WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

La procréation médicalement assistée

( Télécharger le fichier original )
par Pierre Léon André DIENG
Université Cheikh Anta DIOP de Dakar - DEA en Droit de la Santé 2005
  

précédent sommaire suivant

2°/ - L'inefficience mitigée des traitements classiques

Devant les difficultés liées à la procréation naturelle, les couples, en désespoir, vont recourir à la pharmacie qui va se déclarer parfois impuissante (a) et à la tradithérapie qui, elle aussi souvent, semble être inopérante (b).

a / L'impuissance de la solution médicamenteuse

Nous avions déjà avancé dans nos propos que la consommation en médicaments peut être envisagée comme l'une des causes de la stérilité et de l'infertilité.

En effet en ce qui concerne les traitements médicamenteux, les traitements chimio- et radiothérapiques, on recherchera toujours que lors de la prise d'un traitement au long cours, certains médicaments ont été incriminés dans la survenance des altérations spermatiques. Les cellules germinales sont extrêmement sensibles à ces traitements entraînant une azoospermie irréversible. Tout comme les traitements des dysfonctionnements ovariens, la prise exagérée de pilules sont autant de facteurs qui atténuent l'efficacité de la solution médicamenteuse pour venir à bout de certaines stérilités réputées inexpliquées.

Quoiqu'il advienne face à une infécondité persistante, la prise de « pilules du lendemain » tel le Viagra n'est pas synonyme de fertilité et leur abus conduit souvent à des complications définitives si ce n'est tout bonnement vers une mort certaine. De plus, il peut arriver qu'un traitement à base de médicaments puisse porter temporellement des résultats. Mais à la longue, si pour chaque enfant souhaité, il faut encore solliciter leur apport, l'organisme risque de ne plus répondre à ces produits artificiels.

L'impuissance des médicaments est à la mesure également de l'inopérabilité de la tradithérapie.

b / L'inopérabilité de la tradithérapie

La médecine traditionnelle dite tradithérapie, encore appelée pharmacopée, suscite un complexe de méfiance même si certains considèrent que, bien avant l'invasion arabe et la pénétration coloniale occidentale, elle faisait les beaux jours de tous les pays en développement aujourd'hui. On avance même qu'aucun peuple ne peut exister sur terre sans avoir développé les moyens qui lui permettent de perpétuer sa race, son identité, notamment des soins sanitaires qui lui sont spécifiques d'où la critique adressée à ceux qui ne lui reconnaissent aucune crédibilité. Cela nous amène donc à considérer la capacité opérationnelle de la médecine traditionnelle dans un contexte hostile fait de nouveautés, de technologies et de finesse dans la modernité de l'art médical. Ainsi, le premier problème de l'inopérabilité de la pharmacopée se situe dans son acceptabilité au niveau des praticiens qui ne lui reconnaissent pas une préséance dans l'art médical. Son acceptabilité reste aussi débattue dans certaines couches des populations qui rechignent à lui donner crédit. C'est justement à ce propos que tout récemment, face à des pages publicitaires diffusées dans les médias par le canal des radios et journaux privés de plusieurs guérisseurs venus du Nigeria qui estiment pouvoir soigner toutes les maladies, y compris la plus tristement célèbre parmi elles (le SIDA), les autorités sanitaires et politiques du Sénégal ont dû monter au créneau pour réactualiser leur mission de police administrative, de sécurité et d'alerte pour le respect de l'ordre public et des bonnes moeurs. Ce qui a, indubitativement, poussé l'organisation tradipraticienne sénégalaise à exiger que le projet de loi portant réglementation de leur art soit définitivement voté et adopté. En effet, le vote d'une telle loi rendrait plus opérationnelle la tradithérapie et permettrait de vérifier la réalité des prétentions de soins face à l'infertilité et la stérilité dans les ménages.

Les obstacles à la procréation naturelle ont conduit les praticiens à intervenir dans la vie des couples qui se sont, tout naturellement, tournés vers eux.

précédent sommaire suivant