WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

L'optimisme de Leibniz

( Télécharger le fichier original )
par Jérémy Lebègue
Université Sorbonne Paris 4 - Maitrise 2005
  

sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

MaItrise de Philosophie, Université de Paris Sorbonne, année 2004-2005

L' <<optimisme>> de Leibniz

***

Par Mr. L.J.
Et
Sous la direction de M.Fichant

INTRODUCTION

Si de manière générale il est possible de distinguer deux types d'optimisme, le premier correspondant a un optimisme reposant sur le sentiment, l'expérience d'une vie calme, sans malheurs et revers de fortune et un second, réfléchi, systématique et philosophique, c'est sans conteste a la deuxième sorte d'optimisme que nous avons affaire avec Leibniz. En effet, méme si le caractère de Leibniz n'est pas étranger a l'élaboration de son système philosophique puisqu'il est sans doute le rationaliste qui a donné le plus de crédit a la raison - en tout cas si l'on regarde ses prédécesseurs - en formulant notamment le grand <<principe de raison>> et, comme il est possible de le sentir lors de la lecture de ses principaux textes, en ayant, dans tout ce qu'il traite, le souci de rendre raison de toutes choses, il faut dire que son <<optimisme>> repose sur la pensée, l'ordre, plus généralement sur les principes de son système et que ce qui transparaIt chez lui c'est la raison et non le sentiment, et si c'est ici parler un peu trop de manière catégorique, du moins pouvons nous dire que la raison a chez lui l'ascendance sur le sentiment. Si la première forme d'optimisme peut être dite insuffisante, c'est bien parce qu'elle repose et dépend de la contingence des évènements, la créature intelligente qui laisse dépendre sa confiance dans le cours des choses, son idée de la perfection du monde, son point de vue sur la bonté de l'univers de l'expérience sera très certainement amenée a changer d'opinion en fonction de ce qui lui arrivera personnellement. Or, on le voit parfaitement, dans un tel cas l'optimisme, mais aussi son contraire le pessimisme, seront d'<< humeur>> plus que de raison. Il est donc impossible pour un philosophe guidé par la raison de fonder solidement une doctrine de cette facon. Sous sa première forme, affective, l'optimisme est donc voué a l'incertitude et au relativisme. Cependant, sous une forme philosophique, et plus que jamais avec Leibniz, l'optimisme se trouve être fondé par la raison: lorsqu'on aborde la lecture des textes de Leibniz, il s'opère peu a peu ce a quoi méme Leibniz veut aboutir lorsqu'il établit les thèmes principaux de sa métaphysique, c'est-à-dire une élévation, un changement de regard sur le monde dü a un exercice réflexif et a un décentrement du point de vue subjectif, notamment eu égard a ce qui est directement un obstacle a toute pensée optimiste, l'existence du mal dans le monde. Cette progression lors de l'étude de la philosophie de Leibniz et des thèmes qui font que l'on a attribué a l'origine le terme méme d'<< optimisme>> pour désigner sa philosophie1 a pour

1 Le terme füt employé pour la première fois par des jésuites dans leur Mémoires pour 1 'histoire des sciences et des arts, en 1737 et plus particulièrement dans le compte rendu qu'ils firent de la Théodicée de Leibniz afin d'en faire ressortir l'idée principale et depuis vulgarisée a souhait que le monde actuel est le meilleur des mondes possibles, c'est-à-dire un optimum qui réalise le plus de bonheur qu'il est possible de concevoir compte tenu de la particularité du monde. Ils écrivirent d'ailleurs a ce sujet: <<En termes de l'art, il l'appelle la raison du meilleur, ou plus savamment encore, et théologiquement autant que géométriquement, le système de l'optimum ou l'optimisme.>> En 1762 le terme est adopté par l'Académie francaise et il sera désormais employé pour

