WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Contribution des éleveurs au financement de l'entretien des pompes à  motricité humaine dans la commune de Djibo

( Télécharger le fichier original )
par Tahirou NIGNAN
Université Africaine de Developpement Coopératif (UADC) Cotonou Bénin - Diplome d'Etudes Superieure d'Economie Coopérative (DESEC) 2008
  

précédent sommaire suivant

CHAPITRE 2 : PRESENTATION DU MILIEU D'ETUDE ET DES RESULTATS DE L'ANALYSE DIAGNOSTIC

Après une description sommaire du milieu d'étude, nous présenterons la synthèse des résultats de l'étude.

2.1. PRESENTATION DU MILIEU D'ETUDE

La présentation consistera dans un premier temps à donner un aperçu sur le Burkina Faso puis à décrire la structure d'accueil et la commune de Djibo dans laquelle s'est déroulée l'étude.

2.1.1. Aperçu sur le Burkina Faso

Le Burkina Faso est situé au coeur de l'Afrique de l'Ouest et s'étend sur une superficie de 274 200 km². Pays sahélien, il a un climat soudano-sahélien caractérisé par une pluviométrie faible (200 à 1 200 mm d'eau par an) et une mauvaise répartition spatio-temporelle des pluies. Avec un taux moyen de croissance démographique de 2,4% par an, sa population qui était de 10 312 609 habitants en 1996, est passée à 12 898 231 habitants en 2006. Sa densité est de 38 habitants au km². L'espérance de vie de la population à la naissance qui était de 44,7 ans en 1998, est estimée à 54 ans en 2002 (INSD, 2006). Au plan économique le secteur rural occupe une place prépondérante dans l'économie nationale ; il emploie 86% de la population totale. Environ 40% du PIB provient des activités agricoles (agriculture 25%, élevage 12%, foresterie et pêche 3%), considérées comme les principales sources de croissance économique (DSDR).

Le sous-secteur élevage a connu au plan institutionnel de multiples changements entre 1986 et 1995:

Avant d'acquérir en 1997 le statut de Ministère des Ressources Animales, le ministère a été successivement une Direction Générale, un Secrétariat d'Etat puis un Ministère Délégué.

Ses missions sont les suivantes:

· la réorganisation de l'élevage traditionnel à travers la formation et l'encadrement des éleveurs ainsi que la coopération entre eux;

· l'aménagement des zones pastorales, la promotion des industries d'aliments de bétail, l'accroissement de la production fourragère pour une meilleure contribution à l'élevage intensif;

· la promotion de fermes d'élevage privées ou étatiques;

· le renforcement qualitatif des infrastructures et services de santé animale;

· le contrôle de la qualité des produits d'origine animale;

· la promotion de l'industrie de soutien à l'élevage par la transformation des sous-produits : denrées alimentaires d'origine animale, cuirs et peaux, fumure ;

· la recherche de débouchés stables et rémunérateurs pour les produits d'élevage.

Pour accompagner les missions du ministère, le gouvernement a adopté la Note d'Orientation du Plan d'Action de la Politique de Développement de l'Elevage le 19 novembre 1997, le Document d'Orientations Stratégiques (D.O.S.) des secteurs de l'Agriculture et de l'Elevage à l'horizon 2010 en janvier 1998 et le Plan d'Action et Programme d'Investissement du Secteur de l'Elevage (PAPISE) le 04 octobre 2000.

Aujourd'hui, la crise que traversent les systèmes de production animale a amené les autorités du ministère à:

§ importer et diffuser des géniteurs performants au profit des producteurs;

§ implanter des laiteries semi-industrielles et une centaine de mini-laiteries;

§ créer de petites unités d'élevage au profit des producteurs;

§ construire un abattoir frigorifique à Dédougou et réhabiliter l'abattoir frigorifique de Ouagadougou;

§ construire des marchés à bétail (Bobo-Dioulasso, Pouytenga, Fada N'gourma, Bittou, Djibo, Garango, Guelwongo, Sebba, Diapaga, Titao, Niangoloko...);

§ réaliser 100 forages et 10 boulis pastoraux ;

§ mettre en place un Centre de Multiplication des Animaux Performants (CMAP) avec trois antennes.

L'effectif du cheptel, révélé par la Direction Générale des Prévisions et des Statistiques de l'élevage (DGPSE) se présente comme suit:

Espèces

Bovins

Ovins

Caprins

Porcins

Asins

Camelins

Equins

Volaille

Effectifs

7 759 005

7 324 081

10 966 197

2 002 276

970 452

15 702

37 106

33 329 492

Tableau 2: Effectif du cheptel du Burkina 2006

Source: MRA/DGPSE, 2007

précédent sommaire suivant







9Impact, le film from Onalukusu Luambo on Vimeo.



Appel aux couturier(e)s volontaires

Hack the pandemiuc !

Moins de 5 interactions sociales par jour



BOSKELYWOOD from Ona Luambo on Vimeo.