WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Etude hydrogéologique à  la confluence Rhône-Durance

( Télécharger le fichier original )
par Salah NOFAL
Université d'Avignon et des pays de Vaucluse - Master 2 2009
  

précédent sommaire suivant

Aidez l'hopital de Montfermeil

5.3. L'interprétation des analyses chimiques:

L'interprétation des analyses chimiques a pour but d'établir la genèse et l'origine des éléments chimiques et d'identifier d'éventuels problèmes de pollutions (NO3-, K+, Cl- ...etc). Dans notre étude 16 échantillons en 16 points dans la zone d'étude (Figure 30)

Figure 30 : Localisation des points de mesures chimiques.

On trouve d'après le diagramme de Piper (Figure 31), que les eaux appartiennent principalement au faciès bicarbonatés calcique, plus ou moins magnésien. En suivant le sens de l'écoulement (axe SE-NW), l'évolution hydrochimique du système se fait par un appauvrissement progressif en bicarbonates, et un enrichissement en chlorures et nitrates. Cette augmentation en éléments caractéristiques des pollutions anthropiques est à corréler avec l'occupation du sol. En effet, la pollution augmente avec la proximité des zones urbaines et industrielles. En revanche, les sulfates présentent des variations relativement faibles. Il semble également montrer qu'il n'existe pas de phénomènes d'échange de bases au sein du complexe argilo-humique (pas de migration des points vers le pole Na + K).

Figure 31 : Diagramme de Piper des eaux de la nappe.

Le diagramme Schoeller-Berkaloff (Figure 32) pour 14 points montre que tous les échantillons présentent le même type de minéralisation .Toutefois, elle est légèrement plus élevée que pour le piézomètre 13. Ce piézomètre est situé en aval d'une zone de chantier, et compte tenu de la carte piézométrique, cette plus forte minéralité des eaux pourraient être due à une pollution engendrée par le chantier.

Figure 32 : Diagramme Schoeller - Berkaloff des eaux de la nappe

5.4. Distribution spatiale des éléments:

5.4.1. Distribution des teneurs en chlorures:

L'eau contient toujours de chlorures, mais en proportion très variable. La teneur en chlorures d'une eau dépend de l'origine de l'eau et de la nature du terrain qu'elle traverse. En effet, les eaux prévenant des granitiques sont pauvres en chlorures, alors que les eaux des régions sédimentaires en contiennent d'avantage, d'ailleurs, la teneur en chlorure augmente avec le degré de minéralisation d'une eau (aussi de la conductivité). Le niveau guide de la concentration en chlorures des eaux destinées à la consommation humaine est 25mg/l. La concentration maximale admissible des chlorures dans les eaux destinées à la consommation humaine selon les normes françaises est 200mg/l et le seuil gustatif est à partir de 200 mg/l environ. La majorité des points s'inscrivent une gamme de concentration faible, seuls les piézomètres 13 et 11 expriment des teneurs supérieures à 25 mg/L (figure 33).

Figure 33 : Teneurs en chlorures.

D'après la carte (Figure 34) nous pouvons entrevoir l'existence d'un gradient de concentration des chlorures. Il est possible de voir que les concentrations les plus faibles s'observent en bordure de Durance (valeurs de 19 a 23 mg/L environ).Et les concentrations en chlorures croissent régulièrement en direction du nord et de l'ouest. Les concentrations les plus fortes sont rencontrées à l'ouest de la zone d'étude, près de la confluence de la Durance et du Rhône. On peut dire que les teneurs en chlorure augmente selon la direction générale de l'écoulement de la nappe (du SE vers le NW). Dans l'hypothèse d'une pollution par des chlorures, l'origine de la pollution ne peut pas être localisée en bordure de Durance puisque l'ensemble des points de mesure présente des valeurs faibles. La Durance n'est donc pas un vecteur important de chlorures. Cette distribution spatiale des chlorures illustre également le fait que l'agriculture n'a pas d'impact sur la qualité de l'eau de la nappe. En effet, les zones en bordure de Durance sont les zones traditionnellement agricoles mais aucune concentration significative en ions chlorures n'est observée dans ce secteur. Les concentrations en chlorures augmentant légèrement à l'approche de la ville d'Avignon il est donc plausible de suspecter une origine urbaine. Les ions chlorures peuvent provenir d'une grande variété de sources anthropiques tels que des rejets industriels ou de la décomposition de déchets mais aucune source ne peut être identifiée avec certitude.

Figure 34 : Distribution spatiale des chlorures.

précédent sommaire suivant






Aidez l'hopital de Montfermeil

Appel aux couturier(e)s volontaires

Hack the pandemiuc !

Moins de 5 interactions sociales par jour