WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Enjeux énergétiques et logiques sécuritaires: une analyse du déploiement américain dans le golfe de Guinée

( Télécharger le fichier original )
par Gen-serbé SINIKI
Université Catholique d'Afrique Centrale - Master en Gouvernance et Politiques Publiques 2010
  

précédent sommaire suivant

Conclusion de la deuxième partie

L

a sécurité du golfe de Guinée est un enjeu d'intérêt national pour chaque acteur étatique engagé dans la région. Vu de la région, cette entreprise de sécurisation permettra aux répondre aux différentes menaces qui

fragiliseraient la production et affaibliraient les Etats dans leurs fonctionnements quotidiens. Il s'agit ici de recomposer l'ordre sécuritaire. Les Etats s'y attèlent non sans grandes difficultés. D'abord individuellement, puis collectivement voire avec des acteurs étrangers à la région dont cette sécurisation concoure au renforcement de leur sécurité nationale. C'est le cas des Etats-Unis qui ont grand intérêt à sécuriser cette région.

Sécuriser le golfe de Guinée permet aux Etats-Unis de répondre à des logiques sécuritaires dont le fondement reste l'expansionnisme militaire, traduit dans la région par un déploiement des soldats américains et une aide à la formation des armées nationales. Ce déploiement n'est pas seulement d'ordre philanthropique. Ainsi, la sécurisation de la région s'inscrit dans la dynamique de la sécurité nationale américaine post 11 septembre. Et les politiques d'aide et de coopération entreprises par le gouvernement américain suivent toujours cette logique, en permettant surtout l'expression de l'hégémonie des Etats-Unis.

CONCLUSION GENERALE

Par delà les illusions rétroactives et le blues colonial, c'est bien un nouvel ordre mondial qui se construit en Afrique. 233

L

e présent travail visait la compréhension des interactions entre le pétrole et la sécurité à travers l'analyse du déploiement américain dans le golfe de Guinée. Cette région est, en effet, devenue très importante pour le

gouvernement américain. En même temps, on note une croissance au niveau des agrégats macroéconomiques soutenus par l'exploitation énergétique dans les Etats pétroliers de cette région. Comme tels, on comprend le rôle et les enjeux pour chaque acteur. Toutefois, on note aussi une forte détérioration du champ sécuritaire. La question de fond était de voir en quoi les enjeux liés à l'exploitation de l'énergie, et du pétrole particulièrement, permettent aux acteurs étatiques en présence (Etats du golfe de Guinée et Etats-Unis) de répondre à leurs logiques sécuritaires?

Deux axes ont paru légitimes pour répondre à pareille interrogation. D'abord, identifier l'intensification de la production énergétique dans le golfe de Guinée comme augmentant les risques d'insécurité aussi bien pour la région que pour les Etats-Unis. Autrement dit, plus la production énergétique augmente, plus les menaces et l'insécurité deviennent importantes. Ensuite, il s'agissait de comprendre la sécurisation du golfe de Guinée comme un enjeu majeur pour l'intérêt de la région et des Etats-Unis. Autrement dit, elle est une réponse aux défis de préservation de la paix, de répartition des rentes pétrolières pour les Etats de la région. En même temps, elle permet aux Etats-Unis de garantir leurs approvisionnement et de se pré positionner militairement.

Cette étude, passée sous le prisme du néoréalisme et de l'analyse stratégique, a permis de comprendre que le golfe de Guinée est une région qui fait face à un ensemble de flux ; lesquels participent d'un désordre sécuritaire et menacent aussi bien la production énergétique que << la survie » même des Etats. En réalité, plusieurs raisons sous-tendent la convoitise dont fait l'objet le golfe de Guinée, notamment de la part des Etats-Unis. D'abord, la structure du système énergétique international et ensuite, la spécificité de la région. Le golfe de Guinée est une source croissante d'approvisionnement énergétique pour Washington, soucieux de la

233 François GAULME, << au-delà du blues colonial, un nouveau cadre international pour la sécurité en Afrique », in Afrique contemporaine, n° 208, p.85.

diversification en la matière. Il reste que pour les Etats-Unis, cette insécurité menace plusieurs intérêts économiques, diplomatiques et politiques. Puisque le pétrole est une question d'intérêt et de sécurité nationale, c'est donc une préoccupation pour Washington. Autrement dit, l'insécurité dans le golfe de Guinée est aussi une insécurité pour les EtatsUnis.

