WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

L'économie verte

( Télécharger le fichier original )
par Bassop Pierre, Ge Mingyue et NDAO Mathar
ENSAE - Ingénieur 2008
  

précédent sommaire

5 Conclusion

Les analyses précédentes nous ont révélé une situation de surexploitation de la nature à travers le monde. L'arbitrage entre activités économiques et protection environnementale s'est soldé à l'avantage des activités économiques. En effet, certaines politiques économiques ont aggravé l'état de l'environnement. Son état est inquiétant dans certaines zones du monde. Les pays riches seraient les plus grands pollueurs du monde avec l es Etats Unis qui n'ont pas ratifié les accords de kyoto. Ainsi, les théories fiscales et sociales développées pour sa protection ne seraient pas forcément appliquées. Néanmoins, dans certains pays comme la France (Grenelle de l'environnement en 2007), des pas seraient entrain d'être franchis pour la protection écologique. Durant la dernière décénnie, elle (france) aurait fourni d'importants moyens institutionnels et financiers pour la protection de la nature.

Et elle aurait prouvé que la protection environnementale et croissance économique pourraient aller de paire avec la création d'emploi. En effet les activités de protection sont pour une grande part suscitées par un corpus réglementaire qui, en assurant un certain niveau de protection de l'environnement, » crée »la demande adressée aux entreprises spécialisées. Les acteurs publics y tiennent un rôle prépondérant par la maîtrise d'ouvrage qu'ils exercent. Cependant, l'essentiel de la production des biens et services de protection est assuré par la sphère privée. La progression des dépenses résulte de l'accroissement des pollutions à traiter mais aussi des mesures de prévention visant à les réduire à la source. La gestion des eaux usées et celle des déchets représentent 69% des dépenses tandis que la protection de la biodiversité et celle de la qualité de l'air, plus préventives, n'en totalisent que 10%. Il véhicule des valeurs positives qui peuvent influencer l'orientation des productions et les stratégies de communication des entreprises.

Références

[1] Living Planet Report 2006, WWF

[2] Rapport de le Commission des Comptes de l'Environnement 2007, IFEN

[3] Bontemps P, Rotillon G, Economie de l' Environnement, 2003, Editions la Découverte, Collection Repères

[4] Europe's Environment, 4th report of the European Environment Agency, 2007

précédent sommaire







9Impact, le film from Onalukusu Luambo on Vimeo.



Appel aux couturier(e)s volontaires

Hack the pandemiuc !

Moins de 5 interactions sociales par jour



BOSKELYWOOD from Ona Luambo on Vimeo.