WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Etude hydrogéologique à  la confluence Rhône-Durance

( Télécharger le fichier original )
par Salah NOFAL
Université d'Avignon et des pays de Vaucluse - Master 2 2009
  

précédent sommaire suivant

5. Hydrochimie:

5.1. Généralités:

L'hydrochimie est utilisée comme outil de compréhension des circulations au sein de l'aquifère. L'étude de la répartition dans l'espace et de l'évolution dans le temps des concentrations en ions majeurs vient compléter et préciser le schéma lithologique et celui des circulations. Dans l'aquifère, il s'établit un équilibre entre la composition chimique de l'eau et celle des roches. L'eau prend une minéralisation qui demeure stable dans le temps et sert à caractériser un faciès hydrochimique. Les ions majoritairement présents dans l'eau vont refléter la nature des roches rencontrées.

En effet :

- Dans les terrains cristallins (granitiques), sableux et gréseux -c'est à dire riche en minéraux siliceux et silicatés - les eaux sont douces, elles sont peu minéralisées mais acides et agressives pour les conduites.

- Dans les réservoirs calcaires, les eaux sont dures, moyennement à fortement minéralisées en sels de calcium et magnésium, elles entartrent les conduites.

- Au contact du gypse, l'eau se charge en sulfate de calcium et devient dure (séléniteuse) et impropre à la consommation.

- En bordure de mer, les aquifères peuvent être en contact avec l'eau de mer (échange au niveau du biseau salée, contamination de l'eau d'infiltration par les embruns salés). L'eau de la nappe devient plus ou moins saumâtre. L'invasion de la nappe d'eau douce par l'eau salée est accélérée par les pompages et le rabattement de la nappe.

Les concentrations des éléments chimiques qu'on peut rencontrer dans les eaux souterraines, ainsi que ses origines sont rapporté dans le tableau (10). En effet, on peut relier entre ces éléments et la géologie ou une origine anthropique.

Elément

Concentrations habituellement rencontrées (mg/L) hors pollution

Sources potentielles

Calcium (Ca2+)

Centaines de mg/L

Calcaires

Magnésium (Mg 2+)

Dizaines de mg/L

Calcaires dolomitiques, dolomies

Sodium (Na+)

Dizaines de mg/L

Origine atmosphérique

(embruns, industries)

Potassium (K+)

Inférieur à 10 mg/L

(hormis pour les eaux ayant traversé des formations évaporitiques)

Feldspaths, micas

Bicarbonates (HCO3)

Centaines de mg/L

Roches carbonatées

(calcaires, dolomies)

Chlorures (Cl)

Quelques mg/L (la dissolution d'halite ou la présence d'un biseau salé peut engendrer des valeurs de quelques centaines de mg/L)

Origine atmosphérique : dans les aquifères libres, la concentration en chlorures est directement liée à la teneur en chlorure des précipitations. Dépend finalement plus de la distance à la côté que de la lithologie

Sulfates (SO4)

Quelques mg/L à quelques dizaines de mg/L (quelques centaines de mg/L dans le cas de lessivage de roches évaporitiques)

Origine atmosphérique, pollution agricole (engrais)

Nitrates (NO3)

Inférieure à 5 mg/L pour l'origine naturelle

Sources naturelles : précipitations, interactions sol/végétation Sources anthropiques dès lors que les concentrations excèdent 10 mg/L : lessivaged'engrais, rejets domestiques ou industriels

Tableau 10 : Les éléments chimiques rencontrés et leurs sources naturelles.

précédent sommaire suivant











9Impact, le film from Onalukusu Luambo on Vimeo.



Bitcoin - Magic internet money - Join us !