WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Dynamique de l'occupation sol dans des niayes de la région de Dakar de 1954 à  2003: exemples de la grande niaye de Pikine et de la niaye de Yembeul

( Télécharger le fichier original )
par Aminata DIOP
Université Cheikh Anta DIOP de Dakar - DEA 2006
  

précédent sommaire suivant

3. L'évolution de l'occupation du sol sur l'ensemble de la période 1954-2003

Le fait marquant est le recul de la totalité des unités naturelles au profit des unités artificielles (figure 8). C'est une anthropisation de l'espace qui aboutit à la croissance du bâti de 1237 ha soit un taux de croissance de 678 % et 8 fois la surface bâti de 1954 (figure 9). Ce taux de croissance résultant cache une différence entre les deux périodes. Le taux exponentiel de la première période s'explique par la non saturation du site et par la disponibilité d'espace habitable. Par contre, entre 1978 et 2003, le taux de croissance est plus réduit car l'ensemble des espaces aptes à l'habitat sont déjà occupés par le bâti ; les possibilités d'extension sont limitées par le manque d'espace. La seule alternative reste la densification et les constructions en hauteur. C'est ainsi qu'émergent les innombrables immeubles dans presque tous les quartiers de Dakar. Cette situation obéit à la loi de croissance des populations en présence d'un facteur limitant évoqué par Ramade (2003). Dans ce contexte, le facteur limitant pourrait être le manque d'espace habitable.

Figure 9: Evolution des surfaces bâties dans la Grande Niaye de Pikine de 1954 à 2003

Les plans d'eau avec un taux de croissance résultant de - 80,36 %, sont marqués par une régression constante sur toute la période. Cette régression connaît une accentuation au cours de la deuxième phase (1978- 2003). Les plans d'eau sont fragmentés et séparés par les cultures, les constructions, les sols nus et les zones inondables. Cette dernière classe n'a pas eu une évolution homogène, son extension pendant la période 1954-1978 est surtout le fait de la sécheresse tandis qu'au cours de la seconde phase l'importance des remblaiements par les sociétés immobilières a réduit sa superficie.

La végétation de la niaye a augmenté de 25,59 %. Cette croissance liée à la prolifération du Typha témoigne du changement de qualité des plans d'eau confirmé par les maraîchers. En effet, avec l'isolement des niayes il y a une réduction de la recharge et la nappe est exposée à la forte évaporation qui accroît la concentration du sel.

Dans la Grande Niaye de Pikine, les utilisations du sol en 2003 sont diverses et posent de plus en plus le problème de sa conservation (figure 10).

La figure 10 illustre la diversité des utilisations de la niaye. Il constitue aussi un exemple de niaye amputée par les infrastructures routières et grignotée par les habitations.

Figure 10: Formes d'utilisation d'une niaye exemple de la Patte d'Oie et de Hann

précédent sommaire suivant









La Quadrature du Net