WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Pérométallographie de la ceinture de roches vertes archéenne d'Aouéouat (Tasiast, nord de la Mauritanie)

( Télécharger le fichier original )
par Didi OULD MOCTAR
Université Sidi Mohamed Ben Abdellah - Master en geosciences et ressources minérales 2009
  

précédent sommaire suivant

CHAPITRE V:

ETUDE METALLOGRAPHIQUE

V.1. Les travaux antérieurs

La ceinture d'Aouéouat, n'a fait l'objet que de quelques études métallographiques sommaires dans le cadre de synthèse de travaux d'exploration fait par Marcoux et al., 1997 et la thèse d'El Hadj 2002.

La chronologie de la minéralisation en relation avec les phases de déformation, peut être résumés comme suit (Marcoux et al., 1997) :

1. Etape syn S0: minéralisation synchrone de la sédimentation et ultérieurement recristallisée par le métamorphisme. Elle correspond au dépôt des BIF. Aucune altération aurifère n'a été identifiée à ce stade.

2. Etape syn S1: minéralisation contrôlée par la schistosité S1 et dominée par la pyrrhotite (souvent avec de la chalcopyrite accessoire) fréquemment transformée en pyrite automorphe secondaire. L'association de cette pyrrhotite avec l'or, suggère que la mise en place de ce dernier aurait débuté lors de la déformation D1.

3. Etape syn S2: cette phase de minéralisation est marquée par la cristallisation de pyrite subautomorphe, chalcopyrite nettement plus fréquente que celle de la phase S1 et par un piégeage de l'or synchrone de la déformation cisaillante D2.

Les travaux, plus récents, d'El Hadj (2002) soulignent que:

- La minéralisation est contrôlée d'une part par la lithologie ferrifère (les quartzites à magnétite et les alternances) et d'autre part par les structures (disposition parallèle à S1 et S2, dans les bandes de cisaillement, au sein des fentes de tension).

- La circulation des fluides minéralisateurs semble être synchrone au pic du métamorphisme et se poursuit dans des conditions identiques à celles du faciès amphibolite.

- El Hadj (2002) propose par ailleurs pour la précipitation de l'or la réaction suivante, établit par McCuaig et Kerrich, 1994, à savoir:

2AuHS +2 FeO 2Au + 2FeS + H2O + 1/2 O2 Cette réaction illustre le rôle de contrôle lithologique joué par la magnétite.

V.2. Etude métallographique

En plus de la vingtaine de lames minces confectionnées pour l'étude pétrographique, une vingtaine de lames polies et sections polies a été confectionnée au laboratoire de litholamellage de la Faculté des Sciences Dhar ElMahraz. Ces lames sont représentatives des principaux faciès minéralisés de la ceinture d'Aouéouat à l'exception des alternances (problème technique de durcissant). Ces faciès sont: les BIF, les métafélsites et les filons de quartz.

V.2.1. Les BIF

Ce faciès est constitué par l'alternance millimétrique à centimétrique de lits riches en magnétite et de lits de quartz, la schistosité S0-S 1 est également marquée par ces plans de rubanement (voir photo 13 chapitre IV).

D'un point de vue lithologique deux types de BIF ont été reconnus: les BIF pauvres en sulfures et les BIF riches en sulfures.

- Les BIF pauvres en sulfures, ne montrent que l'alternance de lits de magnétite xénomorphes de taille variable. L'hématite est de forme xémorphe de petite taille.

De rares cristaux de chalcopyrite ont été observés en inclusions dans la magnétite, ces cristaux sont partiellement altérés en covellite (Photo 14 A et B).

Photo 14 : photos en lumière réfléchie montrant en: (A) une chalcopyrite (G x 20) dans une zone
d'altération à magnétite; (B) une chalcopyrite (G x 50) partiellement transformée en covellite.

Les BIF sulfurés montrent des cristaux automorphes de pyrrhotite. La pyrrhotite présente parfois des zones de croissance et des points triples (Photo 15 A) indiquant une cristallisation à des températures élevées. On note aussi que les sulfures sont dispersés de manière parallèle au litage des BIF et sont intimement associés aux lits de magnétite. Les lits siliceux ne présentent quant à eux aucune minéralisation sulfurée. Les cristaux de pyrrhotite développent en leur sein de la magnétite ce qui suggère le caractère secondaire de cette dernière.

Photo 15: photos en lumière réfléchie montrant en: (A) des cristaux depyrrhotite subautomorphes
(G x 5) a points triples, dans lesquels sont inclus des cristaux de magnétite; (B) des grains d'or (G x
50) et un cristal de pyrite inclus dans les lits riches en magnétite.

Des cristaux inframillimétriques d'or reconnaissables par leur teinte, pouvoir réflecteur et striation caractéristiques, existent également. Ils sont parfois associés à de rares cristaux de pyrite sous forme de dissémination dans les lits riches en magnétite (Photo 15 B). En outre, la minéralisation aurifère est texturalement plus tardive et semble être piégée par la magnétite qui semble avoir jouée un rôle de contrôle lithologique.

Par ailleurs, la succession paragénétique observée (pyrrhotite - magnétite) suggérerait l'existence au départ d'une minéralisation sulfurée riche en pyrrhotite qui se serait transformée par oxydation en magnétite.

précédent sommaire suivant







9Impact, le film from Onalukusu Luambo on Vimeo.



Appel aux couturier(e)s volontaires

Hack the pandemiuc !

Moins de 5 interactions sociales par jour



BOSKELYWOOD from Ona Luambo on Vimeo.