WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Education et croissance économique en Algérie: Une analyse en terme de causalité à l'aide des modèles VAR

( Télécharger le fichier original )
par BEKIOUA Fateh et REFFAF Mehdi
INPS Alger - Ingénieur en statistique appliquée 2006
  

sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

Présenté par : Mr BEKIOUA Fateh Encadré par :

Mr REFFAF Mehdi Mme Moussi Oum El Kheir

En vue de l'obtention du diplôme d'Ingénieur d'Etat en
Planification et Statistique

Option : Statistique Appliquée

EDUCATION ET CROISSANCE ECONOMIQUE EN
ALGERIE : UNE ANALYSE EN TERMES DE
CAUSALITE A L'AIDE DES MODELES VAR

Recherche préparée au sein du centre national d'études et
d'analyses pour la population et le développement CENEAP

INSTITUT NATIONAL DE LA PLANIFICATION
ET DE LA STATISTIQUE

Promotion 2005 - 2006

REMER~IEMENTS

Au terme de ce modeste travail, nous tenons à remercier :

Dieu tout puissant de nous avoir donné la patience, la santé et le courage pour terminer ce travail.

Mme MOUSSI O ; Chargé de cours à L 'INPS Pour son encadrement, ses conseils judicieux et pour l'intérêt qu'elle a accordé à notre travail.

Mr CHENNOUF S ; Maître de conférences à l.E.S. C pour sa précieuse

aide.

Mr Christophe Hurlin ; Professeur à l'Université d'Orléan pour ces précieux conseils.

Mr BELKA CEMI D. ; responsable du service informatique au sein du CENEAP pour tout l'aide qu'il nous a fournie.

Aux membres du jury, de nous avoir fait l'honneur d'évaluer notre travail.

A l'ensemble des enseignants ayant assuré nos années d'étude, et dont le travail que nous présentons aujourd'hui constitue en soit une preuve de leur dévouement.

Nous tenons à exprimer nos sincères sentiments envers nos familles et nos amis.

Merci à tous.

71~~ é ~~~€~€ ~~ ~~~~€,€~~~ ~~~~€ ~~~~~ ~

71 ~~ ~ ~~~€ ~€ €d ~~~~~d~~~~€d

71 €d ~~Qd ~~€~d ~~U€~~d ~~~ ~~~ ~~~~~~~d ~~~ ~~ ~~~~ ~~~ €~f~~

~~~~ ~~~~~ ~~ ~~~~~~~~€ ~~~~€ ~€ ~~~€~~€~~€~€~d ~~~~~€~ !~€d~i~€ ~~~~~d ~~~~ €~~~~ ~~~d ~€ ~~~ ~~~ ~~~~€ ~ ~€~~~~~àd~~~€€~ ~~~~ ~~ ~ ~~~~

71 €d ~~€~d ~~~~€d .' #~~~~ ~ $~%~~~~~ €~ ~ ~€~~~€ d&~~ "'~~~~~~

71 €d ~~~~~€d ~~€ '~~~~ €~ (~~~ ~~

71 €d 2€d €e? €d ~~~~€d~

71 €d ~ ~d " )€~~~~ (~~~~~€~ *~~€~+ ~ ~~~d ~€~, ~~~ ~~~ €~~ €~ ~~, ~~~~€d

!€ ~~~~€ ~€ ~ ~~~€

~ ~~ ~~~~~~€ ~~ ~€~~~ Ç,uc~~~

~ ~~ ~~~€~~~e7 2~~~1d ~~~ ~~ ~~~~ ~~~~ €~ ~~~ -e7 ~~~~~~~ ~~~~~ €~~~~~ ~~~~ ~€ ~~e~€~~~~ ~~~J ~~e€ ~~ ~~~~~~€ ~€ ~~ ~~~~~~~~~~~ ~€ ~€ ~~~ ~~~~

~ ~~~ ~~~€ ~~~~ ~~~ ~~~€ ~~~~~~~~~€~

7i€~~~€~d ~~~~€~ €~ ~&~~~~ ~~~~~~~€~€~~ *~~~~% ~~~~ ~€~ ~~~~€~~~

~~~~~~~~~~~~~€~ €~ ~~.€~ ~~~~ ~~ ~~~~€~~~~~ ~€ ~~~ ~~~~~~~€~ ~~~~€~ ~-~~~~~~~~~~€~~

