WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Diversité génétique des Rhizobia associés à† un champ de pois d'Angole (Cajanus cajan l.) à† Yamoussoukro (centre de la Côte d'Ivoire)

( Télécharger le fichier original )
par Kouakou Romain FOSSOU
Ecole supérieure d'agronomie de l'institut national polytechnique Félix HouphouŽt Boigny de Yamoussoukro - Diplôme d'agronomie approfondie  2011
  

précédent sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

ANNEXE I : Classification des rhizobia selon les séquences du gène de l'ARN 16S

ANNEXE I : (suite)

Les rhizobia appartiennent aux sous-classes á et â des Protéobactéries et sont dispersés dans neuf groupes monophylogénétiques. Les noms des genres et espèces connus pour établir des symbioses avec les légumineuses sont encadrés en orange (D'après SAWADA et al., 2003).

 

ANNEXE II : Présentation des structures et des laboratoires d'accueil de l'étude

Le principal laboratoire d'accueil de l'étude est celui d'Agronomie et Productions Végétales de l'Institut National Polytechnique Félix Houphouët Boigny (INP-HB) de Yamoussoukro.

1- Présentation de l'INP-HB et du Laboratoire d'Agronomie et Productions Végétales

1.1- Présentation de l'INP-HB

Créé le 4 septembre 1996 par le décret n° 96-678, l'Institut National Polytechnique Félix Houphouët Boigny (INP-HB) de Yamoussoukro est un établissement public d'enseignement supérieur et de recherche. Il est né de la restructuration et de la fusion de quatre grandes écoles, à la faveur de la dernière reforme de l'Enseignement Supérieur et de la Recherche engagée par l'Etat de Côte d'Ivoire. Il reprend, ainsi, les missions des 4 anciennes grandes écoles de Yamoussoukro que furent l'Ecole Nationale Supérieure Agronomique (ENSA), l'Ecole Nationale Supérieure des Travaux Publics (ENSTP), l'Institut Agricole de Bouaké (IAB) et l'Institut National Supérieur de l'Enseignement Technique (INSET). L'INP-HB comprend aujourd'hui six grandes écoles que sont l'Ecole Supérieure d'Agronomie (ESA), l'Ecole de Formation Continue et de Perfectionnement des Cadres (EFCPC), l'Ecole Supérieure d'Industrie (ESI), l'Ecole Supérieure des Travaux Publics (ESTP), l'Ecole des Mines et Géologie (ESMG), l'Ecole Supérieure de Commerce et d'Administration des Entreprises (ESCAE).

L'Institut compte également des Départements de Formation et de Recherche (DFR) qui ont pour mission d'effectuer des apports pédagogiques auprès des 6 écoles, de faire de la recherche, de la production et de l'expertise. Ils sont au nombre de quatorze (14) parmi lesquels le DFR Agriculture et Ressources Animales (DFR-ARA) dont dépend le laboratoire d'Agronomie et Productions végétales.

1.2- Présentation du Laboratoire d'Agronomie et Productions végétales de l'INP-HB

Le Laboratoire d'Agronomie et Productions végétales est l'un des quatre laboratoires de recherche du département ARA. Il donne un appui à la formation, par des travaux pratiques et travaux de fin d'études d'étudiants. Il est aussi le cadre d'activités des enseignants-chercheurs qui abordent de nombreux thèmes dont les principaux sont ci-dessous indiqués :

- Amélioration génétique du riz ;

- Instabilité de la variété de riz NERICA 2 ;

- Rendement du riz et ses composantes en fonction de la fertilisation azotée ;

- Productivité des principales cultures maraîchères en zone urbaine et périurbaine ;

- Caractérisation des systèmes agro-pastoraux : cas de la région des montagnes ;

- Approche régionale des systèmes de culture, de production et agraires ;

- Efficacité des légumineuses selon différentes souches de Rhizobium (ANONYME, 2009).

Le thème d'étude s'inscrit dans le champ du dernier thème de recherche.

La conduite de cette étude a nécessité une collaboration technique avec le Laboratoire Central de Biotechnologie du Centre National de Recherche Agronomique (CNRA). Il est important de souligner que cette collaboration a été possible grâce au partenariat existant entre l'INP-HB et cette structure.

2- Présentation du CNRA et du Laboratoire Central de Biotechnologie (LCB)

2.1- Présentation du Centre National de Recherche Agronomique (CNRA)

Le Centre National de Recherche Agronomique (CNRA) est une société anonyme à participation financière publique minoritaire. Le capital social, de 500 millions, est détenu pour 40% par l'Etat de Côte d'Ivoire et pour 60% par les opérateurs agricoles et agro-industriels opérant dans le pays.

Créé en 1998, il remplace les trois anciens instituts de recherche agronomique ivoiriens suivants :

- l'Institut Des Savanes (IDESSA) ;

- l'Institut Des Forêts (IDEFOR) ;

- le Centre Ivoirien de Recherche Technologique (CIRT).

L'objet du Centre National de Recherche Agronomique se décline en trois points essentiels dont celui de l'accroissement de façon durable de la production et de la productivité dans les domaines agricole et agro-industriel. Il s'agit à travers ce point de faire d'une part, des recherches sur les productions végétales, animales et forestières, sur les méthodes de conservation et de transformation etc. D'autre part, il s'agit de transférer les acquis scientifiques et techniques et de valoriser l'expertise des ressources humaines auprès des opérateurs publics et privés, locaux et extérieurs (ANONYME, 2008).

Le CNRA dispose de cinq directions régionales (Abidjan, Gagnoa, Bouaké, Korhogo et Man) et vingt stations de recherche correspondant aux différents programmes de recherche du centre. Le laboratoire central de biotechnologie qui a servi de cadre pour nos travaux conduit le programme de biotechnologie.

3.2.2- Présentation du Laboratoire Central de Biotechnologie (LCB) du CNRA

Le LCB est rattaché à la direction régionale d'Abidjan du CNRA. Il est situé à Adiopodoumé et composé de six unités opérationnelles spécialisées qui sont :

- l'unité de génétique moléculaire ;

- l'unité de génomique fonctionnelle ;

- l'unité de virologie et biologie moléculaire ;

- l'unité de ressource génétique ;

- l'unité de microbiologie ;

- l'unité de phytopathologie.

Sa mission est de faire la recherche en exploitant, transférant et vulgarisant les acquis de la biotechnologie au profit de la production agricole et de la gestion rationnelle des ressources génétiques.

L'unité de virologie et de biologie moléculaire du laboratoire  a été particulièrement sollicitée pour notre étude.

précédent sommaire suivant






La Quadrature du Net