WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Contribution des activités touristiques au développement territorial : une étude cas de la commune de Port-Salut.

( Télécharger le fichier original )
par Charly Camilien VICTOR
Universite d'Etat d'Haiti - Licence 2016
  

précédent sommaire suivant

Chapitre V

Conclusions et Recommandations

La contribution des activités touristiques au développement de Port-Salut constituait notre préoccupation centrale compte tenu du type de planification appliqué au secteur touristique haïtien. D'abord, un intérêt particulier a été porté sur le dynamisme du secteur au niveau mondial, ce qui a amené les agences internationales de développement telles que le PNUD, le FMI, la Banque Mondiale, etc. à promouvoir le tourisme en tant que vecteur de croissance surtout dans les pays en développement. Etant un secteur transversal, le tourisme exerce un effet d'entrainement sur d'autres types d'activités d'un territoire pouvant impulser son développement par le biais d'une participation active de sa population.

L'objectif central consistait à analyser et à comprendre cette participation volontariste comme étant l'élément de base de toute planification territoriale stratégique fondée sur des collectifs d'acteurs porteurs d'une demande sociale réelle. Le problème qui est censé poser se rapporte aux défis dont font face les différents territoires du pays, en proie aux aléas naturels, aux manques d'infrastructure et à l'insécurité, accordant une importance au secteur touristique sans penser à un processus de planification de long terme. Un tel processus aidera à dépasser la simple rentabilité économico-financière pour aller vers la durabilité compte tenu de la vulnérabilité de la population locale et du déclin des autres secteurs économiques.

Cette quête de durabilité implique qu'il y'ait au centre de tout consensus de décision portant sur l'environnement, le culturel, le social et l'économique les acteurs territorialisés concertants, ressources idéelles autonomes et légitimes , propres à impulser le développement territorial appuyé par une politique ferme de l'Etat. Ce développement est transversal, décloisonné et mieux approprié au secteur transversal qu'est le tourisme qui génère d'importantes externalités. En vue d'une valorisation des ressources territoriales, les agences de développement s'avèrent nécessaires en vue de créer une synergie locale par le biais d'une

132

approche intersectorielle, systémique, et globalisée qui prend en compte les deux niveaux de l'offre culturelle.

Le développement territorial consiste en une modalité originale fondée sur des relations non exclusivement marchandes entre les hommes pour valoriser les richesses endogènes de type naturel, social et surtout culturel par le biais d'un contrôle local visant un développement économique équitable. En somme, le secteur touristique peut constituer la base d'une demande extérieure générant des revenus à un territoire en raison de l'augmentation continue des arrivées touristiques internationales. Pour cela, il faut une planification touristique qui tient compte des éléments suivants : la satisfaction des visiteurs, l'amélioration des succès économiques et commerciaux, la protection des ressources, puis, l'intégration des territoires et des communautés.

La recherche sur la Seine de Saint-Denis par Laure confirme l'hypothèse que le tourisme culturel axée sur l'identité locale et le patrimoine est stratégique au développement territorial en favorisant des retombées dont la hausse des recettes et des chiffres d'affaires, la création d'emplois, etc. Menozzi, montre qu'en Wallonie, l'existence d'agences ayant des plans stratégiques de développement local partagés par la population et appuyés par les élus locaux favorisait des emplois, puis encourageait du développement durable. Le cas de Durbuy stipule que, par le biais d'économie d'agglomération sur le territoire, l'activité touristique entraine d'autres secteurs et représentait une importante partie du budget communal. En raison de sa spécificité touristique, Durbuy est ancrée dans la perspective de développement territorial.

S'inspirant de ces recherches menées sur le développement territorial en rapport avec les activités touristiques et mettant l'accent sur l'importance des agences de développement local, deux hypothèses ont été formulées. Ces hypothèses visaient à confirmer qu'une bonne planification du développement touristique avec la population de Port-Salut peut contribuer au développement durable de ce dernier tout en le dotant d'un potentiel de développement propre centré sur ses principaux atouts compte tenu de la transversalité du secteur touristique. En vue

133

de vérifier les hypothèses, des revues scientifiques, des sites des opérateurs locaux et internationaux, des articles de presse, et des mémoires ont été consultés. De plus, une enquête de terrain a été menée.

