WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Dynamique de l'occupation sol dans des niayes de la région de Dakar de 1954 à  2003: exemples de la grande niaye de Pikine et de la niaye de Yembeul

( Télécharger le fichier original )
par Aminata DIOP
Université Cheikh Anta DIOP de Dakar - DEA 2006
  

précédent sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

III. L'HYDROGEOLOGIE

La zone comprend deux grands systèmes de nappes :

- la nappe des cordons littoraux qui s'écoulent vers l'océan et vers les lacs et autres cuvettes ;

- la nappe de Thiaroye qui est exploitée depuis 1950 pour alimenter une partie de la ville de Dakar. Son écoulement vers l'océan Atlantique est entravé par les constructions édifiées dans sa partie méridionale.

Les nappes sont alimentées en eau douce par la pluie. Les eaux de surfaces correspondent à des affleurements de la nappe qui forment par endroits des lacs. Dans la Grande Niaye, les plans d'eau sont moins étendus et moins pérennes avec de vastes zones inondables. Le plan d'eau des niayes de Maristes est recouvert de Typha sp. Dans la zone de Yeumbeul, le lac Ouarouaye est situé entre les villages de Yeumbeul et Malika. C'est une dépression fermée avec des terrains inondables, siège d'importantes activités maraîchères. Le lac est de plus en plus pris en étau par les habitations. Le lac Youi se trouve entre le village de Malika, les dunes littorales externes et le lac Ouarouaye. Il a déjà été menacé d'ensablement, et a reçu la première phase du reboisement du littoral Nord.

Ces ressources en eau font en partie la richesse de la niaye et son importance dans la production maraîchère de la capitale. Cependant, en saison sèche, avec le déficit d'apport en eau douce, on note une avancée du biseau salé.

IV. LES SOLS

La nature et les différents types de sols sont profondément liés au contexte de la pédogenèse et à la situation topographique (figure 4). C'est ainsi que l'on distingue dans la zone des niayes les sols représentatifs des trois contextes climatiques précités :

1. Les sols diors 

Les sols diors sont des sols ferrugineux tropicaux non lessivés qui se sont constitués pendant la phase sèche de l'Ogolien. Ils ont une coloration jaune ou rouge et sont pauvres en matière organique et en humus. Dans la région de Dakar, ils constituent l'erg de Pikine et appartiennent à la série de Bambilor (Ndong, 1990). La formation des sols diors s'est effectuée avec libération de fer et de manganèse. Ils présentent une texture sableuse avec une faible capacité de rétention de l'eau ces sols sont par conséquent perméables et bien drainés. Cette perméabilité des sols est essentielle pour la recharge de la nappe.

2. Les sols hydromorphes

Les sols hydromorphes sont des sols « intra zonaux » (Michel, 1965). Ils sont caractéristiques de la niaye au sens strict et se sont formés en présence d'un excès d'eau dans des conditions dites asphyxiantes. Ce sont des sols riches en matière organique et sont de couleur plus ou moins noire. Ils peuvent être légèrement salés à certaines périodes de l'année. Ils appartiennent à la série des niayes (Ndong, 1990). La durée et l'intensité de l'hydromorphie peuvent varier suivant la position topographique et le niveau de recharge de la nappe. On retrouve les sols hydromorphes dans les dépressions ou dans les zones où la nappe est assez superficielle.

précédent sommaire suivant






Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy



La Quadrature du Net