7i€~ ~~~~.' )€~~~~ (~~~~~€~ /~~~~ ~ )~~~~~,. ~ ~~~~ ~€~, ~~~ ~~~~~€~~ €~ ~~, ~~~~€~~

!€ ~~~~€ ~€ ~~~~~~€

*~~€~

Sommaire

Introduction générale 1

Chapitre I : Évolution du système éducatif Algérien. 5

Introduction. 6

Section 1 : Evolution des réformes. 7

Section 2 : Structure et organisation actuelle du système éducatif Algérien. 11

Section 3 : Evolution des effectifs scolaire et du budget de l'éducation. 15

Section 4 : Evaluation par degré d'enseignement 19

Conclusion. 26

Chapitre II : Survol de la littérature empirique traitant de la relation 27

éducation/croissance économique.

Introduction. 28

Section 1 : Le capital humain dans les modèles théoriques de croissance. 29

Section 2 : L'analyse empirique de la relation entre capital humain et croissance 35 Section 3 : La contribution de la productivité totale des facteurs de production 42
dans les estimations des modèles de croissance des pays pétroliers.

Conclusion 48

Chapitre III : Etude économétrique 49

Introduction. 50

Section 1 : Processus aléatoire et représentation VAR 50

Section 2 : Principaux résultats et interprétation 68

Conclusion. 107

Introduction Générale :

Aujourd'hui le développement et la croissance d'une nation semblent dépendre plus que jamais de son niveau culturel et scientifique, et par là même de la valeur de son enseignement.

Un tel bouleversement n'est toutes fois possible qu'avec un spectaculaire développement des connaissances et ne peut avoir lieu que lorsque se trouvent réunies des conditions techniques et sociologiques. Si divers facteurs (population, éducation,..) interviennent dans la croissance économique, leur rôle peut être inégale selon les périodes, voir selon les pays ou les régions.

Dès lors, il apparaît évident que l'accumulation du capital humain contribue au même titre que l'accumulation du capital physique à la croissance économique, dans un tel contexte il n'est pas surprenant de voir l'éducation et la formation occuper une place prépondérante dans l `élaboration des politiques économiques, d'où l'importance particulière accordée par l'Algérie au développement de son système éducatif après l'indépendance, ce qui a permis le recul très significatif du taux d'analphabétisme, et la montée très forte des taux de scolarisation.

Les économistes eux aussi ont été intéressé par le rôle que l'éducation peut jouer dans la croissance économique, avec les théories du capital humain (Becker, 1962 ; Schultz 1961), puis celle de la croissance endogène (Lucas, 1988 ; Romer, 1990), dans laquelle la notion générale d'éducation laisse place à des concepts qui doivent se faire mesurer facilement, et auxquels il devient possible d'associer une valeur monétaire. C'est le concept de capital humain (stock de connaissances appropriées par chaque individu), or nous verrons que ce concept pose d'innombrables problèmes de définitions et de commensurabilité, pour demeurer à la fin largement indéterminé. L'intérêt porté à l'éducation par les économistes s'insère dans le besoin général d'investir dans le capital humain. Ce dernier contribue à la croissance économique nationale par l'augmentation de la productivité du travail. L'éducation est également supposée contribuer à l'adaptabilité de la main-d'oeuvre aux nouvelles technologies. Le but ultime de réduire la « pauvreté » vient renforcer l'intérêt pour l'éducation dans le contexte de la société de la connaissance et de la concurrence économique entre les nations.

Au niveau microéconomique, il y a bien un rendement positif du capital humain. L'impact du niveau d'étude sur le salaire (et donc sur la productivité marginale) dans les études sur les populations de salariés (microéconomique) apparaît toujours significatif et positif. Cependant, La relation éducation-croissance, au niveau macroéconomique c'est-à-dire à la fois à l'échelle d'un Etat et à partir de données de sa comptabilité nationale, a fait l'objet d'innombrables travaux depuis les années 1950, travaux de mesure empirique comme travaux théoriques. Ces travaux de mesure, dont les plus influents ont été initiés aux Etats-Unis, ont d'ailleurs suscité à travers le monde la mise en place de séries temporelles homogènes entre pays, via les grands organismes internationaux de l'après-guerre (Banque Mondiale, UNESCO). Cette littérature, qui se donne pour objectif d'estimer un effet de l'éducation sur la croissance commun à tous les pays, est incapable de démontrer empiriquement l'existence d'une relation positive. Quelques auteurs suggèrent toutefois que les rendements de l'éducation sont probablement très hétérogènes. Ils alimentent l'idée selon laquelle la productivité du capital humain est, plus que celle d'un autre facteur, sensible à l'environnement économique. Il y a là non seulement un enjeu théorique (puisqu'il est important de pouvoir démontrer que le capital humain peut avoir des effets sur la croissance) mais aussi un enjeu considérable de politique économique : l'investissement en capital humain ne serait vraiment rentable que dans certaines circonstances.

