WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Contribution des éleveurs au financement de l'entretien des pompes à  motricité humaine dans la commune de Djibo

( Télécharger le fichier original )
par Tahirou NIGNAN
Université Africaine de Developpement Coopératif (UADC) Cotonou Bénin - Diplome d'Etudes Superieure d'Economie Coopérative (DESEC) 2008
  

précédent sommaire suivant

7.3 Analyse critique du projet

Il s'agit ici de relever les facteurs favorables et les facteurs défavorables à la réussite du projet.

7.3.1 Facteurs favorables

Plusieurs facteurs militent en faveur de la réussite du projet parmi ceux-ci, on peut retenir:

v l'existence d'un cadre politico-juridique ;

v l'existence d'un cadre organisationnel ;

v l'effet positif des aspects socio-économiques et environnementaux ;

v l'implication des éleveurs au choix et à l'élaboration du projet ainsi qu'à son financement à hauteur de 80% ;

v la ferme volonté des autorités communales, des partenaires techniques et financiers de voir aboutir le projet.

7.3.2 Facteurs défavorables

L'échec du présent projet pourrait provenir des éléments tels que :

v La mobilité des éleveurs ;

v Le fort taux d'analphabétisme des gestionnaires actuels (AUE) des pmh. En effet, près de 55% des 106 membres des AUE chargés de gérer les 76 pmh fonctionnelles, ne savent ni lire ni écrire en français. Aussi, ces derniers ne sont-ils pas alphabétisés en langue locale fulfuldé ;

7.3.3 Après Projet

Les facteurs défavorables une fois décelés, pourraient être pris en compte au moment de la réalisation du projet, car malgré leur existence, l'étude de pertinence et de faisabilité est concluante.

Par ailleurs, les résultats financiers sont appréciables et positifs sur le plan économique et social. L'après projet étant une continuité, les éleveurs ayant cerné le bien fondé de leur contribution financière, continueront de le faire sans aucune pression.CONCLUSION

L'eau constitue et constituera toujours une denrée précieuse dans le sahel burkinabé. La satisfaction des besoins en cette denrée précieuse dans la commune de Djibo n'est pas aisée. En effet, dans cette commune, une population humaine de 51 197 habitants cohabite avec une population animale estimée à plus de 123 772 têtes, toutes espèces confondues autour de soixante seize (76) pompes à motricité humaine fonctionnelles.

Dans la commune de Djibo, l'élevage occupe une place de choix dans la vie socio-économique de la population. Il représente l'activité principale et constitue la plus grande source de revenus des éleveurs. Plus de 80% des revenus de la population proviennent des ressources animales.

Malgré son importance incontestable dans les économies des ménages d'une part et dans le développement de la commune d'autre part, l'élevage reste aujourd'hui confronté à un problème d'abreuvement. Cette situation de crise est engendrée par la pression animale autour des Pmh durant la période critique située entre février et juin.

L'implication de la communauté pastorale à l'entretien et au renouvellement des Pmh à travers une contribution financière conséquente, régulière et un système d'élevage amélioré pourraient constituer une solution salutaire aux problèmes d'accès à l'eau.

Notre étude a révélé qu'il existe des contraintes, mais aussi des opportunités dans la commune de Djibo. Comme contraintes, on dénombre dix sept (17) Pmh en pannes et l'insuffisance de « fonds » pour l'entretien de ces Pmh.

Comme opportunités, la commune bénéficie de l'appui de plusieurs intervenants dont le Projet de Développement de l'élevage dans le Soum, le Projet de Développement de l'élevage dans le Liptako Gourma, le Projet de Sécurité Alimentaire par la Récupération des Terres Dégradées, le Programme d'Appui à la Réforme, qui interviennent dans la réalisation des Pmh et dans l'hydraulique pastorale.

Enfin, comme le prône la recherche - action, méthodologie utilisée dans cette étude comprendre un problème ne suffit pas, mais il faut aboutir à des actions concrètes.

Ainsi, des solutions complémentaires ont été proposées ; il s'agit de :

v la formation en technique de gestion des AUE ;

v l'alphabétisation des membres exécutifs des AUE ;

v la transcription des statuts et règlement intérieur en langue locale ;

v l'amélioration des systèmes d'élevage ;

v l'augmentation numérique des Pmh ;

v le recrutement des fontainiers.

Le projet résultant de la combinaison de ces solutions dont la pertinence et la faisabilité sont confirmées, permettra d'éviter les multiples pannes des Pmh au niveau de la commune de Djibo.

Ainsi, le projet mettra à la disposition de la faîtière des AUE, des moyens lui permettant de réparer toutes les Pmh qui viendraient à tomber en panne.

précédent sommaire suivant











9Impact, le film from Onalukusu Luambo on Vimeo.