WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Le festival, légitimation ou instrumentalisation d'un concept ?

( Télécharger le fichier original )
par Camille PLANTE
Groupe EAC - ESARTS : Ecole Supérieure de gestion de médiation des Arts 2005
  

précédent sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

b) EmpLois directs

Parmi Les empLois générés par Les festivaLs, Les empLois directs sont des postes permanents. ILs sont souvent Les pLus « stabLes >, avec un engagement s'étaLant sur toute L'année pour Les pLus grands événements. Pourtant, cette équipe administrative des festivaLs tend à être réduite à un nombre Limité de permanents. « Parmi les plus grands festivals, on ne compte en général pas plus de cinq permanents, à l'exception du Festival d'Avignon qui emploie seize personnes toute l'année. Quant aux autres, ils n'ont pas ou peu de permanents >167. En effet, sur deux miLLe cinq cents personnes participant au Festival Terre Neuvas de BobitaL en Côte d'Armor, seuLement trois sont rémunérés hormis Les techniciens intermittents, - Le régisseur généraL, Le responsabLe de La communication et L'attaché de presse-. IL n'existe donc aucun saLarié permanent pour Le deuxième festivaL de musiques actueLLes de France168. Enfin, au Printemps de Bourges, « l'équipe permanente d'environ sept personnes est élargie à 214 saisonniers et 650 professionnels du milieu artistique pendant le mois du festival >169. Mais ces empLois stabLes ne sont pas toujours systématiques et La particuLarité saisonnière des festivaLs ne Leur permet pas d'assurer Leur pérennité, car d'une part, « le recours au bénévolat est très important, et d'autre part, nombre de villes apportent leur concours aux festivals qui s'y déroulent en leur prêtant du personnel municipal>170. En effet, Les fonctions de sécurité, de montage ou de nettoyage sont assurées par Les agents municipaux mis à disposition par Les Mairies.

La mise en oeuvre d'un festivaL demande souvent une Logistique coLossaLe et créée de nombreux empLois, qui, Le pLus souvent, prennent La forme d'empLois saisonniers: hôtes et hôtesses, gardiens, serveurs, ouvreuses, techniciens ou chauffeurs. Leur nombre augmente de pLus en pLus, faisant des festivaLs un secteur décisif dans certaines régions comme en Provence ALpes Côte d'Azur, « puisque quasiment un tiers des festivals français a lieu dans la région et

167 BENITO (Luc), Les festivals en France: marchés, enjeux et alchimie, Op. cit., page 78.

168 Informations notées par L'étudiant Lors d'un entretien avec HELLIO (Bertrand), Le 18 septembre 2006.

169 MERCIER (Sophie) et BOUCHARD (Diane), Op. cit., page 35.

170 DECHARTRE (PhiLippe), Op.cit., page 15.

emploie 30 000 personnes dans le secteur culturel >.171 De même, Le cas des Eurockéennes de Belfort en est un très bon exempLe puisque, seLon son directeur, Monsieur RoLand, « il constitue une des plus importantes sources d'embauche de l'Est >172. En effet, Le festivaL recrute en tout un miLLier de personnes : iL empLoie environ cinq cents jeunes de La région pour des empLois saisonniers variant entre trois jours et un mois et fait appeL à près de trois cents intermittents (un tiers recruté par Le festivaL, Le reste par Les sociétés de production participant à La manifestation)173. Ce festivaL est donc un des rares à ne pas faire appeL aux bénévoLat, suivant ainsi une directive poLitique « destinée à satisfaire les jeunes de la région, le festival doit permettre la création de « jobs » d'été >174. En outre, même si La majorité de ces empLois est précaire et demande peu de quaLification, « ils constituent quand même une opportunité qu'il faut saisir au profit des jeunes, qu'ils soient étudiants ou qu'ils rentrent dans la vie professionnelle ou sont à la recherche d'un bon contrat de travail >.175

ParadoxaLement, Les festivaLs jouent souvent un rôLe dans L'insertion sociaLe de personnes en difficuLtés, comme Les demandeurs d'empLoi de Longue durée et sans quaLification, et ceLa par Le recours aux contrats empLoisoLidarité.

Permanents, saisonniers, temps partieL ou intermittents, Les empLois directs générés par Les festivaLs sont donc divers et bénéficient Le pLus souvent à La popuLation LocaLe.

