WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

L'insécurité alimentaire dans la région du Nord au Cameroun: représentations sociales, stratégies de lutte et enjeux

( Télécharger le fichier original )
par Alain Christian ESSIMI BILOA
Université de Yaoundé I - Master en sociologie 2010
  

précédent sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

V- MÉTHODOLOGIE

V-1 Cadre théorique

Dans le cadre de ce travail, deux grilles de lecture ont été mobilisées.

V-1-1 L'analyse stratégique

Cette approche analytique est développée par le sociologue français Michel CROZIER. Dans ses travaux sur l'organisation, il met l'accent sur les dimensions intentionnelle et stratégique du comportement des acteurs. Ainsi, les relations humaines résultent des stratégies des acteurs qui (( manoeuvrent, mobilisent des ressources, négocient, et concluent des alliances pour atteindre des objectifs dont la rationalité est limitée. »18

Dans le cadre de notre recherche, l'analyse statégique nous a permis d'analyser justement les stratégies mises en Suvre par tous les acteurs pour lutter contre l'insécurité alimentaire dans la région du Nord.

Par ailleurs, CROZIER soutient que, quelle que soit la lourdeur des containtes du système, l'acteur conserve toujours une (( marge de liberté qui lui permet de saisir les opportunités qu'offre la situation, de les fructifier »19. Les actions menées par les différents acteurs pour barrer la voie à l'insécurité alimentaire dans la région du Nord ne sont pas fortuites ou gratuites. Ces actions sont, la plupart du temps, la résultante de calculs. Il y transparaît des relans de nature économique, sociaux ou politiques que nous nous sommes chargés de dévoiler et de démystyfier.

17 Serge MOSCOVICI, op.cit., p.211.

18 Michelle GIACOBI, Jean Pierre ROUX, Initiation à la sociologie, Paris, Hatier, 1990, P.291.

19 Michel CROZIER, Erhard FRIEDBERG, L'acteur et le système, Paris, Seuil, 1977.

V-1-2 La sociologie critique

La réalité sociale n'est jamais donnée à l'observation première ou superficielle. Les sociétés étant caractérisées par une certaine « hypocrisie », toute analyse sociologique mérite d'être réalisée à deux niveaux au moins : le niveau patent et le niveau latent. Bien plus, le sociologue doit considérer que le sens profond et réel de son objet ne peut être conquis qu'à travers un dépassement, voire une remise en cause de l'aspect officiel qui ne constitue en fait qu'un voile d'occultation de l'aspect caché, plus révélateur de la dynamique sociale.

Cette conception de la société se trouve à la base de la sociologie critique ; modèle d'analyse dont les origines sont à trouver dans les travaux de l'Ecole de Frankfort. Les pionniers de cette école comme Herbert MARCUSE, Max HORKHEIMER ou Theodor ADORNO élaborent une théorie basée sur une critique de la science et de la raison. Laquelle théorie doit favoriser l'émancipation des hommes en leur dévoilant les mécanismes de domination ; en essayant de comprendre les idéologies qui sous-tendent les actions et les pratiques des « bienfaiteurs ». La sociologie critique a donc pour mission de libérer les énergies internes ; d'aider les peuples à prendre conscience par les moyens de la connaissance. Elle est réactualisée par des auteurs contemporains comme Alain TOURAINE, Georges BALANDIER, Georges GURVITCH ou Jean ZIEGLER. Pour ce dernier, « flans la pratique de la sociologie, si tu arrives à cerner le logos, la raison objective d'un processus, alors, celui qui te lit devient plus libre, parce qu'il acquiert des connaissances sur ce qui lui arrive »20.

L'usage de la sociologie critique se justifie par son principe qui consiste à lire la réalité à deux niveaux. De ce fait, elle recommande au chercheur de se méfier du discours des acteurs, ou tout au plus, de partir de ce discours pour déceler, après critique et déconstruction, le sens profond de leur agir. Ainsi, dans la présente étude, nous nous sommes attelés à analyser les divers mécanismes et procédés mis en place par les populations, les pouvoirs publics et les organismes internationaux. La compréhension de ces procédés, aussi bien par les gouvernants que par les populations, et les implications qui peuvent en découler pourra permettre, aux partenaires en présence, de trouver les voies et moyens qui conduiront à une autosuffisance alimentaire réelle et permanente dans cette région en particulier et au Cameroun en général.

20 Jean ZIEGLER, La Terre qu'on a, Paris, Edi, 1989, p.235.

précédent sommaire suivant






La Quadrature du Net