Les statistiques de l'OMT confirment le rôle moteur de l'industrie touristique ayant représenté 9%242 du PIB mondial en 2015. Le taux de croissance des exportations des services des PMA grâce au tourisme est de 11%243 en moyenne par an depuis 1991. L'apport croissant dans les économies en développement est estimé à 34.5%244 des recettes mondiales. En 2014, les Amériques captaient 22%245 des recettes touristiques mondiales, d'où une dépendance des Etats insulaires à ce secteur en termes d'emplois et de rentrées de devises sur le continent. À titre d'exemple, 10.45%246 du PIB cubain lui vient du tourisme. Soulignons toutefois qu'il n'y a pas eu que des impacts positifs, voilà pourquoi, le choix d'un tourisme durable devient central dans les Objectifs du Développement Durable.

Au niveau de la Caraïbe, la majeure partie des territoires vit du tourisme comme secteur porteur de croissance et de développement, ce qui fait naître une intense concurrence. Ce secteur demeure le deuxième employeur après le secteur public et sa contribution au PIB était de 14.6%247 dans la région en 2014. Parmi les pays ayant accusé un taux record en matière d'arrivées, Cuba et Haïti ont eu respectivement des taux de 17.4% et de 11%248. Les touristes arrivent annuellement avec un taux moyen de 7%, ce qui a permis au marché touristique caraïbéen de se placer en deuxième position à l'échelle mondiale en 2015249. Certains pays de la région font face à des difficultés similaires telles que les aléas naturels, l'étroitesse du

242 OMT 2015, op.cit.

243 OMC 2015, op.cit.

244 OMT 2015, op.cit.

245 ibid

246 Global News Matter 2015, op.cit.

247 CTO 2015, op. cit.

248 CTO, state of the tourism industry report 2015, op.cit.

249 WTTC 2015,Impact Economic in Caribbean, op.cit

134

marché, le déclin du système agricole, etc. alors que des disparités existent entre leur niveau développement250.

Le tourisme haïtien a eu une époque phare située entre 1940 et 1950 en raison de son climat, l'hospitalité des gens, la culture populaire etc. Toutefois, le tourisme s'est développé au rythme de la situation politique du pays. Cette période glorieuse était due aux efforts du président Dumarsais Estimé, considéré comme un principal promoteur. Pourtant, faire du tourisme un vecteur du développement territorial n'a été initié qu'avec le président Jean-Claude Duvalier. Depuis 1983, une baisse a été constatée à cause du VIH/SIDA et de l'instabilité politique, malgré le PDT de 1996 et la création d'un ministère en 2002, jusqu'aux efforts déployés entre 2011 et 2015 par la ministre Stéphanie pour replacer Haïti sur la carte Touristique mondiale.

En termes de planification, le MTIC de 2011 à 2015 tenait compte de l'axe «Territoire » à côté de l'Image, de l'Economie, et de la Gouvernance du secteur ; puis dans la refondation économique du PSDH, le secteur touristique est identifié comme étant important. Concernant des impacts, le secteur touristique haïtien en 2014 contribuait à 9.5% au PIB, assurait 2.7% de l'emploi total, puis favorisait 33.2% des exportations totales, et représentait 4.2% de l'investissement total251.

A partir de tous ces constats en matière d'impacts économiques du secteur au niveau mondial, régional et national, voyons ce que l'enquête réalisée à l'aide de plusieurs techniques combinées nous a permis de comprendre du secteur touristique à Port-Salut.

Le tourisme demeure surtout le moteur de l'économie port-salvienne en entrainant dynamiquement d'autres secteurs d'activités dont la construction d'infrastructures, le commerce de détails avec la vente des produits artisanaux et alimentaires etc., et l'artisanat

250 Agence Française de Développement .op. cit.

251 WTTC. 2015, Haïti. Op.cit.

135

favorisant des emplois indépendants. En dépit du déclin du secteur agricole, il capte encore des bénéfices du tourisme surtout à cause de la culture de vétiver.

Le patrimoine naturel principalement convoitant de la zone est la Plage Pointe sable qui est profondément inscrite dans l'esprit des visiteurs. Elle demeure un atout très spécifique sur lequel s'appuient particulièrement d'autres activités touristiques. Il s'agit donc du plus grand lieu économique port-salvien et l'ancrage fort pour le développement territorial de la commune. De plus, tous les habitants y ont accès.

