WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

L'effet des amendements organiques sur la structure des communautés de nématodes sur culture de tomate dans la région de Touggourt en Algérie

( Télécharger le fichier original )
par Soumya BELAHAMMOU
Université Saad Dahleb de Blida Algérie - Master académique en sciences de la nature et la vie spécialité : phytopharmacie appliquée 2011
  

précédent sommaire suivant

INTRODUCTION GENERALE

L'agriculture saharienne a été depuis longtemps de type familial, avec un système oasien basé sur la phoeniciculture couvrant environ 60.000 hectares (80.000.000 de palmiers), en association avec la céréaliculture et le maraîchage. Parmi ce dernier, nous notons une dominance des solanacées: tomate-poivron-piment-aubergine et des cucurbitacées (Djarroudi, 2001).

Le mode de culture en palmeraie offre un microclimat qui réunit d'une part, les conditions édaphiques et climatiques typiques pour accroître la production et augmenter le rendement. Mais, il favorise la pullulation des nématodes phytoparasites, notamment, le genre Meloïdogyne qui cause de nombreux problèmes aux cultures des zones sahariennes. Il est très connu par son agressivité et les pertes considérables de rendements dans les cultures maraîchères sahéliennes (Senghor, 1998 ; Villenave et al., 1998). Cependant, les nématodes peuvent avoir un impact substantiel sur la dynamique nutritive dans le sol, en agissant sur la décomposition de la matière organique du sol et en augmentant la minéralisation des éléments nutritifs des plantes (Griffiths, 1994 ; Bardgett et al., 1999 ; in Verschoor et al. 2002).

La préparation du sol et l'apport de compost permettent d'améliorer le statut organique du sol, en conséquence un meilleur développement de la plante cultivée. Par ailleurs ces traitements induisent des modifications de la structure spécifique des communautés de nématodes phytoparasites en augmentant l'abondance d'une espèce peu pathogène qui pourra limiter les dégâts dus aux nématodes (Villenave et al., 1998).

Plusieurs travaux signalent qu'un apport d'amendement organiques (animale ou végétale) par les producteurs est une alternative de gestion des cultures visant à réduire ou à éliminer les intrants synthétiques (Mian et Rodrigue- Kabana, 1982 ; Abawi et Widmer, 2000 ; Mc Sorley et Fredirick, 1999 in Nahar et al., 2006). En effet ces amendements améliorent la qualité (la fertilité et la structure) du sol et peut réduire des pertes dues aux phytoparasites sans la pollution environnementale liée à

l'utilisation d'engrais et des pesticides chimique tout en augmentant la récolte et les rendements (Boehm et al., 1993 ; Jobin et Petit, 2004 et Oka, 2010)

.

En rapport avec les travaux sus cités, nous avons entrepris la présente étude. Les objectifs visés sont d'une part d'évaluer l'effet des amendements organiques sur les variations temporelles des communautés de nématodes rencontrés sur tomate dans un biotope saharien (la région de Touggourt), et d'autre part estimer leur action sur les nématodes à galle (Meloidogyne).

Pour atteindre les objectifs visés, nous avons adopté une méthodologie de recherche visant :

+ Une analyse bibliographique en quatre chapitres

+ Chapitre I : Arbore une synthèse bibliographique sur les communautés de nématodes associés aux cultures maraichères.

+ Chapitre II : Traite des généralités sur les amendements organiques.

+ Chapitre III : Description de la plante hôte « Tomate »

+ Chapitre IV : Présentation de la région d'étude "D'Oued Righ"

+ Une partie expérimentale portant deux chapitres

+ Chapitre I : Présente la méthodologie de travail utilisée.

+ Chapitre II : Traite les résultats obtenus, suivi par la discussion et une conclusion générale.

