WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Réhabilitation des ouvrages en béton armé

( Télécharger le fichier original )
par Nabila BOUALLA
Université des Sciences et de la technologie d'Oran - License  2011
  

précédent sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

2.3. LA DÉCHLORURATION

Au fil du temps et selon l'environnement ambiant, des éléments chlorures présents dans l'atmosphère pénètrent dans le béton. Ces éléments favorisent l'apparition et le développement de la corrosion des aciers dans le béton armé. Ce phénomène est amplifié lorsque la présence de chlorures est importante par exemple pour les milieux salins, mais aussi dans le cadre de la réfection des bétons du bâtiment « La Saline » de la Compagnie des Salins du Midi et des Salines de l'Est. Cela étant dû directement à l'activité qu'abrite ce bâtiment.

Le principe de la déchloruration est d'extraire ces éléments chlorures du béton afin de limiter leur impact sur les armatures présentent dans l'élément. Pour ce faire, l'extraction des chlorures nécessite de polariser une armature aux alentours du parement en utilisant une anode placée sur le parement et enrobée d'un électrolyte. Ainsi peut circuler un courant de polarisation, de l'anode vers la cathode (l'armature).

Pour l'heure, il existe principalement deux techniques d'extraction des chlorures. Par courant imposé, lorsqu'un générateur électrique est placé entre l'anode et l'armature, ou par courant galvanique lorsqu'un alliage jouant le rôle d'anode est directement relié à l'armature.

Cependant, cette méthode est réalisable seulement dans les cas où il existe une continuité électrique des armatures, il est toujours possible de relier électriquement les armatures isolées à l'aide de pontages électriques. Il est aussi nécessaire d'avoir procédé à la réfection des parements avant l'application de la ré-alcalinisation afin d'éviter toute forme d'hétérogénéité.

L'action possible de ce traitement est limitée à l'enrobage des armatures.

Il n'est pas possible d'extraire les chlorures au-delà du premier lit d'armatures.

Dans le cas d'utilisation du système par courant imposé, le principe de mise en oeuvre est le suivant :

- Projeter une couche de pâte (cellulose ou de laine de roche) sur laquelle on appliquera une solution électrolytique (carbonata alcalin)

- Mettre en place un treillis anodique métallique sur des baguettes parement

- Connecter les fils de l'anode au treillis

- Projeter une deuxième couche de pâte isolantes,

- Effectuer les raccordements électriques au générateur de courant continu ayant une tension réglable de 10 à 48 volts

- Humidifier périodiquement la pâte par l'électrolyte

- Effectuer un suivi des tensions et courants ainsi que des prélèvements d'échantillons en cours de traitement afin d'effectuer des analyses sur l'efficacité du traitement

- Déposer l'ensemble de l'installation

- Rincer la structure à l'eau basse pression.

Dans le cas d'utilisation du système anodique, le principe de mise en oeuvre est le suivant:

- Projeter une couche de pâte saturée en électrolyte sur le béton

- Mettre en place l'anode métallique fixée d'une part sur une baguette l'isolant du parement béton et d'autre part en contact avec la pâte saturée en électrolyte

- Connecter l'anode au circuit électrique, c'est à partir de la que le traitement se met en route

- Effectuer un suivi des tensions et courants ainsi que des prélèvements d'échantillons de béton pour analyser l'évolution du traitement

- Déposer l'ensemble de l'installation

- Rincer la structure à l'eau basse pression

Figure 40 : Traitement électrochimique en cours

Afin de vérifier si l'extraction des chlorures est convenable, il est possible d'effectuer des prélèvements d'échantillons avant et après traitement pour pouvoir quantifier le résultat du traitement.

Figure 41 : Evolution de la teneur en chlorures avec le traitement

précédent sommaire suivant