WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

attractivite des territoires

( Télécharger le fichier original )
par Majda
 -  2004
  

sommaire suivant

Partie I :Introduction sur  Importance de l'attractivité

Le renforcement de l'attractivité d'un pays vis-à-vis des investissements étrangers est devenu un nouvel impératif de la politique économique. Ce constat vaut pour les économies du Nord aussi bien que pour celles du Sud. L'universalité de la préoccupation reflète la généralisation des contraintes générées par le processus de globalisation. Aujourd'hui, l'objectif de l'attractivité s'ajoute à celui de la compétitivité qui était caractéristique des années 60. Son apparition reflète le passage du modèle de l'" économie multinationale " qui a dominé les décennies 60 et 70 à celui de l' "économie globale " qui se développe depuis le début des années 80.

 Et donc l'attractivité du territoire national pour les investissements directs étrangers est devenue un nouvel impératif des politiques économiques des Etats - non seulement des politiques industrielles. Il constitue une adaptation aux nouvelles règles du jeu posées par le processus de globalisation.

Alors, l'attractivité est devenu donc une réponse aux nouvelles règles du jeu introduites par la globalisation, comme l'impératif de la compétitivité des années 60 constituait la réponse à la multinationalisation. Cependant, au delà d'une continuité historique qui est celle du capitalisme, il y a rupture radicale dans la position occupée par la politique économique. Elle tient à l'effacement de la dichotomie entre le domestique et l'étranger. Mais avant de rendre compte de ce changement fondamental, il est nécessaire d'insister sur une autre transformation de fond : avec la globalisation, les firmes mettent désormais les territoires nationaux en concurrence les uns avec les autres, alors que dans la multinationalisation, c'étaient les Etats qui sélectionnaient les " bons " projets d'investissements proposés par les firmes.

Importance de l'Attractivité « Sur le Champ »

D'après Les résultats d'une enquête menée récemment par le Foreign Investment Advisory Service, un département conjoint de la Banque Mondiale et de la Société Financière Internationale auprès d'une centaine de multinationales américaines, japonaises et européennes dans sept secteurs d'activité confirment les données sur les flux d'investissements directs telles qu'elles sont rassemblées dans le " World Investment Report" de la CNUCED. Les implantations des multinationales sont concentrées dans un petit nombre de pays. Ces données empiriques montrent que plus des trois quart des investissements directs obéissent à une stratégie " horizontale ". Cela signifie qu'ils ont les caractéristiques suivantes : ils sont Nord-Nord, donc circonscrits aux économies les plus développées, croisés et intrabranches. Dans leurs décisions d'investissement, les firmes sont d'abord motivées par la taille et le taux de croissance des marchés d'implantation (marchés nationaux ou régionaux) dont l'accès est facilité par l'absence de réglementations restrictives à l'entrée des investissements étrangers et à l'acquisition de firmes locales. Si l'on ajoute aux pays de la " triade " les nouveaux pays industriels, la proportion des investissements directs horizontaux est encore accrue et cela d'autant plus que les économies émergentes drainent à peu près 90% des investissements qui ne se dirigent pas vers les économies du Nord. En revanche, la stratégie " verticale ", d'investissement Nord-Sud est très minoritaire. Elle répond à l'objectif de minimisation des coûts par des implantations de " filiales-ateliers " spécialisées dans la fabrication de composants des produits finals. Leur localisation est fondée sur la différenciation des dotations en facteurs dans la tradition de la spécialisation inter sectorielle de la théorie néo-ricardienne de l'économie internationale.

Mais d'un autre côté selon les résultats de l'enquête de FIAS, il semble que, de plus en plus, les firmes suivront des stratégie qui combinent les avantages d'un marché de grande taille et dynamique avec la minimisation des coûts, ce qui leur permettra de limiter le nombre de leurs implantations dans le monde. Ce qui implique que les firmes sont devenu de plus en plus sélectives dans la localisation de leurs implantations. D'après l'enquête de FIAS on constate que l'ensemble des firmes interrogées, quelle que soit leur nationalité, quelle que soit leurs appartenance sectorielle et, aussi, ce qui peut paraître encore plus surprenant, quelle que soit la stratégie suivie - horizontale, verticale ou oblique - ont fait figurer les mêmes pays dans la liste des six pays qui ont leur préférence. Il est donc possible de parler d'une " short list " des pays les plus attractifs.

Ce constat ne signifie pas pour autant que la liste des pays attractifs est définitivement fermée; elle peut se modifier, entre autre du fait des politiques d'attractivité .

sommaire suivant