WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Etude du processus de démocratisation de la géomatique en lien avec le Web 2.0

( Télécharger le fichier original )
par Boris Mericskay
Université Paris 7 et Université Laval - Master 2 2008
  

précédent sommaire suivant

E. Le Géoweb 2.0 comme moteur d'une véritable géocollaboration ?

Le concept de géocollaboration69 (processus collaboratifs utilisant l'information géographique comme support) repose sur l'idée de « travailler ensemble et décider ensemble en utilisant des données géographiques »70. Cette nouvelle approche prône la participation et la coopération entre différents acteurs du territoire (décideurs, techniciens, citoyens).Il s'agit de construire à partir de données volontaires locales et de connaissances hétérogènes, des représentations partagées par tous les acteurs pour décider (ou au moins pour réfléchir) à plusieurs, de manière plus cohérente. Les technologies et pratiques issues du Géoweb 2.0 incarnent de nouveaux outils géocollaboratifs, «des outils très divers peuvent être concernés par la géocollaboration en fonction des architectures techniques retenues. Tous les outils SIG peuvent être impliqués d'une façon ou d'une autre dans des situations de géocollaboration, mais les plus concernés sont les dispositifs Internet/Extranet classiques, les serveurs spatiaux, associés à des clients lourds ou légers divers, les dispositifs d'interopérabilité (Web Services notamment), les environnements virtuels, et les S.I. mobiles »71.

Avec les nouvelles normes et standards qui se développent, l'interopérabilité est facilitée, ce qui renforce l'aptitude de ces outils à être utilisés dans des procédures de géocollaboration. De plus, ces dispositifs permettent d'associer à la fois des processus collaboratifs « géographiques » et « classiques ». Pour l'instant ces nouvelles pratiques de cartographie collaborative dans des processus de gestion et d'aménagement du territoire sont quasi-inexistantes et la place du grand public encore mal définie, « donner directement la main à l'usager pour qu'il modifie en direct l'information et que celle-ci s'affiche en direct

68 CUNNA A., DAO H., 2005, Dossier : Système d'information géographique et action publique, in Vues sur la ville n°14, Université de Lausanne, 8 p.

69 PORNON H., NOUCHER M., 2007, Bilan et perspective de 20 années de géomatique: Vers des SIG plus collaboratifs, les communautés de pratiques, in Géomatique Expert n°59, p 54-60

70 PORNON H., NOUCHER M., 2007, Bilan et perspective de 20 années de géomatique: Vers des SIG plus collaboratifs, la Géocollaboration, in Géomatique Expert n°5 8, p 56-60

71 Ibid.

sur le site n'est pas une orientation de la production de l'information, en revanche c'est une réflexion qui est au coeur des régions, de se dire jusqu'où on ouvre le dispositif et jusqu'où on permet à l'usager de réagir sur le site [...] Il faut avouer que ce n'est pas dans les usages majoritaires des collectivités de donner directement la main aux usagers pour qu'il soit directement producteur d'information »72.

Néanmoins quelques initiatives se mettent en place depuis peu. Blogs politiques, municipaux, conservation du patrimoine ou encore politiques de transport en commun sont autant d'exemples qui viendront confirmer ou réfuter les hypothèses de l'impact du Géoweb 2.0 dans des cadres opérationnels de politiques publiques de gestion, planification promotion et d'aménagement du territoire. Plus qu'une simple démocratisation des technologies géospatiales par une vulgarisation des usages et pratiques, il semblerait que les nouvelles technologies issues du Géoweb 2.0 puissent incarner de nouveaux outils de démocratie participative en offrant de nouvelles possibilités pour l'autonomisation et la reconnaissance des communautés d'usages et de pratiques. Avec des approches actives et collaboratives plutôt que passives et consultatives, l'implication de la base communautaire dans les processus de prises de décision pour le territoire est en pleine évolution. La maîtrise des outils n'est plus seulement réservée à l'expert. Les nouveaux environnements induits par le Web 2.0 et le Géoweb 2.0 stimulent, encouragent, et facilitent la compréhension et l'implication du public dans le cadre de politiques participatives liées à l'aménagement du territoire.

B. Mericskay -2008-

Figure 6: Les différentes approches et dimensions des SIG selon le type d'utilisateurs

72 Entretien de Cédric Verpeaux, dans le cadre de l'atelier consacré aux défis de la ville 2.0

précédent sommaire suivant






Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy