WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Structure et efficience bancaire: problématique théorique et validation empirique sur les banques tunisiennes

( Télécharger le fichier original )
par Lamia Daly
FSJEG Jendouba - Mastère 2006
  

précédent sommaire suivant

Conclusion

La Tunisie compte un nombre important de banques pour un marché de taille relativement modeste et la concurrence a conduit à un important rétrécissement des marges bancaires. Le potentiel de développement du marché tunisien reste toutefois relativement important dans la banque de détail.

Au total, les banques commerciales tunisiennes ont observé un comportement de concurrence monopolistique au cours de la période 1990 jusqu'à 2004. Cette période est caractérisée par le début de la libéralisation et de la restructuration du système bancaire tunisien engagées depuis 1987. Théoriquement, on s'attendait à ce que la concurrence régisse ce marché à partir de cette date, en recourant aux instruments traditionnels de la concurrence bancaire, différenciation des structures des taux d'intérêt débiteurs ou créditeurs. Or, et de facto, cette structure concurrentielle fait toujours défaut, l'Etat n'a libéré que partiellement le système, et de plus l'opération de fusion acquisition de banque de dépôt avec les deux banques de développement, n'a fait que renforcer la concentration /centralisation de l'activité bancaire classique.

Une telle structure monopolistique tient lieu, selon plusieurs économistes, de principe explicatif de la non efficience de la banque. Elle induit en effet dans cette perspective diverses distorsions des prix et ne favorisent pas la compétitivité, principal vecteur de ladite efficience.

L'efficience du secteur bancaire CHAPITRE II : L'efficience du secteur bancaire

Introduction

Au cours des années 90, les systèmes bancaires des grands pays industrialisés ont été marqués par des restructurations majeures qui se sont traduites par des opérations de concentrations. En parallèle, le secteur bancaire tunisien a connu une période d'accroissement de la concurrence à l'issue des mouvements de déréglementation et de libéralisation financière16(*).

Soumis davantage aux exigences des processus de globalisation et opérant dans un environnement incertain, les banques sont acculées à améliorer leur efficience et à hausser leur performance afin de préserver leur pérennité. L'efficience de l'intermédiation est cependant un élément déterminant de la réussite des mouvements de libéralisations financières. En ce sens, Lesueur et Plane (1997)17(*) ont noté que « dans un contexte où la libéralisation des économies a élargi le champ et les manifestations de la concurrence, les firmes bancaires sont de plus en plus soumises à une exigence d'amélioration de leur comportement productif ».

En effet, bien que la correction des distorsions des niveaux des taux d'intérêts soit supposée réduire les problèmes d'inefficience de l'allocation des fonds prêtables, Plane (1997)17(*) a souligné que « dans un monde où une part significative des activités est intermédiée par des organisations, un bon fonctionnement de l'économie implique de relayer les marchés par des organisations efficaces, capables de susciter l'innovation et, bien sûr, de mobiliser les quantités minimales de facteurs pour la réalisation d'une quantité donnée de production ». Par ailleurs, les banques sont les principales institutions du processus de financement de l'économie tunisienne et demeure toujours son principal rouage. De telles caractéristiques nous recommandons de mesurer l'efficience du système bancaire tunisien, précisément les banques de dépôts.

Dans un premier volet, nous allons donner un différentiel d'efficience du système bancaire.

Dans un second volet, notre recherche portera sur les approches de mesures de l'efficience opérationnelle

Section I : L'efficience bancaire : concepts et déterminants

* 16 Ayachi.K, Gannoun.I, Laouini. R.. Le 3ème Colloque International de Finance, Hammamet 3-5 mars, 2005

32 Lesueur J.Y. et Plane P.(1997). L'efficience techniques : quelques repères méthodologiques.

33 Plane P. (1997) dans l'introduction d'un numéro de la Revue d'Economie du Développement

précédent sommaire suivant











9Impact, le film from Onalukusu Luambo on Vimeo.



Bitcoin - Magic internet money - Join us !