WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Déterminants socio-culturels de la persistence de l'excision à  Pira (Bénin)

( Télécharger le fichier original )
par Fabien Affo
Université de Lomé (Togo) - DES 2007
  

précédent sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

Chapitre 5 : Présentation des premiers résultats à titre illustratif

Ce chapitre sera consacré à une analyse exploratoire et explicative des données sur la pratique de l'excision dans la commune de Bantè. Il sera abordé successivement présenté les caractéristiques de l'échantillon, les niveaux d'informations des femmes sur la pratique à Bantè, la prévalence de l'excision, les raisons qui justifient la persistance de la pratique, les niveaux de maturité physiologiques des filles ou des femmes lors de l'excision et la fécondité à l'excision.

I- Profil des enquêtés

1- Information sur les enquêtés

Tableau n° 1 : Répartition des enquêtés par sexe et par âge

Sexe

Age

(année)

Masculin

Féminin

Total

Effectif

Pourcentage

Effectif

Pourcentage

Effectif

Pourcentage

17- 19

20 - 29

30 - 39

40 - 49

50 et Plus

15

34

30

13

11

14.7

33

29

12.3

11

14

48

22

10

08

13.7

47.2

21.5

9.8

7.8

29

82

52

23

19

14

41

25

11

9

Total

103

100

102

100

205

100

Source : Résultat enquête

L'échantillon est composé de 66% d'individus âgés de moins de 40 ans. L'âge moyen est de 33 ans. Le plus jeune enquêté est âgé de 17 ans et le plus âgé de 72 ans. Le niveau d'information de ces jeunes gens permettra de juger de la persistance de l'excision dans la commune de Bantè.

2- Information sur l'excision et caractéristiques socio-démographiques des femmes excisées

Il serait intéressant de voir l'impact de certaines caractéristiques socioculturelles sur le niveau de connaissance de la pratique de l'excision au Bénin.

Lorsqu'on fait intervenir l'âge de la femme, on s'aperçoit que la proportion de femmes qui ont une idée sur l'existence de l'excision féminine augmente avec l'âge, quelque soit la zone d'enquête. C'est au-delà de 40 ans que la proportion des femmes est la plus élevée ; 64,1 % pour les femmes de 40-44 ans de l'arrondissement d'Atokolibé avec 84,6% des femmes de l'arrondissement de Koko et 44,1% pour les femmes de Pira. Ces résultats ne surprennent guère lorsqu'on sait qu'à Bantè, il existe des zones de forte prévalence de la mutilation génitale féminine, notamment les arrondissements de Koko et d'Atokolibé. De plus, cette pratique est ancienne et actuellement les jeunes générations sont de plus en plus s'y opposent.

précédent sommaire suivant






La Quadrature du Net