WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Etat des lieux de la microfinance et du système bancaire camerounais


par Olive Berenice Ngafi Djomo
Faculté universitaires catholiques de Mons (belgique) - Master en sciences de gestion option (finance) 2006
  

précédent sommaire suivant

2.1.4 Les sociétés de développement

La mise en relation permet aux sociétés de développement52(*)  :

De baisser leurs coûts lorsque la gestion de la paie est transférée à la MC²;

De sécuriser les mouvements des fonds;

De diminuer significativement le taux de créances douteuses ;

D'augmenter la productivité des employés et leurs niveaux de vie ;

D'améliorer l'image de leur société dans la communauté.

2.1.5 Les Organisations Non Gouvernementales

Les ONG comme ADAF améliorent leurs images sur le plan international grâce aux résultats positifs obtenus sur le terrain à travers les mutuelles communautaires de croissance. Par le biais des MC², les ONG atteignent facilement les populations.

Après avoir montré les intérêts des différents agents sociaux, nous présenterons les avantages d'Afriland First Bank dans la promotion des Mutuelles communautaires de croissance.

2.2 INTERÊTS D'AFRILAND FIRST BANK DANS LA PROMOTION DES MC²

Les intérêts d'Afriland First Bank dans la promotion des MC² peuvent être vus sur deux longueurs( court et long terme).

· A court terme

Les MC² sont une source d'informations indispensables permettant à Afriland First Bank d'améliorer son portefeuille. Elles permettent également à Afriland de rehausser son image de marque auprès des institutions nationales et internationales.

· A Long terme

La logique de fonctionnement des MC² déclenchera le processus de développement du pays, ce qui entraînera aussi la croissance d'Afriland.

Afriland vise donc dans un premier temps à élargir son portefeuille de crédit auprès d'une catégorie de population qui n'a pas accès à ses services classiques pour des raisons telles que : l'éloignement géographique et culturel, l'absence de garantie des emprunteurs, les volumes d'activités économiques faibles. Dans un second temps, la banque espère amener cette clientèle à accéder aux normes et aux pratiques des services bancaires classiques.

Après avoir exposé les intérêts d'Afriland First Bank, nous monterons les avantages des MC² dans cette synergie.

2.3 INTERÊTS DES MC²

Grâce à la synergie, les mutuelles communautaires de croissance bénéficient : de la formation de leurs personnels ; du contrôle et du suivi de leurs gestions ; de l'accès au refinancement. L'alliance permet également aux MC² d'offrir des crédits à un coût raisonnable ; de placer leurs excédents d'épargne et de trésorerie auprès d'Afriland First Bank qui en garantit la sécurisation et la rémunération.  Par le biais de l'alliance, les MC² améliorent leur crédibilité au sein du secteur financier.

Avec le soutien de l'ONG ADAF et d'AFRILAND, Les Mutuelles communautaires deviennent des véritables instruments de développement communautaires. L'exemple ci dessous qui montre comment une association de vingt-quatre (24) femmes rurales est devenue une association d'opératrices économiques dans le village de BANKA illustre ce propos.

Exemple de développement communautaire soutenu par la MC² de BANKA

Convaincue par le vieil adage bamiléké53(*)qui dit qu'une seule main ne peut ficeler un colis, une association de femmes a adhéré en janvier 2004 à la MC2 BANKA. Pour ce faire chaque membre a apporté une somme de 521F soit un total de 12.504F. Ensuite, en cotisant chacune 315F, l'association a ouvert un compte d'épargne. Pour approvisionner leur compte d'épargne elles ont décidé de placer 100F chacune chaque semaine (un total de 2.400F).

En juin 2004, elles ont sollicité un crédit de 200.000F d'une durée maximale d'un an, pour créer un champ de cultures maraîchères (piments, tomates, gingembres, maïs) très sollicitées sur le marché. Suite à l'étude de leur projet, et une descente sur le terrain, une enquête de moralité a été menée auprès du chef du quartier et de leurs voisins. Un avis favorable a alors été accordé à leur demande. Un technicien agricole et un gestionnaire ont entretenu ce groupe pour mieux les former et leur donner quelques notions de gestion.

Après cette formation, le crédit a été octroyé à l'association. La mise en place des cultures a été suivie de près par un ingénieur agronome et un agent de la MC2 BANKA.

Grâce à la MC2 Banka qui a établi un partenariat avec les mutualistes du secteur petit commerce, les premières récoltes ont été facilement écoulées. Cette première vente de récolte a rapporté 420.000F. cette somme a été déposée dans le compte de l'association et le crédit fût remboursé. Le bénéfice dégagé de cette première vente de récolte était de 220.000F.

En janvier 2005, l'association a demandé un second crédit plus substantiel de 400.000F, et a augmenté sa part sociale à 40.000F. Fin mai 2005, la deuxième récolte a eu lieu et les cultures ont été écoulées, la vente a rapporté 890.000F. Le bénéfice rapporté par la deuxième vente est de 490.000F. l'association a donc dégagé un bénéfice total de 710.000F au bout des deux ventes. Notons que les cotisations hebdomadaires du groupe ont permis de payer les intérêts de 8%. Les bénéfices de l'association ont augmenté, si bien que les cotisations hebdomadaires sont passées de 100F à 2000F soit un total de 48000F par semaine.

L'association a même diversifié ses cultures, en créant une bananeraie et un champ d'ananas. Chacune des 24 femmes est devenue mutualiste et a son propre compte. Les besoins essentiels de chacune d'elles sont résolus, leur mode de vie a changé. A ce jour elles ont créé des emplois pour les jeunes et les filles mères désoeuvrées. L'essor de ce groupe a influencé la création de nombreux autres groupes d'activités chez les hommes et chez les jeunes faisant la fierté du village BANKA. 

 Nous remarquons que grâce à la MC2 de Banka, l'association s'est développée et chacune des femmes a amélioré son niveau de vie. Cela n'aurait pas été possible si la mutuelle ne leur offrait pas la possibilité de payer des frais d'adhésion communautaire de 12.504FCFA, montant dont aucune d'elle ne pouvait disposer individuellement. La réussite de ce groupe a permis la création d'emplois et le développement de la communauté Banka.

Pour les autorités religieuses et traditionnelles, l'essor de ce groupe de femme est un bon exemple d'union qui fait la force. Comme le village se développe, les jeunes n'iront plus dans les villes, l'exode rural va donc diminuer. Le résultat positif obtenu par la MC² de Banka améliore la notoriété de l'ONG ADAF, car ce sont ses membres( technicien agricole et gestionnaire) qui formaient le groupe de femmes.

Concernant Afriland First Bank, le partenariat avec la MC² de Banka lui permet de mieux remplir sa mission de financement du monde rural et d'accroitre son image de marque.

Face à tous les intérêts que nous avons présentés pour le développement de partenariats entre la microfinance et le secteur bancaire, les contraintes restent très fortes et de natures différentes.

Dans la suite, nous montrerons les différentes contraintes rencontrées pour la mise en place d'une synergie entre le secteur bancaire et celui de la microfinance.

* 52 Ce sont des petites entreprises

* 53 Tribu de l'Ouest Cameroun

précédent sommaire suivant