WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Efficacité politique chez Machiavel


par BASUNGA Nzinga Antoine
Université St. Pierre Canisius/Kimwenza (RDC) - MEMOIRE présenté en vue de l'obtention du grade de Bachelier en Philosophie 2006
  

précédent sommaire suivant

1.2.2. La fortune et la vertu.

Deux concepts philosophiquement importants par lesquels Machiavel explique le cours de l'histoire. Dans la tradition philosophique le concept de vertu a été souvent pensé en rapport avec le bien moral et partant en rapport avec le bonheur de l'homme. Avec Machiavel la vertu (en italien virtù), cesse d'être un concept moral. Elle est désormais un concept politique désignant premièrement les qualités qui rendent un homme propre à l'exercice du pouvoir politique. La vertu chez Machiavel se confond alors avec la force du caractère entendue comme une grande énergie mise au service d'une grande ambition. Elle est aussi le talent politique voire le bon sens politique, mieux une aptitude à bien évaluer et à savoir exploiter une situation politique qui peut être l'oeuvre de la fortune.

Le rapport entre la fortune et la vertu ressort fortement dans les chapitres six et sept du Prince. Parlant des exemples de vie des hommes éminents qui ont fait preuve de courage et d'intelligence face aux situations concrètes auxquelles ils ont été confrontés pour conserver leurs Etats, Machiavel écrit ceci :« Et en examinant bien leurs oeuvres et vie, on ne trouve point qu'ils aient rien eu de la fortune que l'occasion, laquelle leur donna la matière où ils pussent introduire la forme qui leur plaisait ; sans cette occasion, les talents de leur esprit se seraient perdus, et sans leurs talents, l'occasion se fut présentée en vain » . Cet extrait permet de comprendre que la virtù et la fortuna ne sont pas par principe irréconciliables. La valeur politique est l'intelligence des situations historiques mieux, un discernement assidu des signes du temps.

De la sorte, elle ne peut ni négliger les occasions favorables au projet entrepris (maintenir et sauver l'Etat) ni agir à contre temps. La valeur politique est la capacité d'adapter l'action aux circonstances tout en modelant celles-ci aux fins poursuivies. Bref, la vertu politique a pour fonction de donner une forme à la matière des événements ; c'est, selon Machiavel, ce qu'ont remarquablement réussi les grands exemples qu'il donne (aux chapitres VI et VII). Les pénibles épreuves que traversaient leurs peuples furent pour eux littéralement une chance, celle de montrer leur valeur et d'orienter favorablement le cours de l'histoire. Par-là, Machiavel entend montrer que nulle situation n'est jamais pitoyable pour l'homme vaillant, c'est-à-dire un politique chez qui le savoir-faire politique est devenu comme une seconde nature.

précédent sommaire suivant