conséquence une évolution, une modification de l'état d'esprit, de la disposition de celui qui pense le système : cette évolution consiste dans la transformation de la manière d'appréhender l'univers, dans laformation ou dans le renforcement (notamment parce que les raisons de cet état sont fournies et compréhensibles) d'un état d'esprit que nous appelons <<optimiste >. La philosophie de Leibniz, tout en étant optimiste, a pour effet de procurer une disposition optimiste. Cependant ce sont ici deux choses différentes car il faut non seulement établir, par l'étude de la philosophie de Leibniz, d'oü sont tirées les raisons d'une telle doctrine mais également comment l'optimisme parvient a s'implanter dans la créature rationnelle, autrement dit, comment celle-ci y a-t-elle accès: serait-ce a l'aide de la seule raison ou bien avec l'aide d'une autre source de vérités telle que la foi? La foi, elle aussi doit être questionnée puisque dans le système leibnizien, et on peut méme dire dans la particularité de l'optimisme, il est souvent question de thèmes qui peuvent a priori sembler ne pas être du ressort de la raison car ce n'est pas seulement a la logique, aux mathématiques, a la morale mais également a la théologie et méme a la Révélation que Leibniz fait appel : initialement, il faut méme voir que la question de l'optimisme est intimement liée a celle de l'existence de Dieu et de sa nature ou essence. La question du rapport entre la raison et la foi semble donc être un préalable avant toute discussion car ce qui pose problème, c'est la prétention de la raison dans les questions d'ordre théologique. Ne revient-il pas en effet a la foi seule d'affirmer la bonté de Dieu, la perfection de son ouvrage ? La raison peut-elle aussi discourir sur ce qui est au premier abord objet de foi ? L'optimisme lui-même n'est-il pas uniquement du ressort de la foi ? Il s'agira de clarifier la position de Leibniz et notamment de voir en quoi la conciliation qu'il opère est nécessaire pour l'objet de sa philosophie et aussi pour nous qui souhaitons mettre a jour son <<optimisme >. Par conséquent nous devrons montrer dans un premier temps que la raison peut s'accorder avec la foi et possède une plein légitimité eu égard aux sujets discutés en théologie, de la méme manière que Leibniz entreprend de le faire dans le Discours sur la conformité de la foi avec la raison avant d'exposer sa Théodicée: <<Je commence par la question préliminaire de la conformité de la foi avec la raison, et de l'usage de la philosophie dans la théologie, parce qu'elle a beaucoup d'influence sur la matière principale que nous allons traiter (...). > 1 Il nous faudra également montrer dans un second temps que l'<<optimisme > de Leibniz procède a partir de la considération de l'idée de Dieu, par conséquent totalement a priori, ce qui supposera l'établissement de son existence et l'explicitation de son essence pour

désigner toute opinion qui se représente le monde comme une wuvre bonne, préférable au néant malgré la présence du mal en son sein et oü il se réalise un surcroIt de bonheur par rapport au malheur.

1 Leibniz, Discours de la conformité de lafoi avec la raison, § 1 in Essais de Théodicée, Paris, GF, 1969

5inalement voir que le problème de l'optimisme se résout dans l'étude du mécanisme de la création du monde selon que Dieu se propose de résoudre, en ayant en vue le bien de sa création, un problème de maximum et de minimum d'oü il doit résulter, nous verrons pourquoi, un optimum. Nous 5inirons par l'étude des créatures rationnelles en tant que l'optimisme peut être pensé comme disposition et comme le résultat sur les esprits de l'action divine en tant que l'optimum choisit, c'est-à-dire ce monde, est également un optimum pour le développement et l'expansion du bonheur des esprits, créatures privilégiées de Dieu. Cette dernière étude sera menée dans l'optique d'une compréhension des conséquences d'une telle disposition mais également dans l'établissement des moyens pour l'atteindre, ce qui sera aboutir a la caractérisation 5inale de l'<< optimisme >> leibnizien.

* **

sommaire suivant