Partant de là l'objet de ce travail est d'étudier cette relation pour le cas de l'Algérie pour la période datant du 1964 jusqu'à 2004, ce qui nous permet de poser la problématique suivante :

Existe-il une relation de causalité entre éducation et croissance économique en Algérie ?

De cette problématique principale on peut dériver 3 questions :

· Comment le système éducatif algérien a-t-il évolué ?

· Dans quelle mesure la littérature empirique existante peut-elle évaluer l'impact de l'éducation sur la croissance économique ?

· Existe-il des relations de causalité entre les sphères éducatives et économiques en Algérie?

La réponse à la problématique posée peut être approchée par la vérification des hypothèses suivantes :

Hypothèse 1 : Aucune relation de causalité n'existe. Hypothèse 2 : La relation de causalité existe.

Notre étude se présentera en 3 chapitres :

1er chapitre : Analyse de l'évolution du système éducatif Algérien.

2nd chapitre : Survol de la littérature économique traitant de la relation éducation/croissance. 3ème chapitre : Etude économétrique.

Nous terminerons par donner une conclusion à notre travail.

Et pour ce faire, nous adopterons le plan suivant :

1er chapitre : Analyse de l'évolution du système éducatif Algérien.

Nous commençons par présenter le système éducatif Algérien, puis nous donnons une analyse descriptive du système et de son évolution depuis l'indépendance.

2ème chapitre : Un survol de la littérature économique traitant de la relation éducation/croissance.

Afin d'aborder l'étude de l'Algérie, nous commencerons par proposer ici le cadre d'analyse théorique de la relation macrodynamique éducation/croissance, nous parlerons des principaux modèles qui se sont intéressés à cette relation, nous discuterons des critiques apportées a ces modèles, et nous finirons par parler de cette relation dans le cas particulier des pays pétroliers.

3ème chapitre : Etude économétrique

Dans cette partie nous présenterons la théorie des séries temporelles univariées et multivariées, ensuite nous utiliserons la représentation VAR afin d'étudier les liaisons entre le PIB et les différentes variables de l'éducation. A la fin nous appliquerons les tests de causalités de Granger à nos variables et nous interpréterons les différents résultats obtenus.

Pour cela nous allons suivre six étapes :

1. Présentation des Données statistiques

Afin de mener notre analyse, nous considérons les variables suivantes en logarithmes depuis 1964 : - Nombre de bacheliers (BAC).

- Dépenses d'éducation (DEP).

- Nombre de diplômés du supérieur (DIP).

- Effectifs scolarisés tous niveaux confondus (SCO).

- La croissance économique, évaluée par le Produit Intérieur Brut (PIB).

Nos séries sont issues des sources suivantes : Le Ministère de L'Éducation Nationale, l'office national des statistiques (ONS), et la banque mondiale.

2. Stationnarisation des variables :

Nous ne pouvons identifier clairement les caractéristiques stochastiques d'une série chronologique que si elle est stationnaire. Cette étude de stationnarité s'effectue essentiellement a l'aide de l'étude des fonctions d'autocorrélation et des tests de racine unité qui permettent, pour la première de détecter si le processus stochastique est affecté d'une tendance ou d'une saisonnalité, et pour le second d'apporter des éléments de réponses sur le type de non stationnarité de la série. Pour ce faire, deux types de processus sont distingués :

- Le processus TS (Trend Stationary) qui présentent une non-stationnarité de type déterministe.

- Le processus DS (Differency Stationnary) pour les processus non stationnaires aléatoires.

Ces deux types de processus sont respectivement stationnarisés par écart à la tendance et par le filtre aux différences. Dans ce dernier cas, le nombre de filtres aux différences permet de déterminer l'ordre de l'intégration de la variable.