Les recettes perçues (7741.49 $ US)252 sont insignifiantes puisque la majorité des hôtels paient des impôts ailleurs, ce qui empêche à la commune de se servir de ses propres ressources financières pour amorcer son développement. De plus, les bénéfices tirés ne sont pas vraiment réinvestis dans d'autres types d'activités même à titre de financement alors que les produits offerts aux touristes proviennent majoritairement des autres régions .Il n'y'a même pas une boulangerie à Port-Salut.

De plus en plus de natifs quittent Port-Salut en raison de l'augmentation coût de la vie et de la quête d'avantages mirobolants en offrant leur lopin à des prix élevés en vue de s'accorder un mieux-être ailleurs du territoire. En outre, à cause des coûts élevés des services touristiques, peu de gens de la commune y ont accès. Il n'existe aucune concentration de « cerveaux à haut revenus »253, des éléments de ressources idéelles, sur le territoire afin de planifier le développement puisque les emplois disponibles sont peu rémunérés.

La participation de la population au processus de développement de leur territoire n'est pas intégrée dans les stratégies d'acteurs. La mise en valeur des ressources humaines de la zone fait défaut dans le processus de planification territoriale puisque tous les projets sont élaborés au niveau du MTIC. Même une agence de développement ne se trouve pas à Port-Salut.

252 Group Croissance. Classement des communes d'Haïti par performance fiscale 2012-2013. Op.cit. 253Terme utilisé par Dujardin déjà cité pour qualifier les potentiels intellectuels.

136

Recommandations

L'analyse de la relation entre le développement territorial et les activités touristiques de Port-Salut nous permet de comprendre les avantages économiques, sociaux et environnementaux que peuvent tirer cette communauté. Pour cela, nous avons élaboré des actions à entreprendre pour garantir la profitabilité du tourisme au territoire à l'étude.

1-) Elaborer un plan stratégique de développement touristique dans la commune de Port-Salut afin de pouvoir assurer une bonne planification territoriale et une bonne coordination avec d'autres secteurs de manière à rendre le secteur touristique profitable à la communauté locale tout en diminuant les effets négatifs.

2-) Mettre en place des ADL et un comité communal du développement du tourisme, afin de suppléer aux faiblesses administratives et institutionnelles. Ces structures s'assureront d'accueillir, d'informer, d'accompagner les personnes porteuses de projet, de susciter les initiatives locales en vue d'un redéploiement économique. Ce comité constituera un espace de rencontres, de formation et de consensus entre tous les acteurs et de coordination avec la direction régionale.

3-) Réaliser la sensibilisation et la formation des acteurs locaux en vue d'une participation active de la population au processus de planification, ce qui favorisera une approche volontariste pouvant aider à la valorisation et à l'intégration des savoirs locaux tenant compte de leur culture pour réduire ce phénomène d'exode en cours dans la commune.

4-) Créer un fonds communal du tourisme, dans le but de faire profiter les ressources de la commune telle que les recettes fiscales à son développement. A partir des critères spécifiques, un tel fonds devra être une manière de faciliter l'emprunt pour des investissements en infrastructures touristiques, de financer des évènements et des festivals touristiques, et d'aider financièrement les PME et les artisans.

5-) Encourager les entreprises touristiques à investir dans la formation de leurs employés, en vue de pouvoir offrir des produits et des services de qualité propres au territoire en mettant l'accent sur le patrimoine culturel.

6-)

137

Favoriser le développement des mentalités entrepreneuriales des jeunes et faciliter l'accès de la majorité des membres de la population aux services touristiques. En ce sens, il importe de se pencher sur l'encadrement des artisans de la zone. De plus, il importe de mettre l'accent sur la pratique de tourisme local.

7-) Cibler de nouveaux marchés pour prendre de l'expansion, par la mise en place de politique promotionnelle et de marketing en coordination avec les différents opérateurs visant à valoriser la destination de Port-Salut.

8-) Améliorer le transport et les autres infrastructures et équipements, par la définition d'une politique territoriale du secteur public en rapport au secteur privé et professionnel dans une perspective de développement économique territorial. L'accès et les déplacements intérieurs, la signalisation et l'information touristiques doivent être privilégiés par le gouvernement.

9-) Faire développer une culture de tourisme durable en ce qui a trait à l'utilisation de la plage « Pointe Sable » spécifiquement, puisque la gestion actuelle de cette ressource demeure problématique. De plus, il convient d'améliorer et d'augmenter la structure d'accueil et de restauration de la plage. Toutefois, d'autres attraits touristiques doivent être valorisés dont les deux cascades Touyac et Nan So.

138

précédent sommaire suivant