WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

L'insécurité alimentaire dans la région du Nord au Cameroun: représentations sociales, stratégies de lutte et enjeux

( Télécharger le fichier original )
par Alain Christian ESSIMI BILOA
Université de Yaoundé I - Master en sociologie 2010
  

précédent sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

CHApiTRE 5 :
L'ETAT ET LA LuTTE CoNTRE LE
pHENoMENE DE L'iNsECuRiTE
ALiMENTAiRE

Depuis qu'elle a commencé à sévir et à s'intensifier dans la région du Nord, les pouvoirs publics n'ont pas ménagé leurs efforts pour tenter de juguler l'insécurité alimentaire et ses effets sur les populations. Pour maîtriser et limiter la variabilité du déficit céréalier, des mesures sont mises en oeuvre. La lutte se fait ainsi en amont pour augmenter et sécuriser la production afin de répondre à des besoins sans cesse croissants ; et en aval pour mieux valoriser et mieux gérer la production afin de réduire les pertes et faciliter l~accès des produits. Ce combat tous azimuts est mené au travers de la création d'organismes et l'adoption de programmes et projets.

I- LA CRÉATION D'ORGANISMES : L'OFFICE CÉRÉALIER

L'un des facteurs qui accentue souvent les effets de l'insécurité alimentaire dans la région du Nord est l~approvisionnement des populations en denrées pendant les périodes de disette. C'est dans cette optique que l'Office Céréalier voit le jour en 1975 ayant son siège à Garoua. Cet organisme est mandaté par l'Etat pour constituer un stock permanent de sécurité, disponible pour approvisionner les marchés en céréales en période de forte augmentation des prix, afin de les limiter. Il remplit donc une fonction de régulation du marché car il doit tout mettre en oeuvre pour empêcher l~inflation en maintenant une offre suffisante qui réponde à la demande. De cette manière, la spéculation pratiquéd par des commerçants sans scrupules est plus ou moins freinée et les prix restent relativement bas.

Depuis sa création et surtout depuis la grande sécheresse de 1984-1985, lorsque le Gouvernement veut accorder des aides alimentaires et en fonction des disponibilités, il les puise dans les stocks de l'Office qui appartient à l'Etat. Dans la situation actuelle, il dispose dans ses magasins d'environ 5.000 tonnes de céréales99 ; grâce au concour financier de l'Etat. Ce qui n'est pas négligeable quand la disette s'annonce.

99 Il s~agit précisément de 45.534 quintaux au 30 juillet 2009. Source l'OC.

L'Office Céréalier est sur un projet de stockage céréalier avec la Banque Islamique de Développement (BID) et l'Organasation des Pays Exportateurs de Pétrole (OPEP). Ce projet vise à stocker 15.000 tonnes de céréales. Dans le cadre de ce projet, les deux bailleurs de fonds prennent en charge les gros investissements notamment :

- la construction des magasins de stockage,

- le désenclavement de certaines zones à production céréalière par l'aménagement des pistes rurales,

- la mise en place d'une capacité suffisante de transport de céréales,

- la mise en place des outils et des produits de traitement des stocks.

Le Directeur Général de cette structure, Gilbert GOURLEMONT, nous a fait part de l'autre domaine dans lequel s'investit l'Office Céréalier : « Au niveau de la recherche agronomique, on essaie de trouver des variétés adaptées à cycle court pour combattre la sécheresse. On essaie également de trouver des variétés qui puissent être à l'abri des attaques des prédateurs ».

Jusqu'à présent, les résultats atteints dans ce sens n'ont toujours pas été très probants. C'est pourquoi les actions de l'Office Céréalier restent centrés sur ses objectifs de départ à savoir la constitution de réserves de sécurité.

précédent sommaire suivant






La Quadrature du Net