WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Analyse de le Rentabilité Financière des Unités de Transformation de Maïs/Sorgho Installées dans l'Arrondissement de Mirbalais

( Télécharger le fichier original )
par Elie Mélech Désir
Université d'Etat d'Haïti (UEH) - Ingénieur-Agronome 2009
  

sommaire suivant

Université d'État d'Haïti

(UEH)

Faculté d'Agronomie et de Médecine Vétérinaire

(FAMV)

Département d'Économie et de Développement Rural

(DEDR)

Analyse de la Rentabilité Financière des Unités de Transformation de Maïs/Sorgho Installées dans l'Arrondissement de Mirebalais

Mémoire

Présenté par Elie Mélech DESIR

pour l'obtention du Titre d'Ingénieur-Agronome

Option : Économie et Développement Rural

Damien, Octobre 2008

Analyse de la Rentabilité Financière des Unités de Transformation de Maïs/Sorgho Installées dans l'Arrondissement de Mirebalais

Dédicace

Ce mémoire de fin d'études universitaires, fruit de la faveur imméritée de Dieu, est dédié principalement à mes parents Mme Josette Joachim Saintilus DESIR et M. Lyrice DESIR, qui ont consenti d'énormes sacrifices pour faire de moi ce que je suis aujourd'hui. Ensuite, à mon frère aîné et ami, Max Obed DESIR, à ma petite soeur Cherline DESIR et à ma fiancée Willande JOSEPH

Remerciements

Mes remerciements s'adressent :

o à Jéhovah, le Grand Dieu de l'univers qui m'a donné de l'intelligence, de la santé et de la sécurité nécessaires pour achever avec succès mes cinq (5) années d'études universitaires ;

o à mon conseiller scientifique professeur Lucko GASPARD pour son assistance dans la réalisation de ce travail ;

o au professeur Nemours VINCENT qui m'a aidé à bien orienter l'étude ;

o aux cadres du bureau technique de coordination du bas plateau de CECI particulièrement Agronome Ducamel DORZIN pour sa collaboration ;

o à mon ami Ingénieur-Agronome Jean Bernard LEBELON pour ses précieux conseils;

o à mes camarades de la promotion (1999 - 2004) particulièrement Maxim THELIAR, Maxène DESIR, Gaspard CLERGER, Sylvain SAMA et Fred Jean-Marie AIMÉ pour leurs conseils et encouragements; 

o à toutes celles et à tous ceux qui, d'une manière ou d'une autre, ont contribué à la réussite de cette étude. Qu'ils trouvent dans ce travail l'expression de ma plus haute considération et de ma plus profonde gratitude.

RÉSUMÉ

Les paysans de l'Arrondissement de Mirebalais, dans le soucis de diminuer les dépenses d'énergie dues au déplacement dans les villes pour avoir accès aux services de transformation dans les unités de transformation privées, font la demande auprès du projet national de développement participatif (PRODEP) en vue de l'installation de moulins de transformation. Vu l'engouement des gens à vouloir installer des moulins de transformation, beaucoup de personnes se questionnent sur leur viabilité et sur leur capacité à contribuer au développement des zones où ils sont installés. Pour cela, on a décidé d'analyser le niveau de rentabilité des unités de transformation et de voir si les deux modes de gestion (privé et communautaire) donnent des rentabilités différentes.

La réalisation de ce travail a exigé l'adoption d'une méthodologie axée sur la collecte d'informations en vue de calculer quatre indicateurs de rentabilité : Le flux net de trésorerie actualisé (FNTA), le taux de rentabilité interne (TRI), le ratio avantages/coûts (Rav/ct) et le taux de profit. Une analyse sur une période de 7 ans nous permet d'accuser un FNTA de 763 103.97 gourdes pour les unités privées contre 28 819.46 gourdes pour celles gérées collectivement. En ce qui a trait au taux de rentabilité interne, les unités privées ont un taux égale à 89.92% et celles gérées par les communautés 17.22%. L'analyse des recettes et des coûts effectués sur une période de sept ans nous a permis d'établir les ratios avantages-coûts des différents types d'unités de transformation. Ils sont de 1.70 et 1.81 pour respectivement les unités privées et communautaires. L'activité de transformation au cours de l'année 2007 nous montre que les entreprises privées génèrent un profit moyen de 236 649.3 gourdes et un taux de profit de 98.45 % alors que les communautaires ont un profit moyen de 88 143.86 gourdes et un taux de profit de 88.53%.

Quelqu'un pourrait, après simple observation, dire que tel ou tel type d'entreprise serait plus rentable que l'autre. Mais après une régression, comportant un point de rupture et une variable dummy (Modèle ANOVA), réalisée sur deux indicateurs (Le Rav/ct et le taux de profit), nous avons vu qu'il n'y a pas de différences significatives entre les deux types d'unités de transformation.

sommaire suivant











9Impact, le film from Onalukusu Luambo on Vimeo.