WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Gestion des risques de change en République Démocratique du Congo


par Francy Kabwe Kamimbi
Université de Lubumbashi - Licence en sciences économiques et de gestion, option gestion financière 2010
  

précédent sommaire suivant

0.2. HYPOTHÈSES

L'hypothèse de recherche est définie comme une idée directrice, une tentative d'explication des faits formulée au début de la recherche et destinée à guider l'investigation, d'être abandonné ou maintenue après les résultats de l'observation.2(*)

Si nous devons répondre à cette préoccupation, nous disons qu'en effet, des variations des cours de changes vont entraîner des fluctuations de valeurs des éléments libellés dans une devise différente de celle que l'entreprise utilise pour établir des documents financiers. Dans ce cas, des gains et des pertes de change vont apparaître.

Dès lors, les techniques de gestion du risque de change apparaissent comme une condition sine qua non pour les entreprises de faire face aux risques liés au change et même d'en tirer profit.

Les travaux élaborés par les gestionnaires et les ratios pour déterminer la performance de l'entreprise semblent ignorer ou bien ne semblent pas mettre en évidence l'impact des risques de changes.

Par conséquent, les performances enregistrées par les entreprises seraient en partie liées à la pertinence de sa stratégie de recouvrement contre la volatilité de la monnaie de référence par rapport à une devise qui accroît le rendement de ces entreprises.

0.3. MÉTHODES ET TECHNIQUES

0.3.1. Méthodes

La valeur scientifique du résultat d'une recherche est fonction de la méthodologie et des outils de travail auxquels le chercheur a fait recours pour analyser et expliquer le phénomène observé.

La méthode est définie comme un ensemble de démarches qui suit l'esprit pour découvrir et démontrer la vérité. 3(*)

En sciences sociales et en sciences économiques particulièrement il n'existe pas une méthode mais des méthodes.

Cela étant, notre étude n'a pas fait exception à cette règle ainsi pour la réalisation de ce présent travail, nous avons recouru :

Ø A la méthode historique : c'est celle qui consiste à chercher la causalité des faits dans leur genèse. Cette méthode a permis de connaitre le pourquoi de risques de change ainsi que les mécanismes de gestion de derniers ;

Ø A la méthode analytique : qui consiste à analyser les documents s'afférents à la préoccupation, en l'occurrence les rapports de commission des experts, les ouvrages, les articles ayant déjà traités le sujet ;

Ø A la méthode inductive : qui consiste à généraliser le résultat obtenu après recherche dans d'autres nations ceteris paribus.

* 2 R.PINTO et GRAWITZ, « méthodes en sciences sociales », Ed Dalloz, Paris, 1971

* 3 P.ROBERT, « Dictionnaire le petit Robert »,1ère édition, 1998

précédent sommaire suivant