WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Dynamique de l'occupation sol dans des niayes de la région de Dakar de 1954 à  2003: exemples de la grande niaye de Pikine et de la niaye de Yembeul

( Télécharger le fichier original )
par Aminata DIOP
Université Cheikh Anta DIOP de Dakar - DEA 2006
  

précédent sommaire suivant

2. La période 1978-2003

La progression concerne le bâti, la végétation de la niaye, les sols nus et le périmètre de reboisement tandis que les autres classes que sont les cultures, la végétation sur dune, le plan d'eau et la zone inondable ont régressé ( figure 8) . Les tendances de la première période se maintiennent avec une avancée du bâti de 802 ha soit 130,28 %. Elle aboutit en 2005, à l'occupation de la quasi-totalité de la partie nord par les constructions. Ainsi l'espace situé entre la limite nord de la Grande Niaye et la limite sud des dunes et du périmètre de reboisement, est entièrement bâti et s'explique par la création des Parcelles Assainies et des cités Golf.

Dans la Grande Niaye, il y a une grande incursion du bâti au détriment des plans d'eau dont la surface a baissé de 112,8 ha, soit 65,51 % et des zones inondables qui ont aussi diminué de 52 ha représentant une baisse de 16,15 %. Ces espaces ont été remblayées pour créer de nouveaux quartiers : cité Fayçal, Hann Maristes, Dalifort, cité Hacienda, cité Elizabeth Diouf et des marchés à la Patte d'Oie. Le site abrite aussi le projet du Technopôle qui a déjà commencé à recevoir des constructions : hôtels, services commerciaux, infrastructures sportives. Cette situation a isolé des portions de niaye qui se trouvent être enserrées entre les immeubles et les routes. Ce fait limite les possibilités de recharge de la nappe qui inonde les dépressions.

L'extension des surfaces bâties a aussi touché la végétation sur dune et les cultures d'où leur diminution respective de 89,6 % et 47,72 %. Ainsi dans le site de Hann Maristes, le sol dunaire couvert principalement par Calotropis procera a été utilisé pour remblayer des dépressions. Aussi d'anciennes exploitations maraîchères ont disparu au profit d'habitations ou d'autres constructions à utilisation commerciale. Un maraîcher interrogé à la zone de captage nous a dit qu'il a été déplacé pour la construction de l'actuelle station services Elton situé sur l'autoroute. Deux autres maraîchers (à Hann Maristes et à Dalifort) nous ont confirmé ces mêmes pertes de champs. A la Direction des Eaux et Forêts l'indemnisation des maraîchers propriétaires par la société immobilière a aussi été soulignée. Une partie de la Grande Niaye tend à la disparition avec la construction de l'autoroute à péage.

Ces constructions nécessitent des opérations de remblaiements et de terrassements, certes effectuées à un niveau localisé, mais qui perturbent le système d'écoulement. Elles aboutissent ainsi à l'assèchement d'autres zones marécageuses mal alimentées.

La végétation de la niaye a connu malgré le retrait du plan d'eau une hausse de 65 ha de sa superficie soit un taux de croissance de 31,22 %. Ce changement s'explique par l'occupation du plan d'eau par le Typha sp et par l'aménagement de la pelouse du terrain de golf situé dans le technopôle. Cette dernière couvre désormais certaines parties de la niaye et des dunes émoussées.

Figure 8: Variation des classes d'occupation du sol de 1954 à 1978, de 1978 à 2003 et de 1954 à 2003 dans la Grande Niaye de Pikine

précédent sommaire suivant









La Quadrature du Net