WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Le festival, légitimation ou instrumentalisation d'un concept ?


par Camille PLANTE
Groupe EAC - ESARTS : Ecole Supérieure de gestion de médiation des Arts 2005
  

précédent sommaire suivant

Première Partie

La notion de festival : entre échange légitime et tentative d'instrumentalisation

Comme pour l'ensemble des acteurs du milieu culturel, les différentes mutations et évolutions du contexte des festivals, depuis leur forte croissance dans les années quatre-vingt, les ont fait évoluer tant sur la forme que sur le fond.

Pourtant, depuis toujours, un facteur reste inhérent dans la mise en place d'un festival, il s'agit du contexte local. Un environnement proche, qui lorsqu'il évolue, modifie alors les « caractéristiques fondamentales des festivals (unité de temps, de lieu et de thèmes) ».30

Ainsi, dans un premier temps, ce rapport au contexte local se traduit pour le festival, de la conception du projet à la recherche de financements. Son schéma de fabrication requiert en amont un travail conséquent : une à une, ces différentes étapes mettent à jour les interactions au contexte local et son apport conséquent avant la première édition. Cet impact peut se lire à la fois dans la conception du projet, le choix de la date, du lieu, de la recherche de financements ou du choix de la communication.

Inversement, cette prise en compte du contexte local révèle l'intérêt que peut avoir un festival pour celui-ci. Les diverses retombées qui en découlent, qu'elles soient matérielles, immatérielles, directes ou indirectes, sont autant d'éléments qui légitimisent la résonance du local sur ces différents événements. Ces résultats produits en terme d'économie, de tourisme, d'emploi, d'image et de retombées culturelles sont à l'origine de cette interaction entre les deux parties, nécessaire à la bonne mise en oeuvre des festivals.

Dans un second temps, cette notion d'échange peut être, dans certains cas, instrumentalisée. En effet, le succès de la formule festivalière entraîne successivement les collectivités territoriales ou les directeurs de festivals à utiliser de manière abusive ou détournée ce concept. Une situation qui influe directement sur la mesure et l'équilibre de la relation inhérente du festival avec le contexte local et impose la nécessaire énumération des solutions apportées pour une recherche de différenciation du festival. Enfin, en soulignant ici les possibles « dérives » entraînées par l'évolution du contexte festivalier en France, il est important de révéler les effets positifs induits

30 BENITO (Luc), Les festivals en France : marchés, enjeux et alchimie, Op.cit., page 55.

par cette conjoncture, en terme de démocratisation culturelle et de diversification de l'offre. Une prise en compte ainsi soulignée qui entre peutêtre dans une évolution « naturelle » du concept de festival ?

précédent sommaire suivant