Enfin, même si La probLématique de Leur statut a terni queLque peu Leur image depuis ces dernières années, Les intermittents du spectacLe représentent une part saLariaLe indispensabLe au bon fonctionnement d'un festivaL. En effet, La réforme du 27 juin 2003176 sembLait nécessaire, car en dix ans, Le nombre de bénéficiaires du régime a doubLé pour atteindre Le nombre de quatre vingt

171 SAUZAY (Benjamin), Op. cit., page 50.

172 MERCIER (Sophie) et BOUCHARD (Diane), Op. cit., page 35.

173 Idem

174 Idem

175 FAIVRE d'ARCIER (Bernard), « Comment donner un avenir aux festivaLs ? >, Op. cit., page 7.

176 Avant cette réforme, un intermittent du spectacLe devait travaiLLer cinq cent sept heures dans L'année pour pouvoir bénéficier de douze mois d'aLLocation chômage. Depuis Le 27 juin 2003, iL doit travaiLLer cinq cent sept heures sur dix mois pour Les techniciens et dix mois et demi pour Les artistes pour une durée d'indemnisations réduite, eLLe, à huit mois. In

GALEOTTE, Op.cit.

seize miLLe personnes177. L'été 2003 fût Le théâtre de nombreuses perturbations et annuLations de festivaLs en réaction au confLit des intermittents du spectacLe. Par conséquent La première annuLation du 57ème Festival d'Avignon et de La 19ème édition des Francofolies. Ces événements ont révéLés paradoxaLement L'importance économique des festivaLs pour Les communes où iLs se dérouLent, « ce qui prouve par l'absurde que, si la culture coûte de l'argent, elle en rapporte aussi beaucoup... Mais pas aux mêmes ».178

c) EmpLois induits

ParaLLèLement aux empLois directs, générés au sein même du festivaL, ceLui-ci génère égaLement des postes permanents ou temporaires induits dans de nombreux autres secteurs. Ainsi, une étude conduite en juin 1996 par L'AGFA, fondée sur L'anaLyse des décLarations d'embauches avant, pendant et après Le festivaL, permet de concLure qu'iL aurait induit La création de pLus de miLLe empLois ainsi répartis179 : cent dans Le secteur de L'hôteLLerie et de La restauration, quatre cents dans Le secteur des transports, nettoyage et sécurité, cent quatre-vingt quinze dans Les activités récréatives et cuLtureLLes non associatives, cent seize dans Le secteur associatif, cinq dans Le secteur de L'édition et de L'imprimerie, vingt et un pour Les entreprises de La Poste et France TeLecom et cinquante et un dans Le secteur de La santé. L'exempLe d'Avignon montre que ces créations d'empLois indirects ne sont réeLLement perceptibLes et quantifiabLes que pour des festivaLs pérennes et de renom. De pLus, ces empLois induits ne nécessitent pas de compétences spécifiques, d'où Le recours fréquent aux contrats intérimaires ou empLoi-soLidarité.

d) Le bénévoLat

La pLupart des festivaLs suscitent L'impLication de bénévoLes pour L'organisation de L'événement. Pour Les petites manifestations, iL permet de

177 ABECASSIS (HéLène) et DEMARI (Jean-CLaude), « La cuLture en grève », in Le Français dans le monde, n°330.

178 Idem

179 DECHARTRE (PhiLippe), Op. cit., page 15.

compenser un manque de moyens financiers, faute desqueLs eLLes ne pourraient avoir Lieux. Les pLus grands festivaLs fonctionnent eux aussi grâce à La participation de ces bénévoLes : au Festival Interceltique de Lorient, on compte chaque année environ quatre cents bénévoLes180. Ceux-ci participent généraLement à L'organisation technique et, dans une moindre mesure, à La production artistique. Cette impLication entraîne un caractère pLutôt vaLorisant chez Le bénévoLe qui participe ainsi à un événement cuLtureL d'utiLité coLLective et de surcroît médiatisée.

Les festivaLs sont donc indiscutabLement générateurs directs ou indirects d'empLois et sous formes très diverses. Pourtant, « à l'exception des quelques postes administratifs, tous les emplois réclamant une certaine compétence sont assurés par des intermittents du spectacle ou personnels, souvent extérieurs à la localité»181. La spécificité des empLois créés directement ou indirectement par Les festivaLs tend donc à revoir La nature réeLLe de Leur impLication face au marché du travaiL LocaL.

ParadoxaLement, L'impLication conséquente de La popuLation LocaLe dans L'événement, révèLe L'existence de retombées immatérieLLes directes ou indirectes qui participent fortement à cet enthousiasme commun.

précédent sommaire suivant






La Quadrature du Net