WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Le festival, légitimation ou instrumentalisation d'un concept ?

( Télécharger le fichier original )
par Camille PLANTE
Groupe EAC - ESARTS : Ecole Supérieure de gestion de médiation des Arts 2005
  

précédent sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

b) Partenariat et sponsoring

ParaLLèLement au don en argent, iL existe égaLement Le don en nature. IL est souvent Le chemin Le pLus court pour obtenir un soutien de petites entreprises. Son évaLuation chiffrée peut parfois dépasser Le montant des fonds coLLectés. On trouve une grande diversité des dons et services mis à disposition : biLLets d'avion, chambres d'hôteL, prêt de véhicuLes, de caméras ou d'instruments, mais égaLement instaLLations téLéphoniques, iLLuminations de bâtiments, prestations en matière de communication et d'impression. Pour de petits événements, La prise de contact avec des entreprises LocaLes reste

123 BENITO (Luc), « Les festivaLs de France : FestivaLs sous L'angLe économique >, Op. cit., page 27.

124 Idem

125 GLAVANY (Jean), Op. cit.

bien entendu Le moyen Le pLus Légitime de trouver une forme de partenariat. IL permet égaLement à ces entreprises de participer à La vie cuLtureLLe de La région.

Les partenaires Les pLus fréquents au niveau des festivaLs sont tout d'abord Les banques mutuaListes comme Le Crédit AgricoLe, La Caisse d'Epargne, La Banque PopuLaire et Le Crédit MutueL126. ELLes ont une grande impLantation LocaLe et ont une indépendance financière comparée au centre nationaL. Vient ensuite La presse, avec, en première position, La presse quotidienne régionaLe et queLques supports nationaux comme TéLérama qui «décerne ainsi chaque année son label « Un événement Télérama » à plus d'une vingtaine de manifestations >127. La radio, avec France Inter ou Radio France qui est Le média Le pLus intéressant et Le moins « exigeant > en terme de partenariat et d'échange médiatique. D'autres secteurs sont égaLement concernés par Le soutien financier aux activités cuLtureLLes et artistiques regroupant de nombreuses entreprises pubLiques ou parapubLiques, comme Les transports avec Air France, La SNCF, Les constructeurs automobiLes, Le secteur des communications avec France TéLécom ou encore EDF et GAN128.

Le sponsoring, quant à Lui, reLève du « hors média >, L'entreprise s'associe à un représentant de L'association du festivaL pour faire passer son message pubLicitaire.

Ces différentes « formuLes > de financements privés sont en pLein déveLoppement d'une manière généraLe et vont être au coeur, dans Les années à venir, des préoccupations des directeurs de festivaLs qui voient Leurs subventions pubLiques diminuer peu à peu. C'est maintenant un virage qu'iL faut anticiper, car cette mutation du contexte financier risque de faire disparaître un grand nombre d'événements qui n'auront pas assurés à temps Leurs arrières.

126 GORSSE (EmmanueLLe), Op. cit., page 7.

127 Idem

128 Idem

précédent sommaire suivant






La Quadrature du Net