WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Mesure et analyse de la pauvreté non monétaire chez les enfants:le cas du Cameroun

( Télécharger le fichier original )
par Simplice Kitleur LEKEUMO
Institut Sous-régional de Statistique et d'Economie Appliquée - Ingénieur d'Application de la Statistique 2007
  

précédent sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

2.2.2 Revue de la littérature

Les études portant sur la pauvreté des enfants sont non seulement en nombre très réduit mais sont aussi relativement récentes. Elles sont régulièrement réalisées sous un angle purement monétaire dans les pays occidentaux : États-Unis, Grande Bretagne, Canada, France, etc. Avec une plus grande fréquence dans les pays anglo-saxons.

En Afrique, la littérature sur la mesure et l'analyse de la pauvreté infantile sous l'angle des privations reste peu fournie. La première étude sur la question fut celle de Gordon et al (2003). Toutefois, de nombreux travaux relatifs aux enfants se sont plutôt intéressés à l'analyse de leur état de santé en général et aux déterminants de la malnutrition des enfants. Djoke Kossi a répertorié les travaux suivants : Asenso-Okyere et al (2004) pour le Ghana, Charasse (1999), Maluccio et al (2001) et Maitra et Ray (2004) pour le cas de l'Afrique du Sud, Hoddinott et Kinsey (2001) pour le cas du Zimbabwé, Lachaud (2001) pour le cas du Burkina Faso, Fambon S. (2004) pour le cas du Cameroun, Vodounou et al (2004) pour le cas du Benin, Glewwe (1999) pour le cas du Maroc, etc.

Du point de vue multidimensionnelle et en tenant compte des privations auxquelles font face les enfants, les travaux sont presque inexistant et se réduisent aux travaux de Djoke et al (2006) sur « le profil de pauvreté infantile dans les pays de l'UEMOA : une analyse comparative basée sur l'approche multidimensionnelle de la pauvreté ». De cette étude, il ressort que plus d'un enfant sur cinq est pauvre dans la zone UEMOA avec une incidence plus élevée au Niger où 49,7 % des enfants subissent le phénomène de pauvreté. Quenum B. (2007) s'est penché sur la  « Pauvreté infantile dans le contexte du phénomène de la traite des enfants au Bénin : une analyse comparative basée sur l'approche multidimensionnelle de la pauvreté ». Cette étude met un accent particulier sur le travail des enfants, quand nous savons que le Bénin a très souvent été désigné par la communauté internationale, notamment par l'Organisation Internationale de Travail (OIT), comme la plaque tournante du trafic des enfants dans la région CEDEAO.

Notons qu'une telle étude à notre connaissance n'existe pas encore dans le cas du Cameroun. Toutes les études suscitées, dans leur approche de la problématique de la pauvreté infantile, procèdent à la définition d'un seuil de pauvreté en construisant au préalable un indice composite de pauvreté.

précédent sommaire suivant






Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy



La Quadrature du Net