WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Elaboration d'un projet de formation en FLE - Amélioration du dispositif pédagogique d'une école parisienne naissante

( Télécharger le fichier original )
par Claire Marchandeau
Université Paris 7 - Denis Diderot - Master 2 Professionnel Didactique du FLE 2009
  

précédent sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

3. Choix des documents complémentaires

3.1. Un choix pertinent du document déclencheur

Le choix du document déclencheur est stratégique puisqu'il va non seulement être le support de l'exposition et du traitement des informations qu'il contient mais également être source d'inspiration pour les activités de fixation et de production. L'objectif de la sélection est donc d'obtenir un document qui réponde à ces critères, qui soit également adapté au public visé et qui corresponde à ses centres d'intérêts.

Valérie Lemeunier15 nous propose ici une liste de critères pertinents pour la sélection d'un document déclencheur.

> Est-il adapté au public visé ?

· par rapport à leur âge ?

· par rapport à leur niveau de langue ? (prérequis)

· par rapport à leurs centres d'intérêt ?

· par rapport à leur héritage socioculturel ? (histoires individuelle et collective)

15 V. Lemeunier, Dossier Franc parler, « Elaborer une unité didactique à partir d'un document authentique », 2005.


· par rapport à leurs habitus ? (grille d'interprétation)

· par rapport à leurs objectifs ?

· par rapport à leurs besoins langagiers ?

> Y a-t-il des éléments non-verbaux qui facilitent la compréhension ?

· Source connue ?

· Date marquante ?

· Auteur (ou locuteur) célèbre ?

· Présentation caractéristique ?

· Titre (+ paratexte) parlant ?

· Redondance du son et de l'image ou du texte et de l'illustration ?

> Les paramètres de la situation de communication apparaissent-ils clairement ?

· nature du document : de quoi s'agit-il ?

· locuteurs : qui parle ou écrit ? à qui ?

· lieu de l'interaction : où se déroule la scène ?

· moment de l'interaction : quand se passe la scène ?

· manière dont se déroule l'interaction : comment se déroulent les échanges ?

· cause de l'interaction : pour quelle raison a lieu l'échange ?

· enjeu de l'interaction : dans quel but a lieu l'échange ?

> Le document est-il exploitable pédagogiquement ?

· Y a-t-il matière à faire des hypothèses avant la lecture ou l'écoute ?

· La vérification des hypothèses peut-elle se faire grâce à une écoute ou une lecture rapide voire partielle ?

· Y a -t-il matière à faire une activité de compréhension plus détaillée dans un cadre authentique ?

> Le contenu communicatif est-il pertinent par rapport à la progression ?

· Est-il en adéquation avec le ou les objectif(s) communicatif(s) visé(s) ?

· Permet-il de réactiviter des savoir-faire anciens ?

· Permet-il de sensibiliser à des objectifs à venir ?


· Fournit-il un bon corpus pour le repérage et la conceptualisation ?

> Le contenu linguistique est-il pertinent par rapport la progression ?

· Est-il en adéquation avec les structures à acquérir ?

· Permet-il de réactiviter des structures anciennes ?

· Permet-il de sensibiliser à des structures à venir ?

· Fournit-il un bon corpus pour le repérage et la conceptualisation ?

> Le contenu socioculturel est-il pertinent ?

· Est-il un bon reflet de la société française (ou francophone) ?

· Permet-il la pédagogie interculturelle ?

· Est-il en adéquation avec les connaissances à acquérir ?

· Permet-il de réactiviter des connaissances anciennes ?

· Permet-il de sensibiliser à des connaissances à venir ?

· Est-il interdisciplinaire ? Permet-il de réinvestir des connaissances acquises en dehors de la classe et inversement ?

> Le document est-il un bon déclencheur ?

· pour une systématisation orale ?

· pour une systématisation écrite ?

· pour une production orale ?

· pour une production écrite ?

Plus le nombre de réponses affirmatives est important et plus nous tendons vers le document idéal grâce auquel l'enseignant pourra proposer des activités motivantes aux apprenants.

