WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

L'approche GAR dans la gestion des projets au niveau des associations communautaires de la commune de Ouagadougou: état d'application et défis

( Télécharger le fichier original )
par Ablasse KABORE
ISIG International - Master II 2013
  

précédent sommaire suivant

3.1.2. La taille de l'échantillon

Tableau 2 : Présentation des tailles réelles et prévues des différentes composantes de l'échantillon

Composante de l'échantillon

Taille prévue(TP)

Taille réelle(TR)

Rapport en % (TR /TP)

Partenaire technique et financier(PTF)

10

6

60%

Associations communautaires

20

21

105%

Source : enquête, janvier 2013

Ce cadrant révèle une différence de taille entre l'échantillon prédéfini et celui réellement obtenu et cela dans toutes ses composantes.

Photo 2 : Séance d'élaboration de projet dans une association (ICCV-Nazemcé)

Si au niveau des PTF cette différence est assez large et négative (-40%) marquant ainsi un déficit dans la récupération des outils de collecte de données, en ce qui concerne les associations communautaires, elle est positive (+5%) et signifie qu'il ya dépassement dans la ventilation et la récupération des instruments d'enquête.

Source :enquête de terrain,janvier 2013

3.2. Présentation et traitement des données relatives à l'hypothèse n°1 de l'étude

Cette partie du travail est faite essentiellement en rapport avec les informations recueillies à partir du questionnaire spécialement conçu à cet effet.

3.2.1. Connaissances théoriques sur la GAR

Graphique 5: Distribution des responsables d'association selon qu'ils connaissent ou pas des méthodes en gestion de projets

Source : enquête de terrain janvier 2013

La quasi-totalité (95,2%) des responsables d'associations prétend connaître des méthodes de gestion en projets.

Cela laisse penser avec satisfaction qu'ils exercent avec une certaine technicité et dans le cadre du management des projets dans un contexte de volontariat au service du développement et pour lequel des fonds sont de plus en plus rares à être mobilisés.

Graphique 6: Connaissances des personnes sondées sur les types de méthodes de gestion en projet

Source : enquête de terrain janvier 2013

Il est constaté à travers ce graphique que la majorité des réponses apportées (56,3%) par les personnes interrogées n'est pas pertinente par rapport à la typologie des méthodes ou approches de gestion de projet. Cela amène à comprendre que parmi ceux qui avaient soutenu connaître ces méthodes ou approches, beaucoup n'ont pas véritablement la connaissance requise en la matière.

Graphique 7:Répartition des personnes sondées en fonction de leur connaissance sur l'existence de la GAR

Source : enquête de terrain janvier 2013

Ce graphique montre qu'une très large majorité (90,5%) de personnes ayant participé à l'enquête est informée de l'existence de la GAR en tant qu'approche de gestion de projet. Cela peut traduire un certain effort de la part d'un côté des responsables d'association dans l'actualisation de leurs connaissances théoriques et pratiques, et de l'autre des structures ou organismes en charge des politiques de développement de promouvoir la GAR.

Graphique 8: Répartition des enquêtés selon les sources de savoir sur la GAR

Source : enquête de terrain janvier 2013

Ce graphique montre que les ateliers et séminaires sont les occasions les plus prépondérantes dans le cadre de la formation et de l'information des responsables d'association sur des connaissances ou pratiques nouvelles à l'instar de la GAR. Par contre les formations continues. Cela peut s'expliquer par le fait que le renforcement des capacités des acteurs du développement communautaire est très dépendant des partenaires techniques et financiers qui, pour la plupart du temps, sont les principaux organisateurs de ces rencontres d'échanges d'informations et de partages d'expériences.

Graphique 9: Répartition des enquêtés selon leur appréciation sur la position de la GAR dans le cycle de vie d'un projet

Source : enquête de terrain janvier 2013

Selon ce dessin, beaucoup de responsables d'associations pensent que la GAR est une approche appliquée à toutes les étapes de la vie d'un projet. Cependant, ceux qui se sont prononcés en faveur de l'étape « exécution » sont les plus importants (17).

A l'opposé, les personnes qui se ne sont pas exprimés sont très minoritaires (2).

Cette répartition inégale des opinions sur ce sujet pourrait traduire une certaine non maîtrise de la GAR ou une insuffisance des pratiques en la matière.

Graphique 10: Répartition des enquêtés selon qu'ils connaissent ou pas les principes de la GAR

Source : enquête de terrain janvier 2013

Cette figure atteste qu'une assez grande majorité des personnes interrogées (61,9%) pense connaître les principes de la GAR. Ce qui participe d'une certaine manière à appuyer l'analyse faite au graphique 4 qui souligne les efforts consentis par les différents acteurs dans la connaissance de la GAR.

