WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Enjeux énergétiques et logiques sécuritaires: une analyse du déploiement américain dans le golfe de Guinée

( Télécharger le fichier original )
par Gen-serbé SINIKI
Université Catholique d'Afrique Centrale - Master en Gouvernance et Politiques Publiques 2010
  

précédent sommaire suivant

B. Le golfe de Guinée comme zone de projection économique pour les multinationales

pétrolières américaines

Notons que les compagnies américaines qui opèrent dans le golfe de Guinée sont constituées de majors et des indépendants. Les plus importantes d'entre elles sont Exxon Mobil et Chevron Texaco. Il faut admettre que la présence économique des Etats-Unis dans le golfe de Guinée relève essentiellement de l'économie de rente. De ce fait, les investissements vont en augmentant. Par exemple, Chevron Texaco avait annoncé en 2002 qu'il a investi 5 milliards de dollars américains dans le pétrole africain de 1997 à 2002 et qu'il devrait dépenser 20 milliards de dollars américains au cours de la période qui va de 2003 à 2008 ; Exxon Mobil entendait investir 15 milliards dollars américains en Angola pendant la période 2003-2007, et 25 milliards dollars américains à l'échelle de toute l'Afrique durant les prochaines décades114.

Ces multinationales contrôlent de nombreuses réserves d'hydrocarbures et s'occupent aussi bien de la production que de la commercialisation, et leurs bénéfices sont en forte croissance. Exxon Mobil, par exemple, détient plus de 2000 stations services et 1501 de réserves sous son contrôle. Les chiffres donnés par les résultats nets de Chevron et Exxon sont édifiants. Leurs taux de croissance (sur les profits nets) dans certains Etats étaient de plus de 100% entre 2002 et 2003. Les bénéfices cumulés pour la période 2000 à 2004 représentent 9% et 14%115. L'insertion des multinationales et des indépendants américains dans le golfe de Guinée permet de recadrer les destinations de l'exportation des hydrocarbures de l'Afrique. C'est ainsi que les Etats-Unis deviennent la destination privilégiée du pétrole africain.

112 Ce rapport (Report of the National Energy Policy Development Group, << Reliably, offordable, and environmentably sound energy for America's future », mai 2001, la version électronique est disponible sur http://www.scienceshumaines.com/www.pppl.gov/common_pages/natio%20nal_energy_policy.html) conduit à réaffirmer le rôle du golfe de Guinée dans la stratégie pétrolière des Etats-Unis. Il donne aussi quelques pistes pour permettre au gouvernement américain de mettre en oeuvre effectivement cette politique en Afrique. Par ailleurs, ce rapport souligne l'importance de former un bloc institutionnel des producteurs du golfe de Guinée.

113 François LAFARGUE, << Chine/États-Unis. La course aux hydrocarbures ! », in Sciences humaines, septembre 2007.

114 Michel KOUNOU, op.cit., p. 34.

115 Ibidem.

Le rapport 2009 du département d'Etat américain au commerce est encore plus explicite116. On y apprend que les Etats-Unis exportent beaucoup de leurs produits vers l'Afrique. Selon le même rapport, les exportations américaines ont augmenté de 29,3 %, pour passer à 18,6 milliards de dollars, principalement, dans les secteurs suivants : machines, véhicules et pièces détachées, blé, produits pétroliers raffinés, aviation et matériel électrique (y compris appareils de télécommunication). Les importations de produits africains aux EtatsUnis ont augmenté de 27,8% en 2008 et atteint 86,1 milliards de dollars, grâce entre autres à la hausse considérable (31,9%) des importations de pétrole brut (qui représentent 79,5% de toutes les importations en provenance de l'Afrique subsaharienne). Ces chiffres incluent les importations hors taxes de pays africains admissibles au Système généralisé de préférence des États-Unis (GSP) et au GSP élargi de l'AGOA, en plus des produits textiles et de vêtements importés en franchise de droits et hors contingent conformément aux dispositions de l'AGOA. « Les importations aux États-Unis en provenance des pays africains producteurs de pétrole ont toutes enregistré une hausse, notamment celles en provenance du Nigéria (16,2 %), de l'Angola (51,2 %), de la République du Congo (65,2 %), de la Guinée équatoriale (89,5 %), du Tchad (55,4 %) et du Gabon (4,4%) »117. Aussi, les Etats qui bénéficient de l'AGOA sont des Etats pétroliers. « Les 5 pays qui ont bénéficié le plus de l'AGOA en 2008 ont été le Nigéria, l'Angola, l'Afrique du Sud, le Tchad et la République du Congo. En ont également tiré profit, entre autres, le Gabon, le Cameroun »118

En même temps, les exportations américaines ont connu une hausse dans le golfe de Guinée. « Les exportations de produits américains ont connu une augmentation de 17,6 % en Afrique du Sud, de 47,7 % au Nigéria, de 65,4 %en Angola, de 192,4 % au Bénin (en raison surtout d'une augmentation importante des produits pétroliers raffinés, de voitures et de pièces détachées) et de 46,2 % au Ghana, pays qui sont les principaux destinataires de ces exportations »119.A la lecture de tous ces chiffres, l'insécurité ambiante dans le golfe de Guinée devient une potentielle menace pour cette sécurité économique et, partant, pour la sécurité nationale des Etats-Unis.

116 Charles Corey, « Le commerce entre les É.-U. et l'Afrique s'est accru de 28 % en 2008 »disponible à l'adresse http://www.america.gov/articles/webcontent/2009/071/20090715165112liameruoy0.3164636.xml, consulté le 13 mars 2010, 22h.

117 Ibidem.

118 Ibidem.

119 Ibidem.

précédent sommaire suivant









Aidez l'hopital de Montfermeil

Moins de 5 interactions sociales par jour