La pertinence du choix du document déclencheur et la cohérence du cadre méthodologique sont des atouts pour générer le plaisir d'apprendre que la dynamique de groupe et la créativité viendront renforcer. La classe doit devenir un lieu de créativité où le groupe peut devenir une unité de travail efficace afin que l'enseignant y trouve le plaisir d'enseigner. Mais force est de constater que générer le plaisir d'enseigner et d'apprendre impose un temps de préparation de cours important et exige des compétences professionnelles solides. Cependant, à l'heure où

l'enseignant n'est définitivement plus le seul détenteur du savoir, son savoir-faire et son savoir-être font plus que jamais la différence.

3.2. Exemple de fiche d'exploitation d'un document authentique

En complément de son article théorique, Valérie Lemeunier propose un exemple de fiche d'exploitation (niveau B1) d'un article publié sur le site de la Banque mondiale : "La lutte contre la cécité des rivières en Afrique."

Objectifs sociolinguistiques

L'attitude et l'intonation à adopter pour réagir dans une situation surprenante, pour obtenir et donner des informations.

Objectifs communicatifs

Donner des informations concernant des faits passés : décrire une situation passée, raconter des événements passés, mettre en évidence les résultats d'une action.

Contenus linguistiques

Opposition passé composé / imparfait ; voix active / voix passive.

Sensibilisation

Les apprenants font un remue-méninges à partir d'une carte d'Afrique collée au milieu du tableau.

Anticipation

Les apprenants font des hypothèses à partir d'un accordéon réalisé par l'enseignant contenant les différentes informations des plus générales aux plus précises (adresse du site : http://www.worldbank.org/, logo, photo, titre...) sur la situation de communication et le thème général du document. Les apprenants ouvrent progressivement l'accordéon qui leur donne des indices pour émettre des hypothèses.

Compréhension globale

Les apprenants vérifient leurs hypothèses en lisant le premier paragraphe du texte.

Compréhension détaillée

Vous travaillez pour l'ONG "Médecins de l'univers". Vous devez informatiser le fichier des maladies. À l'aide des informations contenues dans le document "La lutte contre la cécité des rivières en Afrique", complétez la fiche de renseignements ci-dessous.

Nom de la maladie

Transmission de la maladie

Pays affectés

Symptômes

Conséquences de la maladie

Traitement possible

Programmes de lutte mis en place Résultats obtenus

Repérage

Les apprenants relèvent dans le texte les structures qui permettent de donner des informations concernant des faits passés.

Exemples :

L'onchocercose [...] a longtemps apporté son cortège de souffrances et de misère à des millions d'africains.

[...] la Banque mondiale, a lancé une formidable offensive contre ce fléau.

La maladie [...] a provoqué le dépeuplement de vastes régions de terres arables et cultivables aux abords des fleuves.

Le programme de lutte contre l'onchocercose (OCP) a été mis en place en 1974 [...] [...] la cécité des rivières faisait de terribles ravages : près de 500 000 personnes souffraient de graves problèmes de vision, plus de 350 000 étaient devenues aveugles, et 6,5 millions d'individus étaient contaminés.

Conceptualisation

Pour donner des informations concernant des faits passés, les apprenants : doivent être capables de : ont besoin de savoir utiliser :

Décrire une situation passée Imparfait

Raconter des événements passés Passé composé

Mettre en évidence les résultats de l'action Voix passive

Lors de cette étape, les apprenants (par groupes) vont observer et analyser le corpus obtenu lors du repérage afin de découvrir les règles de fonctionnement. Un groupe fait ensuite part de sa découverte que les autres groupes peuvent confirmer, infirmer ou compléter. En dernier lieu, l'enseignant intervient pour valider ou rectifier la proposition finale. Pour compléter ou préciser les propositions des apprenants, je vous invite à consulter l'ouvrage de Geneviève Dominique de Salins, Grammaire pour l'enseignement/apprentissage du FLE 16.

Systématisation

Dans le camp de l'ONG, il se passe des choses étranges. Chaque apprenant reçoit un papier contenant une information surprenante. À tour de rôle, ils arrivent en courant. Les autres réagissent : "Bah, qu'est-ce qui se passe ?" L'apprenant, sous le choc, a du mal à s'exprimer. Il mime donc l'information surprenante au reste du groupe qui doit la verbaliser.

Exemples d'information :

· Ce matin, je faisais une expérience sur un rat endormi. Tout à coup, il s'est réveillé et il m'a mordu ;

· Il y avait une drôle d'odeur dans le laboratoire. Quand j'ai allumé la lumière, il y a eu une explosion ;

· Hier soir, je cherchais des documents, il était tard, soudain, j 'ai entendu une voix bizarre, je suis parti en courant.