I

111/

' Ir.,M

- ~
·

__

Les nématodes possèdent un appareil excréteur, mais chez les phytoparasites, la seule partie habituellement visible est le segment de tube

Chapitre I: Données bibliographiques sur les communautés de nématodes associés aux cultures maraichères

I.1.Généralités sur les nématodes

Les Nématodes ou Anguillules sont de petits vers ronds microscopiques mesurant presque tous moins d'un millimètre de long. Ils sont le plus souvent invisibles (Sonneville, 2006). Ils sont vermiformes et forment un groupe zoologique très important du fait qu'ils contiennent un grand nombre d'espèces qui vivent dans des milieux divers (De Guiran, 1983).

Les nématodes sont parmi les animaux les plus diversifiées, généralement les plus abondantes des métazoaires et les plus importants consommateurs secondaires dans le sol (Mulder et al., 2005). Ils sont largement distribués et occupent une position centrale dans le réseau trophique du sol (Moore et de Ruiter, 1991). Ils ont des effets profonds sur la décomposition des matières organiques, et la minéralisation des éléments nutritifs (Seastedt et al., 1988; Sohlenius et al., 1988), la transformation et le transfert d'énergie (Anderson et al., 1981; Freckman,1988; Yeates et Bongers, 1999; Neher, 2001, Coleman et al.,2004). De nombreux rapports indiquent que les nématodes possèdent plusieurs particularités qui font d'eux des bio-indicateurs écologiques utiles dans le sol et les écosystèmes aquatiques (Freckman, 1988).

Morphologiquement, les nématodes sont constitués d'un tube externe (cuticule) enveloppant deux tubes internes superposés, le tube digestif et le tractus génital (Cayrol et al., 1992).Les nématodes phytoparasites se caractérisent par la présence dans la cavité buccale d'un stylet performant. C'est cet organe en forme d'aiguille creuse que l'animal enfonce dans les tissus du végétal pour absorber le contenu prédigéré des cellules. Il est suivi d'un canal oesophagien qui comprend une partie musculaire qui se termine par le bulbe médian et d'une partie glandulaire.

La partie musculaire, véritable pompe aspirante et refoulante, injecte le produit des glandes dans les cellules végétales à travers le stylet, puis en absorbe le contenu prédigéré (De Guiran, 1983).

excréteur aboutissant au pore excréteur. Le pore se présente comme un orifice rond sur la face ventrale (Taylor, 1968).

Le système nerveux est très complexe, mais peu visible à l'exception de l'anneau nerveux et de l'hémizonide. L'anneau nerveux entoure l'oesophage immédiatement en arrière du bulbe médian. En général, la paroi ventrale présente un léger renflement à cet endroit (Taylor, 1968).

Les méthodes d'identification des nématodes sont liées à l'examen morphologique des caractéristiques phénologiques. Les critères comme : la longueur et la largeur du corps, la forme de la tête et de la queue, la longueur du stylet, position de la vulve, le type de recouvrement de la glande oesophagienne par rapport à l'intestin ; sont tous utilisées pour l'identification des genres de nématode. Pour identifier les espèces, d'autres caractéristiques additionnelles sont nécessaires comme la structure de la cuticule, la présence ou l'absence de soies céphalique, bursa caudale, phasmides, la structure oesophagienne et le nombre des ovaires (Heyns, 1981; Eisenback, 1998).

La reconnaissance d'environ 20 000 espèces décrites est basée principalement sur les caractéristiques morphologiques et anatomiques complétée par les marqueurs moléculaires qui sont de plus en plus importants dans l'identification la et classification des nématodes (Blaxter et al., 1998 ; Thomas et al., 1997).

Les conséquences du parasitisme des nématodes sur la plante sont extrêmement difficiles à quantifier. Cependant, les nématodes agissent sur la fonction assimilatrice du système racinaire et peuvent limiter l'absorption des éléments nutritifs nécessaires au développement de la plante (Villenave, 2000). Ils contribuent ainsi à la baisse de la production des cultures, en cas de forte infestation des sols, ils entraînent des altérations caractéristiques ou des déformations typiques de l'ensemble du végétal. Ils provoquent des maladies de dépérissement accompagnées de différents symptômes ; nanisme, retard végétatif, voir même la mort des plantes (Sonneville, 2006).

précédent sommaire suivant











9Impact, le film from Onalukusu Luambo on Vimeo.