WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Evaluation de l'impact du financement de la banque mondiale sur la reconstruction économique de la République Démocratique du Congo de 2000 à  2006

( Télécharger le fichier original )
par MUKENDI Jean Louis ET MVUNZI Lydie
ISP/Gombe -  2008
  

sommaire suivant

EVALUATION DE L'IMPACT DU FINANCEMENT DE LA BANQUE MONDIALE SUR LA RECONSTRUCTION ECONOMIQUE EN REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO

DE 2000 à 2006

Par Dr MUKENDI NGINDU, Professeur a la Faculté d'Economie et Développement des Facultés Catholiques de Kinshasa et MVUNZI LYDIE, Assistante à l'ISP/Gombe.

INTRODUCTION

Dès 2001, la République Démocratique du Congo a renoué avec ses principaux bailleurs de fonds. Sur le plan multilatéral, on a assisté à un engagement plus manifeste de la Banque mondiale dans le financement d'un certain nombre de programmes dont une bonne partie de la gestion a été déléguée à des nouvelles institutions créées pour la circonstance telles que le BCECO et de COPIREP. A la lumière de différents projets réalisés, ce papier nous permettra d'évaluer les résultats obtenus et d'en apprécier l'impact sur le plan socio-économique en République Démocratique du Congo.

1) La situation économique qui était déjà alarmante a été sérieusement aggravée à la suite des conflits armés. Les mesures radicales prises par les autorités, l'absence d'un Etat de droit et l'insécurité économique et juridique (réquisitions abusives de biens, harcèlement fiscal, multiplication des contrôles pour raquetter les entreprises, corruption et arrestations arbitraires d'opérateurs économiques) amènent beaucoup d'opérateurs économiques à ne plus investir, voire à diminuer ou fermer leurs activités.

2) En janvier 1999, les transactions commerciales en dollars ont été interdites, ce qui paralyse les activités d'importations pourtant essentielles à l'approvisionnement du pays. A la mi-septembre 1999, le gouvernement fait fermer les bureaux de change. Malgré ces mesures draconiennes, rien n'a empêché l'effritement du franc congolais1(*). On observera la même chose jusqu'à l'an 2000 et il faut attendre 2001 pour que les horizons s'éclaircissent un peu.

3) Dans son Programme Intérimaire Renforcé (PIR) discuté avec la Banque Mondiale et le Fond Monétaire International, le Gouvernement a pris en compte l'impératif d'un environnement macro-économique assaini comme condition préalable de la stabilisation et de la relance de l'économie. En effet, l'objectif majeur assigné à ce programme est de casser la spirale inflationniste, de respecter l'équilibre budgétaire et de mettre fin aux distorsions qui s'observent au sein de l'économie grâce à une politique budgétaire rigoureuse et à une politique monétaire compatible avec les objectifs retenus et, aussi la création des conditions minimum de la relance des activités économiques avec l'appui des institutions de Bretton Woods ainsi que des autres partenaires bilatéraux ou multilatéraux.

Pour l'essentiel, nos propos vont porter sur l'évaluation de l'impact du financement de la Banque Moniale sur la relance socio-économique de la République Démocratique du Congo de 2000-2006

I. L'aperçu général de programmes financés par la Banque

Mondiale

Cet aperçu va s'opérer brièvement en définissant l'objet, les objectifs et les composantes et les projets devant bénéficier d'un financement dans le cadre de différents programmes mis en oeuvre.

1.1 La nature de programmes

D'une manière générale, la dégradation très avancée de la situation socio-économique de la RDC a certainement justifié un appui important de la Banque Mondiale afin de juguler la crise et de créer les conditions nécessaires au rétablissement des équilibres fondamentaux. C'est dans cette perspective qu'il y a lieu de situer tous les programmes exécutés à la reprise de la coopération.

Tableau 1. L'objet des programmes appuyés par la Banque Mondiale.

INTITULE

Date de signature de l'accord

Durée de l'accord

1

Programme d'Urgence de Stabilisation et de Relance Economique (PSRE)

16 octobre 2000

4 ans

2

Programme d'Urgence pour la Reprise Rapide (PURR)

10 août 2001

3 ans

3

Programme des Projets Prioritaires à Impact Visible et Immédiat sur la population

28 août 2002

1 an

4

Programme Multi-sectoriel d'Urgence de Reconstruction et de Réhabilitation (PMURR)

14 août 2002

3 ans

5

Compétitivité et Développement du Secteur Privé (CDSP)

11 août 2003

6 ans

Source : Site Internet BCECO, www.bceco.cd

Dans un contexte où la corruption et la mauvaise gouvernance pèsent encore lourdement sur la gestion de la chose publique, la Banque Mondiale a obtenu du gouvernement congolais l'institution de deux organes pour piloter tous ces programmes. Il s'agit du Bureau Central de Coordination (BCECO) et du Comité de Pilotage de la Reforme des Entreprises Publiques (COPIREP) où l'on retrouve les représentants à la fois du Gouvernement Congolais et de la Banque Mondiale.

3.1.2. Les objectifs de programmes et leurs composantes.

Au nombre des objectifs et composantes de programmes susmentionnés, il convient de retenir :

Tableau 3. Les objectifs et les composantes des programmes

Programmes

Objectifs poursuivis

Principales composantes

1

Programme d'Urgence de Stabilisation et de Relance Economique

Contribuer à réduire la pauvreté par la réalisation des sous-projets dans les secteurs des infrastructures

· Réhabilitation des infrastructures,

· Equipements,

· Renforcement des capacités.

2

Programme d'Urgence pour la Reprise Rapide

- Renforcer les capacités institutionnelles,

- Répondre aux besoins pressants des populations

· Infrastructures,

· Projets intégrés,

· Réformes institutionnelles

· Luttes contre le SIDA

3

Programme des Projets Prioritaires à Impact Visible et Immédiat sur la Population

Réaliser des projets à impact visible et immédiat sur la population

· Réhabilitation des infrastructures,

· Equipements,

· Renforcement des capacités.

4

Programme Multi-Sectoriel d'Urgence de Reconstruction et de Réhabilitation

Initier le processus de réhabilitation et de reconstruction économique à long terme.

· Santé

· Education,

· Agriculture,

· Développement communautaire

5

Compétitivité et Développement du Secteur Privé

- Accroître la compétitivité des entreprises de divers secteurs,

- Contribuer à améliorer le niveau de vie des populations.

· Promotion des investissements,

· Réforme des entreprises para-étatiques

· Initiatives de développement économique du Katanga

Source : Idem

Pour que pareils objectifs aux composantes dont on ne peut douter du bien fondé se réalisent, il fallait donc mobiliser une enveloppe conséquente à laquelle nous allons nous intéresser maintenant2(*).

* 1 UNION EUROPEENNE, Rapport économique de la Délégation de la Commission Européenne en République Démocratique du Congo, Kinshasa, Septembre 2002, p. 29

* 2 Cfr S. MARYSSE et L. LUZOLELE, Besoin en financement de la reconstruction de l'économie congolaise : ampleur et condition préalables, Institut de Politique et de Gestion du Développement, Université d'Anvers, Anvers, 2001.

sommaire suivant