WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

L'image de la femme japonaise dans le cinéma de Miyazaki

( Télécharger le fichier original )
par Joanna PHILIPOT
Université de Nice Sophia Antipolis - Master 1 Information et Communication 2011
  

précédent sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

2) Les images de la femme dans les films d'animation japonais

2)a. La femme et la sexualité censurées

Pour comprendre comment a évolué la place de la femme dans le cinéma d'animation japonais, pour comprendre quelle est sa place aujourd'hui et quels rôles lui sont dévolus, il est nécessaire de savoir comment a évolué le cinéma au Japon depuis ses débuts. Nous pouvons regarder de façon brève les débuts du cinéma japonais, puis voir comment a débuté l'animation japonaise, pour ensuite nous pencher de manière plus spécifique sur les images féminines dans le cinéma d'animation japonais.

Il est intéressant de noter que les débuts du cinéma japonais sont marqués par la censure, essentiellement tournée vers la présence de la femme dans le cinéma. La femme n'y a pas sa place : à l'époque du muet, les femmes sont bannies de l'écran. Les rôles féminins sont interprétés par des acteurs travestis, nommés oyama, ou onnagata. Ce diktat est imposé par les acteurs de kabuki, tradition théâtrale au Japon, qui persiste longtemps dans le cinéma. C'est l'influence du cinéma américain après la Seconde Guerre mondiale qui réintroduit la femme au cinéma. 126(*)

Le baiser est autrefois censuré comme « atteinte à la culture japonaise ». Dans toutes les cultures, la femme est le symbole de la sexualité, de la tentation, du péché, et chez les Japonais, d'un manque de respect de la place que doit tenir la femme : mère, femme au foyer, ce que nous avons vu avec le modèle de la ryosai kembo.

Les Américains, suite à la Seconde Guerre mondiale, aident à l'émancipation des femmes, à la réforme de l'éducation, au suffrage universel, participant à cette libération des moeurs. Le cinéma se défait ainsi du carcan traditionnel, permettant enfin aux femmes d'apparaître sur les écrans. Cependant les films étrangers restent longtemps censurés : la pilosité, la sexualité reste taboue au Japon durant de longues années.

C'est avec la popularité grandissante des mangas et dessins animés au Japon et à l'étranger, que la femme prend une place centrale dans le monde du cinéma et des médias.

2)b. Des thèmes différents pour des publics différents

Les mangas, comme les animés, se divisent en deux catégories bien distinctes : les mangas et animés pour garçons et jeunes hommes, nommés les « shônen », et ceux destinés à des publics féminins, nommés les « shojo ». De façon générale, ces mangas et animés ont des thèmes bien distincts : « les bandes dessinées pour garçons font preuve d'un minutieux dosage de suspense et d'humour, avec des histoires de sport, d'aventures, de fantômes, de science-fiction(...) les shôjô recherchent aussi cet équilibre mais se distinguent par leurs récits d'amour idéalisés. »127(*)

L'animation japonaise, malgré une séparation évidente entre les animés pour hommes et ceux pour femmes, s'adresse à des publics d'âges variés. En cela, l'animation japonaise diffère des dessins animés occidentaux, généralement destinés aux enfants. Les animés pour filles et garçons au Japon peuvent en effet s'adresser aux jeunes enfants, mais d'autres vont plutôt intéresser des publics plus âgés, adolescents, et adultes128(*). Nous pouvons en effet retrouver des dessins animés pour jeunes garçons, tels que Dragon Ball Z par exemple, et des animés aux thèmes plus sérieux, plus matures, comme on en trouve dans Ghost in the Shell, ou Akira. Les thèmes des dessins animés japonais sont très larges, allant de l'histoire à l'eau de rose pour jeunes filles, aux récits de science-fiction complexes, jusqu'aux dessins animés érotiques, nommés « hentai ».

Les caractéristiques du shojo manga et du shojo animé sont de mettre en scène des héroïnes, avec une prédominance de personnages secondaires féminins, dans une histoire centrée autour de l'Amour, recherché, vécu, rêvé. L'expression des émotions y est plus importante : les personnages sont alors dotés d'immenses yeux brillants.

Les thèmes varient : les histoires peuvent être situées autour de faits historiques, comme Princesse Sissi, Marie Antoinette, Le Glorieux Napoléon...129(*) Souvent les animés se situent dans le passé, en Occident généralement, comme dans Candy Candy, Lady Oscar, Les quatre filles du Docteur March, etc. On trouve aussi des animés centrés autour du sport, de l'école (Clamp, School detectives) ou de l'apprentissage de la vie, le passage à l'âge adulte (Kodomo no omocha). Les émotions, les relations entre les membres d'une famille, ou des amis, priment sur le caractère aventurier des histoires.

Les shonen manga et shonen animés, adressés aux garçons et jeunes hommes, exploitent des thèmes bien différents. Les histoires se situent souvent dans des univers futuristes, de science-fiction. Sean Boden, journaliste pour de nombreux magazines d'animation et auteur de l'article Women and anime prend l'exemple de Dragon Ball Z pour présenter le type de scénarios que l'on donne aux jeunes garçons et adolescents : « la série est centrée autour des hommes, mettant l'accent sur la force, la discipline, le labeur, les présentant comme les clés du succès. »130(*)

* 126 Douin Jean Luc, Dictionnaire de la censure au cinéma, Paris éditions Quadrige/PUF, 1998, p

* 127 Schodt Frederick, Manga ! Manga ! The world of Japanese comics, USA, Kodansha International, 1983, p.15

* 128 Boden Sean, Women and Anime : popular culture and its reflection of japanese society, nov. 2001, page consultée le 18/02/11 <www.nausicaa.net/miyazaki/essay/files/SeanBoden_WomenandAnime.pdf>

* 129 Koyama-Richard brigitte, Mille ans de manga, paris, éd. Flammarion, 2007, p.190

* 130 Boden Sean, Women and Anime : popular culture and its reflection on japanese society, nov 2001, page consultée le 18/02/11 <www.nausicaa.net/miyazaki/essay/files/SeanBoden_WomenandAnime.pdf>

précédent sommaire suivant






Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy



La Quadrature du Net