3. Détermination de la représentation VAR optimale :

Après avoir stationnarisé les variables, nous construirons un modèle VAR (Vector Auto Regressive). Ces modèles permettent, d'une part d'analyser les effets d'une variable sur l'autre à travers des simulations de chocs aléatoires et d'autre part de mener une analyse en terme de causalité. Dans le cas d'un processus VAR chacune des variables est modélisée en fonction de ses propres retards et des retards des autres variables

Un modèle VAR à k variables et p décalage s'écrit :

Y A AY - A Y - A p Y t p V t

t 0 1 t 1 2 t 2

= + + + + - + A(D)Y t = A0 +V t où Yt est un vecteur de

dimension (K, 1) et Vt le vecteur des résidus .

Pour déterminer le nombre de retard optimal pour la représentation VAR nous estimerons plusieurs modèles VAR pour un ordre allant de 1 à h (h étant le retard maximum admissible par la théorie économique ou par les données disponibles). Le retard P qui minimisera les critères d'Akaike (AIC) et Schwartz (SC) sera retenu.

4. Etude de la cointégration :

L'analyse de la cointégration permet d'identifier si une relation de long terme existe entre plusieurs variables. Si les variables sont de même ordre d'intégration, l'existence d'un ou de plusieurs vecteurs de cointégration sera possible.

Pour déterminer le nombre de relation de cointégration nous utiliserons le test de Johansen. Si le test révèle l'existence de la cointégration nous aurons besoin d'une correction du modèle (modèle à correction d'erreur) qui tien compte de cette relation.

5. Etude du modèle VAR (ou VECM) :

Si l'étape précédente met en évidence une relation de cointégration, l'étude se fera à ce niveau sur le modèle VECM, si le test de Johanson indiquera qu'il n'y a pas de relation de cointégration, on poursuivra l'analyse à l'aide du modèle VAR.

Nous construisons 2 modèles VAR, le premier comportera les variables suivantes : PIB, DEP, SCO et BAC, ce qui nous permettra d'étudier les interactions entre les variables de l'éducation national et la production agrégée, le second comportera les variables du PIB et DIP, afin de voir si l'effet diplôme a un impact sur la croissance économique.

Les modèles VAR permettent d'analyser les effets d'une politique économique à travers deux outils :

- L'analyse des fonctions de réponse impulsionnelle qui permettent de mesurer l'impact d'un choc sur les variables,

- La décomposition de la variance de l'erreur de prévision à chaque variable par rapport à un choc : si un choc sur l'erreur de prévision de Y1t n'affecte pas la variance de l'erreur de Y2t celle ci est considérée comme exogène, car elle évolue de manière indépendante.

Il est alors possible d'étudier les impacts que les variables ont les unes sur les autres.

6. Etude de la causalité :

La mise en évidence de relations causales entre les variables économiques permet une meilleure compréhension des phénomènes économiques, et par la même, permet la mise en place d'une politique économique optimisée. Nous utiliserons ici la notion de causalité développée par Granger : la variable Y1t cause la variable Y2t si la prévision de cette dernière est améliorée en incorporant à l'analyse des informations relatives à Y1t et à son passé.

A la fin du travail nous donnerons une conclusion générale et nous proposerons des perspectives de recherche qui peuvent améliorer ce travail.

Le choix du modèle VAR est dû, d'une part, au fait que toutes les variables du modèle sont supposées endogène, et d'autre part, à ces caractéristiques citées précédemment, à savoir les fonctions de fréquences impulsionnelles, la décomposition de la variance de l'erreur de prévision, et les tests de causalités à la granger, qui permettent d'étudier les interactions des différentes variables entre elles, et de chercher les relations de causalités existantes.

Si les tests de causalité s'avèrent négatifs, cela veut dire que les variables en relation avec le test sont exogènes au modèle, ce qui nous permettra de voir quelles sont les théories économiques les plus aptes à l'explication de la relation entre l'éducation et la croissance économique en Algérie.

Notre choix du sujet se justifie par l'intérêt particulier que porte l'État Algérien pour notre système éducatif. Nous voulons ainsi participer à la réflexion intellectuelle et au débat scientifique mené par les universitaires à propos de l'efficacité de notre système éducatif, en essayant de rechercher les éventuelles relations de causalités qui pouvaient exister entre les sphères éducatives et économiques, par une étude économétrique solide qui laisse la parole aux données afin de donner une vision statistique à ce problème.

sommaire suivant






La Quadrature du Net