WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

La gestion des risques de taux d'intérêt et de change par l'approche ALM: Le cas de la Banque Ouest Africaine de Développement (BOAD)


par Arouna Soro
CESAG - Master en Banque et Finance 2006
  

précédent sommaire suivant

2.2.3/- La problématique de la gestion du risque

Plusieurs éléments sont à prendre en compte en matière de gestion du risque :

- l'inventaire et la cartographie des risques de l'établissement

- les formes ou facteurs de matérialisation des risques identifiés

- la mesure ou quantification des risques

- les mesures de couverture des risques encourus

De ce qui précède, l'on peut déduire que pour mieux gérer les risques il faut les répertorier, en indiquer l'intensité, la forme et la probabilité d'occurrence. Il ne peut y avoir non plus de bonne gestion ou de couverture du risque sans parfaite mesure du risque encouru. En général, l'on a recourt à la volatilité ou écart-type comme indicateur statistique de mesure du risque. L'écart-type est la racine carrée de la variance, également appelée dispersion35(*). La volatilité détermine alors l'ampleur des fluctuations des cours ou rendements par rapport à une moyenne calculée ou attendue pour une période donnée36(*). Mais pour mieux cerner le risque, Joël BESSIS (1995)37(*) conseille d'en préciser l'exposition, la sensibilité38(*) et l'aléa qui en est la cause :

- l'exposition au risque est le volume d'encours « sensibles » aux aléas externes

- la sensibilité, mesurée en valeur, est le rapport entre la variation des résultats et la variation de l'aléa qui en est la cause

- l'incertitude ou aléa est déterminé par le facteur exogène à la base de la volatilité des résultats.

Nous avons jusqu'ici parlé du risque de façon générale. Dans les pages qui suivent nous nous intéresserons singulièrement aux risques bancaires, non sans avoir traité de leur typologie.

2.3/- Typologie Des Risques Bancaires

Les risques bancaires sont nombreux et divers. Nous soulignerons dans ce paragraphe leur multiplicité, leur taxinomie puis nous en définirons les plus usuels.

2.3.1/- La multiplicité des risques bancaires

Il existe une multitude de risques bancaires. Leur classification, typologie ou taxinomie diffère selon les auteurs à cause surtout des fortes interdépendances qui existent entre les risques, les uns pouvant entraîner les autres. Toutefois, on retrouve généralement les mêmes appellations pour les risques quelque soit l'auteur retenu.

Antoine SARDI39(*) (2002), par exemple, inventorie une vingtaine de risques bancaires qu'il regroupe en quatre (4) catégories : le risque de crédit, les risques de marché, le risque opérationnel et les autres risques.

De son côté, le Secrétariat de la Commission Bancaire en France distingue une trentaine de risques répertoriés en trois (3) groupes40(*) :

- les risques politiques : ils comprennent le risque de management, le risque de stratégie, le risque « éthique » ou risque de non respect des règles réglementaires, fiscales et déontologique. A ce groupe, s'ajoute également le risque extérieur qui est relatif aux risques politiques, sociaux, humains, internationaux, systémiques et des réactions engagées pour y faire face.

- les risques bancaires : on y distingue les risques économiques prenant en compte toutes les erreurs de prévisions et de calcul de rentabilité puis les risques de contrepartie. Ces derniers englobent notamment les risques de défaillance interbancaire/clientèle, les risques de taux d'intérêt, de change, de transferts, de liquidité/transformation, de solvabilité/rentabilité, de produits/supports, de titres à revenus variables/fixes, de règlement/livraison et les risques sectoriels/géographiques consécutifs à une mauvaise division des risques.

- les risques techniques : ce groupe inclut les risques opérationnels (risques techniques, technologiques, juridiques, organisationnels et administratifs), les risques environnementaux (risques naturels et risques sociaux), les risques sur les systèmes d'information et les risques divers portant entre autre sur la sécurité des personnes, des biens et des transports.

A l'analyse il ressort, selon Gilles MORISSON (2001) 41(*), deux (2) types d'auteurs à savoir les théoriciens et les praticiens. Les premiers distinguent et soulignent l'interdépendance qui existe entre les risques d'actif, par exemple le risque de contrepartie et risque de solvabilité et les risques de passif du bilan comme le risque de liquidité et le risque de transformation. Les seconds, eux, enrichissent l'approche précédente en identifiant un autre groupe de risques dits « risques opérationnels » pour tenir compte des risques imputables au fonctionnement même de la banque, à son organisation et à la stratégie arrêtée par ses instances de direction.

* 35 Rappels statistiques : Pour une variable aléatoire X observée n fois avec une probabilité P, on a :

Expérance mathématique de X = E(X) = (?i Xi)/n = (?i Pi Xi)/n

Variance de X = V(X) = ?i [Xi - E(X)]2 = ?i Pi [ Xi - E(X)]2 = ó2 et Volatilité = Ecart-type = ó = vV(X)

* 36 Philippe d'Arvisenet : « Finance Internationale », Dunod, Paris, 2004, p. 78

* 37 Joël Bessis, op. cité, p.86

* 38 Sensibilité (valeur) = ÄRésultats/ÄParamètre de marché ; Sensibilité (%) =[ÄRésultats/Résultats]/ ÄParamètre de marché

* 39 Antoine Sardi : « Audit et Contrôle Interne Bancaire », Editions AFGES, Paris, 2002, pp. 39 à 47

* 40 Commission Bancaire, « Livre Blanc sur la Sécurité des Systèmes d'Information / La Constellation du Risque Bancaire », 2è éd., Paris, 1996, p. 43

* 41 Gilles Morisson : « Méthodes d'Analyse Financière des Etablissements de Crédit », Secrétariat Général de la Commission Bancaire (SGCB) / Formation Professionnelle et Assistance Technique, 2001, pp. 33 et 34

précédent sommaire suivant















9Impact, le film from Onalukusu Luambo on Vimeo.


Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy