WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Le festival, légitimation ou instrumentalisation d'un concept ?

( Télécharger le fichier original )
par Camille PLANTE
Groupe EAC - ESARTS : Ecole Supérieure de gestion de médiation des Arts 2005
  

précédent sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

B) Préconisations apportées pour Le festivaL Chroniques Nomades

Depuis sa première édition en mai 1997, Le festivaL Chroniques Nomades propose une unique conférence, généraLement tenue Le samedi après-midi Lors du week-end d'ouverture, regroupant Les différents photographes exposés autour d'une thématique propre à L'événement. En ce sens, iL sembLerait intéressant, dans un premier temps, d'en augmenter La fréquence, sous La forme d'un cycLe de conférences ou tabLes rondes tenu dès Le vendredi soir jusqu'au dimanche. Cet éLément permettrait de donner pLus de contenance à ce week-end d'ouverture, qui regroupe un grand nombre de professionneLs, ainsi que Les principaux acteurs de La presse LocaLe, régionaLe et nationaLe. En effet, en muLtipLiant Le nombre de ces conférences, iL serait aLors possibLe d'en éLargir Leur forme et contenu. Dans un deuxième temps, ce concept pourrait être déveLoppé sur L'ensembLe de La durée du festivaL, accès successivement vers des pubLics pLus spécifiques, comme Les scoLaires ou Les habitants de HonfLeur. Incarnant ainsi un rôLe de médiation entre Le festivaL et son pubLic, ces échanges ou rencontres, qui peuvent être menés par des étudiants en photographie de La région, ou par des professionneLs engagés spéciaLement pour L'occasion, peuvent accroître La prise en compte et La compréhension de L'événement par La popuLation LocaLe. Profitant aLors de La présence des habitants de HonfLeur tout au Long du festivaL, ces actions sont à même de déveLopper Le sentiment d'appartenance, nécessaire à La pérennisation et à L'intégration de L'événement dans Le contexte cuLtureL LocaL. ELLes offrent une dynamique suppLémentaire à L'événement, non pLus concentrée sur Le week-end d'ouverture, et motiver ainsi L'intérêt de La presse à revenir pLusieurs fois vers Le festivaL. Enfin, ces différentes conférences, rencontres ou tabLes rondes pourraient être enregistrées et traduites, sous forme de « buLLetin d'information », mis à disposition, par La

suite, sur Le site internet du festivaL, donnant ainsi une dimension documentaire à L'événement.

Afin de mieux appréhender son pubLic, La direction du festivaL Chroniques Nomades pourrait engager, pour sa prochaine édition, une personne en charge des reLations pubLiques. Parmi Les actions envisagées, La réaLisation d'un questionnaire en tête à tête, pendant La durée du festivaL, auprès de ces différents visiteurs, permettrait de déterminer pLus en détaiL La nature des personnes en visite aux Greniers à SeL. IL s'agit de constater si L'identité et Le message transmis par Le festivaL sont bien compris, de connaître Les attentes du pubLic et de déterminer Les actions qui pourraient être menées en direction du non pubLic. De pLus, iL serait intéressant d'entrer en reLation avec Les différents acteurs Locaux, à L'instar des associations, qu'eLLes soient de nature cuLtureLLe ou sociaLe, dans un souci d'appréhension de L'ensembLe des catégories du pubLic LocaL.

En ce sens, iL sembLait nécessaire de réaLiser en amont de cette onzième édition, un questionnaire pour une étude du pubLic du festivaL Chroniques Nomades553. Les résuLtats ainsi obtenus peuvent être traduits, grâce au LogicieL SPHINX, spéciaLisé dans Les enquêtes et anaLyse de données, sous forme de statistiques, graphiques ou réponses verbaLisées.

Enfin, une meiLLeure connaissance et appréhension du pubLic permet d'améLiorer La communication du festivaL et d'augmenter sa fréquentation, entraînant des retombées suppLémentaires, non négLigeabLes pour La viLLe de HonfLeur.

Comme nous avons pu Le constater à travers ce mémoire, Les caractéristiques du Lieu où se dérouLe un festivaL interviennent directement sur La manière dont ceLui-ci est Lu et ressenti par Les visiteurs. En effet, Le site des Greniers à SeL de HonfLeur marque Le festivaL Chroniques Nomades de son identité et caractère. En y pénétrant, Le visiteur est transporté par L'association de L'architecture du Lieu et des photographies qui y sont exposées. Pendant neuf éditions, Le festivaL se dérouLe uniquement sur ce site et en 2006, Lors de son

553 Voir annexe 8 page 205.

déveLoppement, iL se tient égaLement dans L'enceinte de La saLLe des congrès de TrouviLLe, Le Long du Quai ALbert 1er. Un impact du Lieu moins important. Ainsi, iL peut sembLer regrettabLe que Le festivaL ne se soit déveLoppé, pendant dix ans, sur aucun autre site que ceLui des Greniers à SeL.

En comparaison, Les Rencontres Internationales de la Photographie d'Arles propose « soixante-sept expositions dans des sites aussi variés que des églises du 12ème siècle ou des bâtiments industriels »554, ou encore Le festivaL Visa Pour l'Image, qui regroupe à Perpignan, « vingt-huit lieux pour vingt-neuf expositions »555. L'expLoitation de ces sites historiques, appartenant au patrimoine architecturaL ou reLigieux de chacune de ces viLLes, offre une Lecture éLargie du festivaL, qui prend aLors La forme d'un parcours, mit en vaLeur par L'adéquation entre sites et expositions. Ainsi, pour Visa pour l'Image : « Les festivaliers sont notamment avide de découvrir le patrimoine »556.

IL est donc intéressant de décLiner, pour Le festivaL Chroniques Nomades, La thématique du voyage et de L'aventure à travers un circuit mené à L'écheLLe LocaLe. Bien que Le site des Greniers à SeL, traduise efficacement, par son histoire, Le concept du festivaL, différents Lieux, situés en pLein coeur de HonfLeur, seraient à même de produire Le même effet557 : L'égLise Sainte Catherine, construite entièrement en bois au XVème siècLe par des charpentiers de marine, L'égLise Saint-Léonard datant du XVIIème siècLe, La Lieutenance, située à L'extrémité du Vieux-bassin, Logis du Lieutenant du roi au XVIIème siècLe, ou encore La chapeLLe Notre-Dame de Grâce, sur Le pLateau de Grâce, un édifice construit au XVIIème siècLe par Les bourgeois et Les marins. Enfin, Les quais du Vieux-bassin, constitué du Quai Sainte-Catherine et du Quai Saint-Etienne, restent une zone expLoitabLe dans Le cadre d'une exposition en pLein air, pour une zone entièrement piétonne à compter du printemps.

554 PLaquette informative du festivaL Les rencontres Internationales de la Photographie, 2006.

555 PLaquette informative du festivaL Visa Pour l'Image, 2006.

556 COURTY (Fanny), Op.cit., page 1.

557 Les informations citées ci-dessous sont extraites du site de L'Office du tourisme de HonfLeur, http://www.ot-honfLeur.fr/Patrimoine,1,18,0.htmL, consuLtation Le 12 décembre 2006.

L'ouverture du festivaL Chroniques Nomades sur de nouveaux sites, encouragerait certainement La pLupart de ses visiteurs, qui ne restent généraLement qu'une journée à HonfLeur pour visiter Les expositions des Greniers à SeL, à y proLonger Leur séjour. Cette action peut motiver une meiLLeure connaissance du patrimoine honfLeurais, entraînant une augmentation des retombées en terme d'économie, d'image et de notoriété. Un éLément conséquent pour une vaLorisation et prise en compte de L'événement par Les pouvoirs Locaux.

Un moyen efficace d'optimiser La pLace occupée par Le festivaL Chroniques Nomades au sein même du paysage cuLtureL de HonfLeur, et de surcroît sa notoriété à L'écheLLe régionaLe et nationaLe, peut être Le déveLoppement d'une action menée à Long terme, tout au Long de L'année. En effet, sauf La présence de L'association du Photo Club de Honfleur, iL n'existe pour cette commune, aucune structure ayant une activité Liée à cette forme artistique. En ce sens, Le festivaL Chroniques Nomades, pourrait être, de manière Légitime, à L'origine du déveLoppement d'une pratique de La photographie. La forme de L'activité aLors adoptée pourrait être La création d'un cycLe de coLLoques abordant La thématique du festivaL, mené ponctueLLement à HonfLeur, dans L'enceinte même des Greniers à seL, Lieu manifestement associé à L'événement. Cette action, qui permet ainsi de pérenniser L'impact de L'événement sur La viLLe pendant toute une année, participe activement à La décentraLisation de ce type d'activité, mené traditionneLLement au sein des institutions photographiques de La capitaLe. Par La suite, iL serait intéressant d'approfondir ce projet par La création d'une structure permanente, en faveur de La pratique et de La compréhension de La photographie de voyage comme Le traduit Chroniques Nomades.

Enfin, en associant ainsi Le nom de HonfLeur à une activité photographique menée tout au Long de L'année, La viLLe adopte un éLément de distinction suppLémentaire, proche de L'institution, traduisant La richesse cuLtureLLe et artistique de cette commune du CaLvados.

Les différentes préconisations pour Le festivaL Chroniques Nomades citées cidessus tendent à vouLoir renforcer son statut d'unique événement de photographie de voyage en France. Ces éLéments permettent d'asseoir La position du festivaL dans un contexte LocaL, régionaL et nationaL, en conservant et en renforçant une identité qui Lui est propre. Adaptée en fonction des caractéristiques de cet événement, ces préconisations sont bien entendu appLicabLes pour L'ensembLe des festivaLs.

Face à L'augmentation croissante du nombre de festivaLs en France, chaque événement doit se démarquer s'iL souhaite rencontrer Le soutien du pubLic et des partenaires pubLics et privés. Une composante qui n'est pas automatique et nécessite une profonde anaLyse du contexte et de son évoLution, tant à L'écheLLe nationaLe, régionaLe, départementaLe que LocaLe. IL faut ainsi trouver Le positionnement adéquat, participant à une démarche qui vaLorise Le contenu artistique du festivaL avant sa forme, et favorise La Légitimation de L'événement sur son territoire pour Le voir se pérenniser. Ainsi, Le festivaL Chroniques Nomades de HonfLeur, tente de « défendre » des vaLeurs qui Lui sont propres, maintenues depuis sa création iL y a dix ans. Une situation qui révèLe La fragiLité de ce type d'événements, et souLigne que rien n'est jamais acquis en matière de cuLture.

Certains festivals ont un projet qui dépend de l'identité d'un territoire, révélant ainsi une culture locale ou régionale, d'autres proposent un projet qui s'en éloigne et forment ainsi l'identité culturelle du lieu d'implantation. A sa manière, le festival Chroniques Nomades se place entre ces deux distinctions et s'implante légitimement au sein de la ville de Honfleur, offrant une ouverture nouvelle, tant par sa forme que son contenu, en relation avec l'histoire de la commune. Dans un premier temps, son créateur et directeur artistique, Claude Geiss, s'attache à respecter les caractéristiques pré-établies du contexte de son territoire d'implantation, Honfleur, et de sa forme artistique, la photographie, dans une démarche d'échange et d'interaction au local nécessaire à la bonne intégration de l'événement. Pourtant, il se trouve rapidement confronté à l'évolution du contexte festivalier en France, évolution qui se traduit singulièrement à l'échelle de son territoire, et tente de s'en adapter. Ainsi, l'interaction établie évolue, et la concurrence, jusque là absente, semble se développer. Par conséquent, Claude Geiss s'efforce de redéfinir le positionnement de son festival face aux possibles tentatives d'instrumentalisation qui lui sont portées, à la fois par les collectivités territoriales, et plus particulièrement à l'échelle locale, et face à l'augmentation d'événements concurrents au concepts plus « légers ». Une situation qui porte alors atteinte à la solidité des différents soutiens jusqu'alors apportés au festival Chroniques Nomades, mettant en péril l'avenir financier de l'événement et sa relation entretenue avec les acteurs locaux. En ce sens, Claude Geiss s'applique à conserver, grâce à la réalisation d'actions menées au sein même et en parallèle de l'événement, la ligne directive et les valeurs qui ont fait la réussite du festival depuis dix ans. Une démarche qui tente, sans entrer dans la facilité, de lutter contre une mise à l'écart de l'événement et renforcer sa singularité.

L'étude de cas du festival Chroniques Nomades traduit à sa manière l'évolution de la notion de festival en France et souligne les éléments de distinction nécessaires à une démarche légitime de pérennisation de l'événement.

précédent sommaire suivant






La Quadrature du Net