Programme d'Alimentation Scolaire (2008-2012).
Source PAM

Le PAM souhaite ainsi faire d'une pierre deux coups : mettre les enfants à l'abri de l'insécurité alimentaire et encourager leur scolarisation ; répondant par la même aux deuxième et troisième Objectifs du Millénaire pour le Développement à savoir : assurer l'éducation primaire pour tous et promouvoir l'égalité des sexes et l'autonomisation des femmes.

Les partenaires impliqués dans l'exécution de cette activité sont le Gouvernement à travers le Secrétariat Permanent du Comité de Gestion de l'Assistance FAO/PAM (partenaire opérationnel) et le MINEDUB (partenaire technique). Les modalités d'intervention et d'organistation sont définies dans le tableau ci-dessous.

INTERVENANTS

 

RÔLE / RESPONSABILITÉS

PAM


·

Fournit les denrées alimentaires (céréales, haricot, huile, sel iodé ou toute autre denrée disponible) et non alimentaire (matériel de magasin,...) au Gouvernement


·

Livre les denrées alimentaires au niveau des magasins régionaux de Ngaoundéré, Garoua et Maroua


·

Conseille le Gouvernement sur l'utilisation de l'aide

alimentaire


·

Contrôle l'utilisation de l'aide alimentaire du PAM


·

Effectue des missions de contrôle, de suivi et d'évaluation sur le terrain

COMITÉ DE
GESTION DE
L'ASSISTANCE


·

Assure la gestion logistique de l'aide alimentaire


·

Confectionne les différents rapports (rapports trimestriels, rapports d'exécution du projet, rapport de mi-parcours et

FAO/PAM

 

les transmet au PAM


·

Assure l'assure l'acheminement des denrées du PAM vers les cantines scolaires


·

Assure un bon entreposage des vivres du PAM


·

Effectue des missions de contrôle et d'évaluation

UNITÉ CENTRALE
DE
COORDINATION


·

Définit les grandes orientations du Programme


·

Supervise la gestion logistique et technique du Programme


·

Dresse la liste des écoles bénéficiaires


·

Effectue des missions de contrôle et d'évaluation


·

Analyse les informations concernant le Programme


·

Prend des mesures pour s'assurer que seuls les enfants inscrits mangent à la cantine

UNITÉ
RÉGIONALE DE
COORDINATION


·

Supervise le suivi technique et logistique du Programme au niveau régional


·

Propose les écoles susceptibles de bénéficier de l'aide alimentaire du PAM à l'UCC


·

Collecte et/reçoit et analyse les données relatives au Programme au niveau régional


·

Mesure l'impact du Programme au niveau de la région


·

Confectionne et achemine à l'UCC un rapport trimestriel de fonctionnement des cantines de la région


·

Assiste aux opérations de reconditionnement et de constat d'avaries au niveau du magasin régional

MINISTÈRE DE
L'ÉDUCATION DE
BASE


·

Assure la sélection des écoles bénéficiaires de l'assistance conformément aux critères établis


·

Préside les réunions de l'UCC


·

Initie toutes actions nécessaires en direction des délégations régionales visant à garantir un bon suivi du Programme


·

Veille à l'application du par les écoles bénéficiaires de la réglementation en matière de gestion des cantines telles que prescrite

· Assure la supervision nationale du Programme
(composante fondamentale 1)

DÉLÉGUÉ
DÉPARTEMENTAL DU
MINEDUB

· Recommande à l'Unité régionale de nouvelles écoles susceptibles de bénéficier de l'aide du PAM

 
 
 
 

INSPECTEUR
D'ARRONDISSEMENT

· Présélectionne les écoles susceptibles de recevoir l'aide du PAM

 
 

DE L'ÉDUCATION DE
BASE

 

sur tout ce qui concerne le Programme

 

Forme les directeurs d'écoles aux modalités de gestion des cantines

 

Supervise et visite les cantines scolaires de sa zone

 

Confectionne un rapport trimestriel et le transmet à sa hiérarchie

 

Propose la suppression de certaines écoles pour des raisons de mauvaise gestion

 

Mesure l'impact du projet au niveau de son

arrondissement

 

Tableau 9 : Rôle/responsabilités des différents intervenants du Programme Cantines
scolaires. Source PAM

> Le programme « Vivres contre travail »

Dans ce programme, le PAM identifie dans sa zone d'intervention des travaux d'ordre communautaires. Ces travaux concernent des domaines aussi variés que les ouvrages hydroagricoles, la conservation des eaux ou des sols ... On peut citer la construction des biefs, radiers, digues, passages busés ... 89 tonnes de céréales sont ainsi en cours de livraison pour assister les travailleurs communautaires.

Projets

Periode

Titre

Volume en
denrees (t)

Cout en fcfa
pour le PAM

CMR 773

1973 - 1980

Appui au IIIème plan

24.830

1.066.000.000

CMR 773/I

1980 - 1986

Appui au Vème plan

21.977

2.601.250.000

CMR 773/II

1986 - 1992

Appui aux V et VIème
plans

41.436

6.991.750.000

CMR 4077

1992 - 1996

Appui du PAM au PAFT

6.080

1.207.104.000

CMR 4387

1992 - 1996

Alimentation scolaire en
appui à la DSA

16.367

2.233.995.000

CMR 4387/I

1998 - 2004

Alimentation scolaire en
appui à la DSA

18.223

6.665.710.100

CMR 10031.0

2001

Projet d'action rapide de
sécurité alimentaire et
développement rural

 

352.632.000

CMR 10214.0 Activité 1

2004 - 2007

Assistance alimentaire aux
écoles primaires dans les
provinces de l'Adamaoua,
du Nord et de l'Extrême-

Nord

18.752

4.774.902.600

CMR 10214.0 Activité 1

2004 - 2007

Sécurité alimentaire et
développement rural dans
les provinces de
l'Adamaoua, du Nord et de
l'Extrême-Nord

6.096

1.627.423.200

TOTAL

153.761

26.453.712.600

EMOP (Emergency Operation) : les opérations d'urgence

EMOP 938

Avril 1971

Assistance à la population
(sécheresse)

 

47.333.160

EMOP

Septembre
1988

Assistance es faveur des
populations sinistrées des
provinces du Nord et de
l'EN

 

51.600.000

EMOP 6084

1999

Calamités naturelles NO et
EN

2151,1

 

CMR 100101.0

2001

Sécheresse Nord et EN

4643

1.519.487.900

 

Tableau 10 : Quelques projets et opérations d'urgence du PAM. Source PAM.

précédent sommaire suivant






La Quadrature du Net