La décomposition sécuritaire dans le golfe de Guinée permet aux Etats de la région et aux Etats-Unis de repenser les besoins d'une recomposition sécuritaire. Toute la deuxième partie s'est inclinée à étudier l'influence des enjeux énergétiques sur la recherche de l'ordre sécuritaire dans le golfe de Guinée. Pour les Etats de cette région, en même temps qu'il s'agit de la considérer comme un moyen pour eux de reconstruire les institutions, de construire la nation et surtout d'intégrer des nouveaux outils de gouvernance dont le manque structurait l'insécurité, la sécurisation est un atout pour la production énergétique et la répartition de la rente qui en est issue. La sécurité du golfe de Guinée est un enjeu d'intérêt national pour chaque acteur étatique engagé dans la région. Les initiatives sont d'abord individuelles. C'est ainsi que de nombreuses reformes sont entreprises au sein de ces Etats pour redonner un nouveau visage à leurs appareils sécuritaires, en mal de légitimité. Mais la dimension transfrontalière de l'insécurité convoque une action collective entre plusieurs Etats. Tantôt la CEEAC, tantôt la CEDEAO sont, à travers leurs différents mécanismes et instruments de sécurité, des véritables alternatives à la CGG dont les limites sont visibles en matière de sécurisation. Ainsi, la complexification du jeu sécuritaire pousse les Etats à voir au-delà des frontières du golfe de Guinée. D'où l'entrée en jeu, dans le champ sécuritaire du golfe de Guinée, des Etats-Unis.

Cette action de sécurisation venant des Etats-Unis n'est pas une action de pure philanthropie. Il s'agit, en effet, pour le gouvernement américain de sécuriser ses routes d'approvisionnent et de se déployer dans la région. Ainsi, l'action est d'abord militaire : formation des armées locales, recherche d'une base en vue d'un pré positionnement des troupes, mise sur pied d'un commandement pour le continent, mise sur pied d'un arsenal de programmes militaires. Cette action répond aux enjeux énergétiques et suit aussi une logique sécuritaire qui s'inscrit dans une action globale des Etats-Unis pour faire face aux nouvelles menaces à leur sécurité nationale : le terrorisme, les « Etats-voyous », les autoritarismes ou encore la faible insertion de certains Etats dans la globalisation. Cette stratégie américaine ne va pas sans intérêt de puissance. Au-delà du soutien apporté aux Etats du golfe de Guinée, il

s'agit de dominer non plus à travers le << hard power >> mais surtout, le << soft power >>. De ce fait, l'aide au développement, l'aide politique ou encore la mise sur pied des initiatives comme l'Agoa ne sont rien d'autre que des instruments de politique étrangère et de sécurité nationale des Etats-Unis, dont la permanence dépend de la sécurité des ses partenaires. Il s'agit de comprendre que la dimension hégémonique de ces actions constitue le fondement de la géoéconomie américaine.

Il est vrai que cette étude a permis de confirmer nos hypothèses de travail. Mais, il reste que le déploiement américain dans le golfe de Guinée se fait dans une période de forte consommation de la part des pays émergents qui n'hésitent pas, eux aussi, à entrer dans cette << ruée » vers le pétrole africain. Et l'Afrique dans tout cela ? L'espace golfe de Guinée deviendra-t-il un espace de rivalité entre puissances ? Assistera-t-on à une guerre énergétique dont le golfe de Guinée sera le théâtre ? En même temps, la dépendance des Etats de la région à l'exportation du pétrole n'est-elle pas une menace à leur prospérité économique, tant il est vrai que nous faisons face à des économies de moins diversifiées ? Le pétrole ne sera-t-il pas un nouveau moyen de captation de ressources et de conservation de pouvoir, synonyme de déficit de gouvernance ? Peut-on faire du pétrole un atout véritable de développement ?

Point n'est besoin de noter, ici, que ces interrogations permettent de dessiner des scénarii sur le futur de la sous-région africaine du golfe de Guinée. Sans que ces questions ne soient l'objet directe de ce travail, leurs analyses peuvent être des nouveaux themes d'étude que la présente recherche permettra peut être d'étayer, ne serait-ce qu'en partie !

précédent sommaire suivant











9Impact, le film from Onalukusu Luambo on Vimeo.



Visitez Arcy sur Cure

Camping du Saucil a(Villeneuve sur Yonne)