WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

L'image de la femme japonaise dans le cinéma de Miyazaki

( Télécharger le fichier original )
par Joanna PHILIPOT
Université de Nice Sophia Antipolis - Master 1 Information et Communication 2011
  

précédent sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

1)c. Un souffle nouveau sur le cinéma d'animation des années 1990

C'est durant les années 1990 que l'animation cinématographique venant du Japon se fait connaître internationalement, et suscite l'intérêt non plus des seuls amateurs, mais de plus larges publics.

L'évolution progressive vers une plus grande production cinématographique se fait dès les années 80, avec la réalisation de films tels que Le Château de Cagliostro, Nausicaä de la vallée du vent, réalisés respectivement en 1979 et 1984, par Hayao Miyazaki, mais encore Le Tombeau des lucioles, réalisé en 1988 par Isao Takahata.

Le succès étant au rendez-vous, d'autres réalisateurs suivent le mouvement, et l'animation cinématographique retrouve un second souffle, après la parenthèse télévisée des années 1979-1980.

Akira, film réalisé en 1987 par Katsuhiro Otomo, est inspiré d'un manga à succès du même nom, publié en 1982. Akira, film futuriste au scénario de science-fiction complexe et au graphisme soigné, redonne définitivement ses lettres de noblesse à l' « anime », oeuvre d'animation japonaise.119(*)

Les années 1990 marquent l'apogée de la reconnaissance internationale des productions cinématographiques. L'ouverture de nombreux festivals destinés au cinéma d'animation japonais en sont une preuve, tels que le Festival international du film d'animation d'Annecy, ou le festival Cinémanga à l'UGC Cité des Halles à Paris.120(*)

En 1995, le film Ghost in the shell de Mamoru Oshii sort dans les salles de cinéma japonaises. Le film participe à créer une nouvelle image de l'animation japonaise, loin des séries animées du petit-déjeuner des enfants : adapté d'un manga de Masamune Shirow, l'histoire met en scène un monde de science-fiction violent, destiné à un public adulte, dans un monde menacé par l'informatique et les technologies.

Enfin, nous pouvons également citer l'exemple du film Perfect Blue, réalisé en 1997 par Satoshi Kon, qui rencontre également un franc succès au Japon et en Occident. Ce film continue l'ascension des films d'animation japonais vers des scénarios plus complexes, plus adultes, un graphisme travaillé et de haute qualité technique ; Perfect Blue met en scène une jeune chanteuse face à la gloire, sombrant peu à peu dans la schizophrénie ; le scénario exploite ainsi des thèmes plus psychologiques, profonds, adressés à un public plus mature.

1)d. Les racines traditionnelles du manga et du film d'animation

Le manga et l'animé sont étroitement liés ; leurs origines sont communes. En effet, souvent, les films d'animation sont réalisés à partir des mangas : c'est également le cas pour de nombreuses séries télévisées des années 1970-1980, adaptations des scénaristes de leurs propres mangas. Il convient cependant d'apporter quelques précisions sur le mot « manga », utilisé différemment en Occident et au Japon. Le mot « manga » est crée par le célèbre artiste japonais Hokusai au XIXe siècle. « Manga » est le titre de ses recueils destinés à ses disciples, composé de deux idéogrammes : man signifiant « exécuté de manière rapide et légère » et ga, « dessin ». Ce n'est qu'au XXe siècle que le mot « manga », retenu par d'autres artistes, prend le sens de dessin animé. Aujourd'hui, le sens du mot a évolué. Pour les gens nés avant la guerre, « manga » désigne toujours une bande dessinée aux traits simples. Pour les jeunes générations cependant, « manga » désigne désormais les estampes de l'époque Edo. L'Occident utilise donc le terme « manga », qui ne s'utilise plus au Japon.121(*)

Entre les mangas et animés contemporains et rouleaux enluminés de l'ère Edo, nous pouvons retrouver diverses similitudes et retracer les origines de certaines caractéristiques de l'animation japonaise.

Le réalisateur Isao Takahata explique dans son ouvrage Les Dessins animés du XIIe siècle, les éléments évocateurs du cinéma et des films d'animation dans les rouleaux de peinture du XIIe siècle classés trésors Nationaux, que les estampes des rouleaux traditionnels(les « emaki ») sont l'origine directe du dessin animé : « les emaki que l'on déroule peu à peu pour découvrir chaque scène, rendent l'impression d'écoulement du temps et de progression de l'action (...) comme les dessins animés. »122(*)

On retrouve la longue tradition de l'estampe dans les dessins animés et mangas aujourd'hui : les Japonais ont toujours excellé dans la personnification d'animaux, et ce depuis des siècles ; c'est en effet un procédé largement exploité par les maîtres de l'ukiyo-e (« images du monde flottant »).123(*)

Les phylactères existent déjà à l'ère Edo, et la composition des estampes en cases est déjà pratiquée par le peintre Hiroshije durant l'ère Meiji, dans les années 1880.124(*)

Mais on peut retracer l'apparition des mangas, proches de ceux que l'on connait aujourd'hui, à l'époque où apparaissent les petites maisons d'édition non spécialisées, au XVIIe siècle. Les ouvrages qu'elles publient sont destinés au peuple, contrairement aux rouleaux enluminés destinés à l'élite ; ces ouvrages font une dizaine de pages, racontent des récits allant du conte pour enfants aux drames du théâtre Kabuki, aux histoires humoristiques. Les histoires se présentent alors souvent sous forme de feuilletons, au texte simple et aux multiples illustrations. On retrouve là les caractéristiques qui marquent l'apparition des bandes-dessinées du XXe siècle.125(*)

Il est cependant intéressant de noter que les mangas que nous connaissons aujourd'hui, ainsi que les films d'animation japonais, séries télévisées et cinéma confondus, offrent deux styles de scénario. En effet, nous retrouvons une division entre les scénarios adressés à un public adulte et essentiellement masculin, et ceux adressés à un public plus féminin, ou plus jeune. Nous pouvons étudier, dans une seconde sous-partie, cette séparation à travers l'analyse des divers thèmes qu'exploitent les films, ainsi que les stéréotypes féminins qu'ils mettent en scène, symbolisant des messages différents selon le public auxquels ils sont destinés.

* 119 Patten Fred, A capsule history of Anime, paru en 1996 in Animation World network, page consultée le 14 février 2011 <www.awn.com/mag/issue1.5/articles/patten1.5.html>

* 120 Bellefonds Francis Histoire de l'anime, paru en janvier 2000, page consultée le 11 février 2011, <www.chronicart.com/webmag/article.php?page=1&id=1067>

* 121 Koyama-Richard Brigitte, Mille ans de manga, Paris, éd. Flammarion, 2007, p.6-7

* 122 Ibid, p.12

* 123 Ibid, p.45

* 124 Ibid, p.58 et p.65

* 125 Ibid, p.42

précédent sommaire suivant






Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy



La Quadrature du Net