WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Estimation des besoins en N, P et K du basilic (Ocimum basilicum L.) par le module DSSB et gestion optimale de N dans la Région Maritime du Togo

( Télécharger le fichier original )
par Ayi Koffi ADDEN
Université de Lomé - Diplôme d'Ingénieur Agronome 2005
  

précédent sommaire suivant

CHAPITRE 1 :

REVUE DE LA LITTERATURE

1.1 Introduction

Le basilic est une herbe royale originaire de l'Asie du sud ouest où il est connu il y a plus de 5000 ans d'où son nom basilic qui vient du grec « basilikon » qui veut dire « royal » (Youger-Comaty, 2001). De l'Asie, plus précisément des Indes, le basilic est entré en Afrique par l'Egypte. De l'Egypte, il se propage dans toute l'Europe méridionale. La France a connu le basilic au XII è siècle avec le retour des croisades et l'Angleterre au XVI è siècle. L'Amérique n'a connu le basilic qu 'avec l'arrivée des premiers colons sur le Nouveau Continent au XVII è siècle (Simon, 1995).

1.2 Importance socio-économique du basilic

Le basilic est une herbe sacrée (Tulsi) aux Indes. Il est exclusivement utilisé autour des sanctuaires où on l'offre aux dieux indiens Vishnou et Krishma (Beland, 1999).

Pour les Romains, le basilic est un symbole de fertilité et est cultivé comme une herbe ornementale. Seul le souverain a le droit de récolter l'herbe royale. Les Egyptiens considéraient le basilic comme une herbe de protection pour les morts dans leur voyage vers l'au -delà et il fait parti de la dizaine d'herbes utilisée pour la momification (Serre, 1999).

Du sacré à la magie, le basilic aurait créé le scorpion selon une croyance médiévale (Faucon, 1999). Au moyen âge, un pot de basilic sur le rebord d'une fenêtre voudrait dire que le chemin était libre et que l'amant pouvait aller mijoter tout ce qu'il voudrait avec sa belle sans danger. Pour un amoureux qui n'a pas le verbe facile devant les femmes, il lui suffit d'offrir une branche de basilic à sa bien aimée. Et en l'acceptant, cette dernière jure de l'aimer et demeurer fidèle à lui (Canterbury Farms, 1997; Serre, 1999).

De nos jours, le basilic est une plante culinaire qui fait l'objet de culture in dustrielle de par le monde entier. Des feuilles jusqu'aux racines en passant par les graines, le basilic est d'une importance capitale pour l'économie agricole dans certains pays. Sa valeur marchande dans les échanges internationaux révèle son importance. Sur le marché international, le basilic d'Egypte (à linalol) coûte 100 $US/kg (Adjinon, 2005). A Hawaï (USA), les feuilles fraîches de basilic coûtent 4 à 7 $US/kg (Martin, 2004) tandis qu'en France elles valent 4,8 à 5,6 €/kg (ONI PPAM, 2002) et au T ogo, Darégal Equatorial achète aux producteurs privés les feuilles fraîches de basilic entre 110 et 120 F CFA/kg. Le basilic est cultivé en Egypte, en France, en Grèce, en Hongrie, en Indonésie, en Israël, au Maroc, aux USA, etc. (Arabaci et Bayram, 2004)

Au Togo, la culture des plantes aromatiques est destinée à l'exportation et est en grande expansion. Introduit au Togo en 1986 par la société danoise Cereken-Exotique, le basilic est produit aujourd'hui par la société française Daregal Equatorial, une filiale du groupe familial Darôme installée au Togo depuis 2001. On y associe également des producteurs privés travaillant sous contrat avec Daregal Equatorial. Ce dernier exploite un peu plus de 300 hectares (Koudjéga, 2004 ; Dzotsi et al., 2004). Entre 200 1-2005, en moyenne chaque année, 2400 tonnes de feuilles fraîches de basilic (environ 1650 tonnes de produits finis exportables), représentant 180 millions FCFA de chiffre d'affaire, sont produits par la

société agro-alimentaire Daregal Equatorial. A peu près 90% de cette production est exporté sur les marchés de l'Union Européenne et les 10% restant vers les Etats -Unis d'Amérique. Pourtant, la demande sur le marché du basilic n'est pas prête de baisser et les moyens de maintien ou d'accroissement d'une telle produ ction sont donc à développer (Dzotsi et al., 2005).

précédent sommaire suivant