Graphique11 : Connaissances des enquêtés sur les principes classiques de la GAR

Source : enquête de terrain, janvier 2013

La plupart des réponses apportées par les enquêtés n'est pas pertinente (18/28). Cependant, il est possible de constater qu'en dehors des principes de la simplicité et du partenariat, tous les autres principes ont été mentionnés même si c'est dans des proportions assez faibles oscillant entre 1/28 et 4/28.

Du reste, cette analyse s'inscrit dans la même logique que celle faite au graphique 6.

En somme sur cette partie, les différentes analyses permettent de soutenir que les responsables d'associations, en majorité, ont effectivement des notions théoriques plus ou moins approfondies sur la GAR.

3.2.2. Expériences pratiques avec la GAR

Graphique 12: Répartition des enquêtés en fonction des outils de gestion qu'ils utilisent

Source : enquête de terrain janvier 2013

Ce graphique montre une diversité d'outils employés couramment dans le management des projetset programmes au niveau des associations communautaires. Parmi ces outils, il ya surtout les fiches de suivi/évaluation (14cit.) et les fiches de planification (9cit.) qui sont prédominantes.

Toujours selon cette figure, aucune mention n'a été faite en ce qui concerne spécifiquement les instruments spécifiques de la GAR à l'instar du modèle logique, du cadre de mesure du rendement et de la matrice de gestion des risques.

Cela permet de dire donc que même si les responsables d'association ont l'habitude de travailler sur des projets, ils n'utiliseraient pas assez l'approche GAR dans leur pratique.

Graphique 13: distribution des enquêtés en fonction des outils de planification et suivi/évaluation

Association

Source : enquête de terrain janvier 2013

Cette figure atteste de la part des personnes interrogées une utilisation de divers outils dans la planification et le suivi-évaluation. Parmi ces outils, certains à l'image des canevas de planification(16 cit.) et des fiches de suivi-évaluation(06) sont les plus citées. En revanche, d'autres comme le cadre logique se trouvent parmi les moins mentionnés (1cit.).

En outre, il est à noter tout comme au graphe précédent, qu'aucun dispositif spécifique à la GAR n'a été mentionné. Ce qui appuie d'une certaine manière l'interprétation faite au graphe 7

Graphique :14 Distribution des enquêtés selon qu'ils utilisent ou pas l'approche GAR

Source : enquête terrain janvier 2013

Ce schéma montre que la moitié (57,1 %) des personnes interviewées affirme qu'elle intègre la GAR dans la gestion des projets.

En comparant les résultats de l'analyse de ce graphe avec ceux des deux derniers, il apparait une certaine contradiction : en effet, il est inconcevable que des personnes pratiquent l'approche GAR sans être capable de citer quelques outils qui lui sont propres.

Cette discordance dans les expressions des responsables d'association pourrait traduire la non maitrise de la GAR ou une volonté manifeste de s'accorder de façon peu méritoire une image positive de gestionnaire en phase avec les nouveaux outils de management des projets

Graphique 15 : Distribution des associations enquêtées en fonction de la durée de l'expérience avec la GAR

Associations enquêtées

Source : enquête de terrain, janvier 2013

Cette image indique que parmi ceux qui déclarent utiliser l'approche GAR, les personnes qui ont une expérience moyenne avec la GAR sont les plus nombreuses mais restent tout de mêmes minoritaires (25%). En outre, aucun responsable n'a une longue tradition avec la GAR.

Ceci permet de dire que le contact des responsables d'association avec la GAR est relativement récent d'où peut-être son faible niveau de maitrise par les acteurs du développement communautaire.

Graphique 11 : repartition de la population enquêtée selon le niveau de difficultés rencontrées sur la GAR

Source : enquête de terrain, janvier 2013

Selon ce graphique, la majorité des personnes (71,4%) ayant déclaré utiliser l'approche GAR éprouve des difficultés bien qu'elles soient mineures dans la majorité des cas (57 ,1%).

Cette tendance générale dans le vécu des difficultés par les responsables pourrait traduire à certains égards le faible niveau d'encrage de l'approche GAR dans les pratiques au niveau des associations.

Autrement, la présente analyse confirme celle faite précédemment par rapport au sujet du graphique 10.

A partir des différentes analyses faites précédemment, l'idée générale qui se dégage sur ce sous point ayant trait à l'expérience pratique avec la GAR est que les responsables d'association n'ont pas une expertise assez développée avec la GAR.

précédent sommaire suivant











9Impact, le film from Onalukusu Luambo on Vimeo.