WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Etat des lieux de la microfinance et du système bancaire camerounais

( Télécharger le fichier original )
par Olive Berenice Ngafi Djomo
Faculté universitaires catholiques de Mons (belgique) - Master en sciences de gestion option (finance) 2006
  

précédent sommaire suivant

4.4.2 Les autorités

L'autorité monétaire Camerounaise est le Ministère de l'économie et des finances(MINEFI), après avis conforme de la COBAC c'est lui qui accorde les agréments aux établissements de microfinance.

La Commission Bancaire des Etats d'Afrique Centrale(COBAC), a pour rôle de contrôler l'activité de la microfinance dans la Communauté Economique et Monétaire de l'Afrique Centrale (CEMAC). Elle est également l'organe de contrôle de la Banque des Etats de l'Afrique Centrale.

Le Ministère de l'agriculture et du développement rural(MINADER) est la tutelle des coopératives. Toutes les coopératives doivent au préalable s'inscrire auprès de ses services.

4.4.3 les structures spécialisées

Parmi les structures spécialisées dans la formation en microfinance, nous trouvons: La Microfinance Academy et la PACEF. Ces deux structures sont partenaires du programme CAPAF, qui est une initiative conjointe du Groupe consultatif d'assistance aux pauvres(CGAP) et du ministère des affaires étrangères français.

La mission de CAPAF est de promouvoir une approche de marché pour des services de renforcement des capacités des IMF, touchant à la formation, à l'appui technique, et à l'information. Les structures spécialisées dans la formation en microfinance disposent donc des formateurs certifiés et offrent d'autres types de services dans le domaine de la microfinance.

4.4.4 Les Organisations Non Gouvernementales

Les ONG jouent un rôle d'intermédiaire entre les financiers et les demandeurs de crédits.

Nous retrouvons 4 modes d'interventions des ONG :

- L'intervention en opérateur direct pour la création et la mise en valeur des structures spécialisées d'épargne et de crédit ;

- L'appui à la restructuration du secteur financier ;

- Le soutien financier ou technique;

- L'aide au développement plus large.

Nous retrouvons des ONG camerounaises et étrangères qui travaillent en partenariat. C'est le cas de l'ONG camerounaise VEPDEF (femmes volontaires pour la promotion de l'éducation populaire à la démocratie, à la paix et au bien-être économique) qui travaille avec une ONG belge AADC (Association pour l'Action de Développement Communautaire).

En effet l'ONG AADC vient en aide aux organisations de femmes et offre des formations (technique, gestion d'entreprise, marketing). Son objectif est l'amélioration de la position socio-économique de la femme à la campagne et à la ville par le soutien d'activités génératrices de revenus.46(*)

L'ONG AADC reçoit l'aide financière de la BRS (la Banque et les assurances solidaires dans le tiers monde) qui soutient des projets de développement durable dans le tiers monde.

Le point de vue de la BRS est celui ci : « Si un habitant du tiers monde a faim, vous pouvez lui donner un poisson pour assouvir sa faim. Vous pouvez aussi lui donner un filet et lui apprendre à pêcher. Mais vous pouvez aller encore plus loin : vous pouvez lui prêter de l'argent afin qu'il achète un filet et lui apprendre à épargner. Vous l'aidez ainsi à prendre son sort en main et à offrir à ses enfants un avenir meilleur. »

C'est l'exemple47(*) de Mme X, une jeune femme qui s'est affiliée en août 2000 à VEPDEF. En mai 2001, elle a ouvert son petit commerce. Pour l'achat des marchandises, elle a demandé un prêt de 200.000 FCFA (305 EUR). Mais la politique de VEPDEF est d'accorder les crédits s'élevant à maximum 3 fois le montant de l'épargne, elle n'a que reçu 72000 FCFA (110 EUR). Entre temps elle a remboursé son prêt et a doublé son épargne. Elle souhaite à présent élargir ses activités. Pour cela il lui faut 300.000 FCFA (457,35 EUR). Mme X espère qu'elle pourra faire appel au fonds de crédits supplémentaires mis à la disposition du VEPDEF.

* 46 Banque des assurances solidaires dans le tiers monde, soutien des activités d'épargne et de crédit, page consultée le 20/02/2007, http://www.cera.be/brs/fr/projects/Africa.htm

* 47 source : BRS

précédent sommaire suivant