Production orale

Des documents importants ont disparu du laboratoire de l'ONG. Une enquête est ouverte : deux médecins-chercheurs étaient présents, menacés par les voleurs, ils n'ont rien pu faire. La police doute des scientifiques et les interroge à tour de rôle. Ils se sont préalablement mis d'accord sur une version des faits pendant que les autres préparaient l'interrogatoire. À tour

16 Geneviève Dominique de Salins, Grammaire pour l'enseignement/apprentissage du FLE, Didier/ Hatier, Paris, 1996.

de rôle, les scientifiques sont interrogés. Si leurs versions sont identiques, c'est qu'ils disent la vérité. Si leurs versions divergent, c'est qu'ils sont coupables du vol.

Production écrite

Les apprenants rédigent l'article de presse concernant la disparition des documents et les résultats de l'enquête.

3.3. Documents authentiques

Un document authentique est un document qui n'a pas été conçu à des fins pédagogiques. Il peut avoir une valeur littéraire ou artistique - ou non- un formulaire d'état des lieux... Voici quelques astuces pour se constituer un stock renouvelable de documents authentiques et des conseils d'enseignants et chercheurs pour leur sélection et leur exploitation.

Dans un article paru il y a quelques années, Magali Lemeunier-Quéré17, enseignante et chercheur en didactologie des langues et des cultures, plaidait déjà en faveur d'une utilisation raisonnée des documents authentiques : 1° tout document parce qu'il est authentique ne mérite pas de faire son entrée en classe 2° l'exploitation de ces documents ne va pas de soi.

Ainsi, selon elle, l'utilisation du document authentique nécessite de se poser certaines questions :

· L'introduction d'un document authentique au sein de mon cours est-elle légitime ?

· Le profil de mes élèves me permet-il d'avoir recours à ce genre de document ?

· Le document authentique cadre-t-il avec l'objectif de ma leçon ?

· Doit-il être retouché (corrections, amputations, illustrations, lexique, consignes...) ?

· La nature du document (oral, écrit, graphique, pictural, strictement authentique ou remanié) apporte-t-elle un supplément ?

· La proportion de documents authentiques que j'utilise dans mes cours est-elle justifiée?

· Quel type d'exploitation permettent-ils ?

- orale ou/et écrite,

17 M. Lemeunier-Quéré, Dossier Franc-Parler « Créer du matériel didactique : un enjeu et un contrat », 2005.

- axée sur les 4 compétences ou sur une compétence particulière, - valorisant les savoir, savoir-faire ou/et savoir-être ;


· Quelle place dois-je leur réserver dans ma leçon : découverte, appropriation, réutilisation ?

Mariela de Ferrari18, didacticienne FLE-FLS et directrice des programmes au Comité de liaison pour la promotion des migrants et des publics en difficulté d'insertion, montre en quoi l'utilisation de ces documents, ancrés dans la réalité contemporaine, peut jouer un rôle dans l'évolution des représentations des apprenants et l'accroissement de leur motivation.

Selon elle, les documents ancrés sur la réalité française contemporaine recèlent en eux des potentialités pédagogiques permettant de faire évoluer les représentations pouvant circuler sur :

1. L'apprentissage du français perçu comme : langue difficile, réservée à un groupe social particulier, avec prépondérance de la grammaire des formes et de la phrase...

2. Les modes de vie en France et les façons d'approcher "la réalité" : par exemple, les journaux internationaux véhiculant des images univoques ou réductrices des faits de société (violences urbaines de novembre 2005 ; manifestations étudiantes anti CPE - Contrat première embauche ; rapport au traité constitutionnel européen...).

3. Les rapports sociaux en France (diffusés par les outils didactiques, parfois parcellaires, correspondant à des milieux sociaux et des points de vue restrictifs).

4. Le rapport à la compréhension (orale et écrite) et aux processus de construction de sens (pas besoin de tout comprendre pour "comprendre").

5. Le rapport à l'erreur pouvant empêcher d'oser se confronter à un support complexe, ou de produire des reformulations suite à des activités de compréhension non exhaustive.

18 M. de Ferrari, Dossier Franc-Parler « Le traitement des documents authentique », 2006.

précédent sommaire suivant